En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le britannique Elonex délocalise en France

A l'inverse des grands constructeurs, l'assembleur informatique rapatrie son unité de production dans le sud de l'Hexagone.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

25 opinions
  • bru_
    bru_     

    Concernant les JO, en effet il y aurait eu de nombreuses retombée pour tout un tas de corps de métier, mais si je ne m'abuse c'est bien le fonctionnaires (ou assimilés) qui ont fait grêve le jour de la visite du CIO. Et ils ont démontré par là que leurs privilèges sont prioritaire par rapport aux retombée potentielles pour les autre.

    Concernant les chiffres, La rémunération nette moyenne d'un agent de la fonction publique est 14% de plus que celle d'un salarié du privé. Et le salaire minimum des fonctionnaires est de 17,4% supérieur au SMIC (Rapport du Gouvernement sur les rémunérations et pensions de la Fonction Publique, annexe de la loi des finances pour 2003).

    A la retraite, un fonctionnaire touche en moyenne 40% de plus qu'un salarié du privé. Les fonctionnaires touchent 80% de leur dernier salaire (base 6 derniers mois).

    Le nombre "d'agent publics" en proportion de la population active: 7,4% en 1962; 12,5% en 1980; 26,3% en 2002 et 27,3 aujourd'hui! Actuellement le nombre d'agent publics dépendant de l'état est en diminution mais le nombre total continue de croitre sous couvert de la décentralisation.

    Bravo pour ton courrage de créer ton entreprise. Je connais bien le problème ayant moi même créé mon activité. Pendant ta première année de création, tu verras que tu passera 80% de ton temps à faire des papiers administratifs et souvent à rattraper les erreurs de fonctionnaires qui n'ont pas fait leur travail. La réalité s'imposera cruellement!

  • Jorel
    Jorel     

    Franchement là je trouve que les JOs c'est hors sujet car je n'ai pas vraiment vu de ville olympique faire des bénéfices grâce aux JOs mais plutôt les déficits se creuser. Je n'irai pas à Nagano que ce soit avant ou après les J.O. par exemple.

    Je ne vois pas pourquoi tu généralises toujours sur les fonctionnaires alors qu'il y a énormément de corps de métiers derrière. Peux-tu me fournir des chiffres sur l'évolution de la fonction publique ? Et sur l'évolution de leurs traitements ?

    Je ne suis pas un jusqu'au boutiste de la grève mais je pense qu'il y en a de moins en moins même en France.

    Il faut cesser ce mythe des charges élevées en France alors que jusqu'à 1,6 fois le SMIC elles sont très faibles et qu'il n'y a jamais eu autant d'exonération de charges pour les sociétés sans qu'elles soient renflouées ce qui induit un alourdissement artificiel du déficit de la sécu.
    Il y a en effet pas mal de fonctionnaires qui sont syndiqués et c'est grâce à cela qu'ils sont mieux défendus.

    A nous de voir ce que l'on veut faire dans le privé plutôt que de râler sur les fonctionnaires qui ne sont pas trop bien payés et qui doivent passer des concours de plus en plus sélectifs à mesure que le chômage augmente.

    Personnellement au vu de ce qui se passe dans ma boîte si ça continue je lâche l'affaire et je créé une boîte d'assistance, de dépannage et de formation auprès des particuliers pour l'informatique.

  • bru_
    bru_     

    Ma vision des choses c'est que l'angleterre était il y a 25 ans dans le même état où est la France aujourd'hui: administration pléthorique, niveau de charge faramineux, service rendu mauvais et grèves incessantes (bien sûr je simplifie). En 25 ans les anglais ont fait le ménage, on a fait cesser les grèves et on a créé un climat de nature à attirer les entreprise... et ça marche (ce qui qui ne veut pas dire que leur service public, lui, marche).

    Dans le même temps en France on a embauché des fonctionnaires à tour de bras (+25% en 25 ans) sous le prétexte qu'un fonctionnaire vaut mieux qu'un chômeur. On a fait du social à crédit! Et on a toujours considéré qu'il était normal que ces gens aient des privilèges pour éviter qu'ils ne bloquent tout le pays par leur grèves à répétition. L'entreprise est devenue suspecte et globalement le climat et la réglementation donne moins confiance aux entreprises en France qu'en Angleterre.

    Même si dans ton cas manifestement tu essayes plus de construire que de casser. Le gros des troupes du syndicalisme en France c'est quand même les fonctionnaires qui n'ont que faire de la santé de ton entreprise (sauf pour l'argent qu'elle donne). Leur but à eux c'est de défendre leurs privilèges (payés par nous) et pendant que toi tu travailleras jusqu'à 65 ans (ou plus) eux partirons bien avant et c'est toi qui par ton travail leur payera du bon temps.

    La grève des transport le jour de la visite du CIO olympique à Paris est l'illustration parfaite de la mentatlité ci dessus: les privilèges des fonctionnaires passent avant l'intérêt général!

  • bru_
    bru_     

    Il est vrai que je ne pensait pas que le mot clé "syndicat" déclencherait un tel flot de débat et je conviens bien volontier que c'est hors sujet.

    Même si ici où là j'ai de gros doutes sur tes affirmations, je ne peux que louer l'état d'esprit qui est le tien et les objectifs de solidarité qu'ils visent.

    Tu soulignes à juste titre que notre pays à pleins d'atouts que nos voisins anglais n'ont pas et je suis bien d'accord là dessus!. Mais précisément la question de base demeure sans réponse: pourquoi donc si nous sommes si bons nous ne parvenons pas à créer
    plus d'emploi et attirer chez nous les entreprises alors que nos voisins anglais oui ?

  • Jorel
    Jorel     

    Pour revenir à tes récriminations sur les syndicalistes, rapportés aus syndiqués le nombre de permanents en tant que tel est de même pas 0,5%.
    Ensuite tous les syndicalistes (les militants si je te suis) ne cherchent pas à protéger les permanents bien au contraire!
    Je suis un militant qui bosse dans un groupe américain bien connu et je peux te dire que nous passons le plus clair de notre temps sur le terrain pour:
    1)faire respecter les conditions d'hygiène et de sécurité de tous, salariés et sous-traitants
    2)défendre les emplois contre des reventes faciles à des petites entreprises gérées par des fonds de pension qui font des pertes avec un avenir plus qu'incertain
    3)porter les revendications et questions des salariés et nous nous défendons de les faire nous même
    4)défendre les salariés susceptibles d'être sanctionnés par un licenciement ou autre
    5)échanger avec les autres entreprises pour créer des revendications communes qui sont réellement le reflet de celles des salariés
    6)faire gagner une représentatitivité dans nos élections aux sous-traitants qui travaillent dans des petites entreprises dans lesquelles ils ne peuvent pas être représentés
    7)défendre les sous-traitants qui sont encore plus une variable d'ajustement que nous
    Pour revenir à mon groupe il créé 14000 emplois en Inde mais en supprime 13000 dans les pays ocidentaux.
    Nous ne nous contentons pas de déplorer la disparition des emplois locaux mais nous organisons avec nos collègues indiens pour que leur niveau de vie augmente et que leurs conditions de travail s'améliorent.
    Ce n'est en tout cas pas en restant derrière ton écran que tu feras bouger les choses... ;-)

    P.S.: As-tu constaté ces dernières années la montée en puissance d'oligopoles et de monopoles de fait privés ce qui prouve bien que sans régulation efficace la libre concurrence ne perdure pas ?

  • Jorel
    Jorel     

    Puisque tu veux qu'un syndicaliste te réponde je vais répondre:
    La France sur les cinq dernières années est toujours sur le podium des pays au plus fort investissement étranger.
    On est donc loin des syndicats épouvantails que tu cites mais plutôt proche des considérations suivantes:
    1) La France dispose de salariés ayant un niveau d'études élevés
    2) La France est le deuxième pays le plus productif au monde
    3) La France a un niveau de salaires bien moins élevé qu'en Angleterre
    4) Les nombreuses réductions de charges sociales contrebalancent le mythe des coûts sociaux en France
    5) Grâce à la mise en place des 35h on a flexibilisé le temps de travail sur l'année au lieu de la semaine
    6) Les infrastructures routières sont de très bonnes qualités en France
    7) La France est bien positionnée pour irriguer les pays frontaliers contrairement à l'Angleterre
    Les syndicats ne se battent pas pour mettre des bâtons dans les roues de la création d'emploi mais plutôt sur les bases suivantes que tu devrais considérer:
    1)Une véritable reconnaissance des diplômes à l'embauche et non selon l'emploi occupé
    2)Une vraie politique de la recherche et du développement en France et en Europe pour regagner notre place face aux pays comme les US, le Japon et l'Inde
    3)Une carrière où malgré des changements d'entreprise l'ancienneté glanée auparavant soit prise en compte pour éviter la précarité des périodes d'essai
    4)Un réel développement de l'apprentissage en France pour qu'il soit réellement mis en valeur et permette des conditions de vie dignes à la sortie et non des carrières sous-payées avec le compteur bloqué au SMIC pendant vingt ans
    Enfin Elonex est une entreprise comme une autre qu'elle soit anglaise ou française peu nous importe du moment qu'elle créé des emplois

  • Javaniais
    Javaniais     

    4) "Ces dernières années ... la fonction publique s'est développée ..."
    De quand à quand ?
    Quels sont vos chiffres ?
    Quelles sont vos sources ?
    Il semblerait justement qu'en ces années comme vous dites, le
    champ de l'état ne diminue !
    5) Remettez vous le droit de grève en question ou regrettez vous de
    ne pouvoir exprimer votre mécontentement aussi clairement que
    disons ... au hasard si je vous suis bien : ces sâles privilégiés de
    cheminots ?
    6) Tous les gens qui travaillent créent des richesses, même les
    fonctionnaires, même si cela vous déplait.
    7) Ne confondez pas dette et déficit public et ne venez pas
    reprocher aux fonctionnaires, aux grévistes ou aux syndicalistes
    (mais j'ai l'impression que pour vous c'est "et" parceque vous mettez
    tous ces individus peu recommandables dans le même panier) la
    baisse des impôts déjà employée par les libéraux dans d'autres pays
    (UK, US, NZ) pour mettre à mal le rôle de l'état et justifier la
    liquidation des biens publics à des investisseurs privés.
    8) OUI CELA ME REVOLTE

  • Javaniais
    Javaniais     

    Effectivement il y a de quoi être révolté ... et désespéré en même
    temps.
    Résumons :
    1) Nous sommes tous des consommateurs : nous sommes tous plus
    ou moins soumis aux mêmes influences inconscientes.
    2) Les patrons ne créent pas seuls "de la richesse" mais il est vrai
    que les fruits du travail du plus grand nombre (fonctionnaires
    compris !) est partagé en Bourse entre une "élite financière" qui
    perd, semble-t-il, de plus en plus de vue qu'une activité humaine
    peut faire vivre très correctement des hommes sans pour autant
    produire des dividendes à deux chiffres (relecture de La Poule aux
    oeufs d'Or conseillée).
    2) Quand je disais qu'un chroniqueur radio travaillait moins d'une
    heure par semaine c'était évidemment une provocation montrant
    que, comme beaucoup de gens seule une petite partie de son travail
    (quand il passe à l'antenne) est visible... l'avez-vous remarqué ?
    3) Inversement je connais des JBM ("Je Bosse moi Môssieur") qui,
    passant 8-9h/jour au bureau ou au chantier s'estiment très
    supérieurs (au moins par leur travail), à la majorité des français et
    préétendent donner des leçons à ceux dont le temps de travail est
    organisé différemment.

  • bru_
    bru_     

    La caristéristique de notre société c'est l'égoisme généralisé à tous les niveaux et sans jamais réfléchir à celui qui vient après: le patron faire du profit, l'homme politique être démagogue pour être élu, le consommateur faire de bonnes affaire, le syndicaliste assurer l'avenir de ses permanents, etc. Il est trop simple de dire qu'une catégorie est une "oie blanche".

    Là où les syndicats ont sont responsables (en France) c'est que derrière un discours très beaux sur le solidarité et le partage ils ne défendent en réalité qu'eux même au dépend de tous. Pour ces gens, le fait d'entreprendre, de créer des richesses, ou d'être patron est en soi suspect et travailler est être exploité. Comment s'étonner dans ces conditions que les entreprises partent ailleurs ? Les syndicats devraient au contraire inciter à la création de richesses et pourquoi pas de former des "bons" patrons ou de devenir patrons eux-mêmes.

    Les gens qui ne travaillent que quelques heures par jour (hors fonction publique) ne sont qu'une poignée alors que les fonctionnaires sont des millions de sorte que l'on ne parle que de ceux qui représentent le plus grand nombre. Le travail réellement fourni par la fonction publique n'est fait en réalité que par quelques uns (et il est vrai que ces malheureux qui travaillent vraiment et honêtement se prennent de plein fouet la mauvaise réputation que les autres leur font.

    C'est dernières années, seule la fonction publique s'est développée (en nombre, mais pas en travail fourni) et a augmenté ses avantages à force de grêves en empèchant les gens d'aller travailler. Tout ceci coûte un argent fou et la dette devra bien être épongée un jour. Par qui ? Par ceux qui créent des richesses et non par les fonctionnaires. Il y a de quoi être révolté non ?

  • Javaniais
    Javaniais     

    Vous parliez des patrons et des syndicats :
    On entend effectivement reprocher aux patrons leur "manque de
    fibre sociale". Vous me direz peut être que ce n'est pas leur fonction
    première.
    Au passage, j'ai dans mon entourage, ce que l'on appelle des "petits
    patrons" ou cadres responsables de plusieurs salariés : certains sont
    de gros c... qui feraient travailler les autres gratuitement s'ils le
    pouvaient (patience, bientôt peut-être ...).
    Le Medef du baron est bien connu pour préférer la contrainte de la
    loi sous les gouvernements de droite et la négociation "avec les
    partenaires" sous les gouvernements de gauche.
    C'est très certainement l'inverse pour la plupart des syndicats.

    Comment se fait-il, dans ces conditions, les premiers aient acquis
    une image progressiste et les seconds une image ringarde ?
    Y-a-t-il eu en France un grand débat sur les rôles et les attributions
    des partenaires sociaux dont une des conclusions aurait été la
    "ringardisation" des syndicats et la valorisation du patronat ?

    Vous vous direz certainement que tout ça est inéluctable, "dans
    l'ordre des choses", qu'il faut vivre avec son temps etc. et si vous vos
    le dites, j'espère que c'est avec sincérité.
    Les seules lois vraiment intangibles, auxquelles nous risquons
    comme vous le dites de nous heurter, sont celles des limites de
    notre système "planète terre" et de ses ressources.
    Quant à l'enrichissement de quelques uns malheureusement, il se
    fait toujours au détriment du plus grand nombre (et ça ce n'est pas
    une loi intangible !)

    Vous parliez des hommes politiques:
    Selon vous les grands mystificateurs qui voudraient nous faire croire
    que la clé du bonheur est dans un taux de croissance à deux
    chiffres. Sont-ils les seuls ?
    N'est-ce pas à nouveau un exemple de cette propagande glauque
    qui, pour imposer une idée, la fait répéter sur de multiples supports
    en omettant surtout de laisser penser qu'elle pourrait être débattue?

Lire la suite des opinions (25)

Votre réponse
Postez un commentaire