En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L'Adami veut étendre la copie privée au cloud computing

Mis à jour le
L'Adami veut étendre la copie privée au cloud computing
 

Le représentant des artistes adresse ses propositions aux candidats à l'élection présidentielle. Il milite pour une extension de la copie privée et une gestion collective des droits en ligne.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

19 opinions
  • Grumble
    Grumble     

    L'homme qui n'a pas d'amis est présent sur ce site aussi, à prêcher pour sa paroisse vide. Au lieu de spammer sur tous les forums/blogs va créer ton groupe Facebook "la répression contre rien".

  • yt391
    yt391     

    Vraiment urgent de comprendre que tout principe basé sur taxes pour les revenus, et principes ou système de mesures sur écoutes et consultations, ceci avec l'état au milieu en grand redistributeur vers les créateurs, est bien entendu non seulement techniquement infaisable, mais surtout en rien souhaitable !

    Il y a-t-il encore quelqu'un (ou une) qui comprenne ce que cela veut dire ?
    C'est à dire approche monitoring à tout va des flux utilisateurs ? (dans la ligne hadopi d'ailleurs)

    http://iiscn.wordpress.com/2011/07/03/licence-globale/

    Et puis de toute manière strictement infaisable dans l'environnement "longue traîne"(cf wiki) du contenu actuel, et en plus au dessus d'infrastructures de piratage ne partageant aucun SYSTEME DE REFERENCES pour identifier les oeuvres ou mêmes éditions (type ISBN, ISAN, IMDB, ISWC, etc).

    Dire le contraire est du pur mensonge ou de l'ignorance (parler de "panel" comme pour médiamétrie est complétement grotesque, à part pour les tubes radios/télés tout au plus, donc oeuvres petite diffusion encore perdantes)

    Et je sais bien que l'informatique est dans un syndrome paroxystique du "cordonnier toujours le plus mal chaussé" à ce sujet (les références, transformé en maladie de coller virtuel ou immatériel partout quand le "problème" est strictement le même que dans d'autres domaines), mais quand même !

    Mais si "il n'y aura pas de légalisation des échanges illicites"(Fleur Pellerin midem), alors quoi ?

    Ce qu'il faut c'est ça :
    http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/concepts-economie-numerique-draft/
    Et c'est cela qui permettrait de vrais nouveaux entrants, rééquilibrages créateurs/éditeurs, vraie plus value "expérience utilisateur" à acheter par rapport à pirater, baisse des prix, réductions étudiants ou chomeurs, et aussi moins de "quincaillerie" accumulée pour chacun, ce qui permettrait pourquoi pas ? Un certain rééquilibrage budget "contenu"(culturel ou connaissances) et budget "machines et appareils" ?

    Et ce nouveau rôle et organisations associées, exactement les mêmes que pour la problématique "identité sur le net" (bataille rangée actuelle pour se loguer à travers profils facebook, twittrr, g+ etc sur quasi tous les sites, même si surtout presse actuellement, avec données personnelles associées et compagnie) :
    http://iiscn.wordpress.com/2011/06/29/idenum-une-mauvaise-idee/
    Problématique ou rappelons le, absolument AUCUN besoin d'ID unique par personne partagé entre les acteurs pour que "les choses fonctionnent sans friction".

    Quant au piratage, piratage zéro absolument aucune importance, et si "lutte" vers les centres et non utilisateurs finaux bien évidemment :
    http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/piratage-hadopi-etc/

  • IGTYYTITYUYT
    IGTYYTITYUYT     

    @LolCat
    Quel rapport avec le sujet ? allez faire votre propagande aux endroits idoines et laissez les gens parler de ce qui les intéresse. merci

  • Belzébuthàquionapiquélepseudo
    Belzébuthàquionapiquélepseudo     

    c'est que la plupart d'entre vous ont raison, mais que quel que soit le candidat élu, ça ne changera pas (ou à peine), parce que des 2 côtés ils touchent (pots-de-vins, piscine creusée gratuitement, emploi du fiston à une fonction fictive s'ils n'ont pas pu le caser dans une Administration). Le problème, ce n'est pas les auteurs, ou le cloud, mais la mentalité de nos dirigeants, qui forment une caste indéboulonnable. On fait juste une alternance Droite-Gauche dans l'espoir que ça change des choses, mais le fond reste le même :-/

  • Maugrette
    Maugrette     

    Mais bien sur... Mettons une nouvelle licence globale masquée, mais continuons tout de même la répression.

  • gdjqeg
    gdjqeg     

    C'est bien la France ça, 20 ans pour ceux qui inventent des choses, 50-70 ans pour ceux qui divertissent les foules.

    D'ailleurs en quoi, les héritiers devraient pouvoir bénéficier du travail fait à un moment donné par le parent ?

    Ils vont déjà hériter de l'argent que ce travail a procuré de son vivant à l'ayant droit, ce qui est normal, mais je ne vois vraiment pas pourquoi ils devraient encore gagner de l'argent sur le travail d'un mort.

    C'est donc ça le travailler plus, repousser l'âge de la retraite de plus en plus loin, maintenant mêmes les morts travaillent en France du moins dans le domaine artistique, parce que dans les autres domaines, c'est en général le travail pénible qui pousse vers la tombe, avec peu, voir quasiment pas de retraite.

  • cassouletttt
    cassouletttt     

    Aujourd'hui, taxer le cloud.

    Demain, s'effrayer de notre retard, créer une commission chargée de pondre un rapport sur "les freins Français au développement du cloud", subventionner le cloud et sortir une millionième loi garantissant le "droit au cloud pour tous"

    On est si prévisibles dans notre connerie

  • Photo73
    Photo73     

    Oui, mais ils pensent aux descendants, pour qu'ils ne puissent pas se faire "piller" si les œuvres de leur aïeul est mis dans le domaine public [Et SURTOUT ça procure une rétribution à la maison de disques/ayant droit pour plus longtemps, pour peu que ça se vende encore]

  • isildur371
    isildur371     

    Je distingue les artistes (qui produisent eux de la richesse) des maisons de production, de disques, de studios. Ils ont longtemps été nécessaires dans la chaine de production. Aujourd'hui, ils pressent les artistes qui gagnent peu en comparaison de la valeur réelle de leur oeuvre (je parle de l'artiste moyen, pas des quelques stars).
    Votre argument se tient. Mais il faut comprendre que les entreprises qui gravitent autour ont fait leur beurre parce que la copie à grande échelle nécessitait des investissements conséquents. A l'heure de l'informatique, la copie ne coute plus rien.
    De plus payer pour la copie privée alors que le support ne contient aucun fichier soumis au droit d'auteur est anormal, et probablement illégal.

  • pikoiapres
    pikoiapres     

    "qu’il faudrait étendre la durée des droits voisins à 70 ans, contre 50 aujourd’hui, comme le sont les droits sur les enregistrements phonographiques."

    Les brevets ne sont accordés que pour 20 ans alors qu'ils nécessitent beaucoup plus d'investissement.

Lire la suite des opinions (19)

Votre réponse
Postez un commentaire