En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La pénurie d'informaticiens repointe à l'horizon

La pénurie d'informaticiens repointe à l'horizon
 

Le contexte économique français est morose, mais un secteur reste porteur : l'informatique. L'Apec, l'Unedic et le Syntec-Informatique évaluent entre 36 000 et 40 000 le nombre de recrutements envisagés pour 2006. Non sans difficultés.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

58 opinions
  • Gogo Consulting
    Gogo Consulting     

    [quote]En effet, ce sont eux qui vont faire que tu vas gagner du temps en codage ("C'est dix lignes si j'utilise la bibliothèque X du framework Y, deux cents sinon") et que ton code sera stable ("Ah oui, là il faut que j'upgrade la bibliothèque graphique avec un EventHandler parce que je sais qu'en version 3.7.11, cette bibliothèque ne ferme pas ses threads seule et donc ça fait du memory-leak... tiens je vais employer le plug-in JProbe de mon Eclipse pour trouver où.")[/quote]

    On retrouve ici la novlangue des SSII et l'art d'employer des mots compliqués -de préférence des anglicismes- pour désigner des choses simples. C'est terrible de constater à quel point certains sont en mal de crédibilité dans ce milieu. Il est clair que quelqu'un qui a une bonne expérience en C++ peut se reconvertir rapidement en Java. La vraie difficulté réside dans la compréhension des fondamentaux de la programmation orientée objets. Quant aux bibliothèques, il suffit de prendre un peu de temps pour les explorer, d'autant plus qu'elles évoluent continuellement. La compréhension des éléments de certaines bibliothèques relève plus de compétences fonctionnelles que de compétences techniques pures. Ce n'est sûrement pas un hasard, si ce sont les threads qui ont été choisis ici, vu que cette classe d'objets donne l'illusion qu'il s'agirait exclusivement de compétences techniques. Les threads sont un concept tiré de la programmation systèmes. Il y a beaucoup de bibliothèques dont les classes correspondent à des concepts quelque peu éloignés de l'informatique pure. Il ne s'agit ni de système, ni de réseau, ni des fondamentaux de la programmation.

  • Gogo Consulting
    Gogo Consulting     

    S’il y a un début de pénurie, les SSII vont avoir beaucoup de mal à recruter parce que depuis 2003 elles ne font plus rêver personne. Tout le monde semble avoir aujourd’hui compris que le travail en SSII est synonyme d’instabilité et que derrière le CDI apparent, il s’agit d’intérim maquillé. Le secteur est cyclique, donc risqué pour faire carrière. Soit il y a pénurie, soit il y a excès et licenciements plus ou moins déguisés et alors il n’y a plus rien à négocier avec les employeurs. Je connais beaucoup de personnes qui travaillent ou ont travaillé en SSII. Tous ceux que je connais, même quand ils aiment l’informatique, y sont écœurés par les conditions de travail. Beaucoup se sentent méprisés par les clients car considérés comme des « prestataires de services » alors qu’ils se trouvent en fait dans des grandes sociétés en poste comme n'importe quel autre salarié, à la différence qu’on peut les renvoyer sans la moindre explication. Il s’agit d’une forme de précarité extrême. Beaucoup ont des horaires de travail proches des 50 heures hebdomadaires. Ceux qui ont quitté les SSII, même pour des salaires moindres- ne veulent pas y retourner. La SSII sert juste à maquiller la précarité des missions. Il ne faut pas comparer les salaires en SSII avec ceux des postes traditionnels car il est logique qu’il soit inclus dans le salaire une prime de précarité. Il n’a que deux cas de figure possibles : ou un informaticien est brillant et va tout faire pour quitter une SSII aussi vite que possible, voire ne jamais passer par ce stade, ou il doit faire ses preuves et il y va car il n’a pas d’autre choix, tout comme quelqu’un va se résoudre à l’intérim.

  • Allonsbons123
    Allonsbons123     

    Perso, je suis en dernière année d'ecole d'inge à l'etranger pour un "MSc by research" "ca en jete hein L'ENGLISH" :sol:
    En informatique justement!

    J'ai lu tous les commentaires :fume:

    J'ai mis mon CV en ligne et le lendemain un recruteur m'a téléphoné chez moi
    au canada (à 6h20 du mat :hurle: :D )
    Mais il avait pas l'air d'avoir trop lu mon cv.
    Tous les gas de l'ecole qui ont leur cv en ligne recoivent des mails et des coup de tel.
    C'ete pas du tout comme ca il y a un an!
    En gros avant le recrutement ete carrément fermé :sweat:
    Et pas mal de boîtes viennent de le réouvrir :youpi:
    Mais de là à parler d'un manque majeur de personnel.....
    Je n'en suis pas certain.

    Je suis peu être bête mais si c'est si dur pour les SSII de faire payer plus cher les contrats et d'en décrocher c'est pi être parcequ'il y a trop de SSII :fume:

    Perso les SSII ca ne me branche pas et les grosses boîtes non plus d'ailleurs :p

    Un bref passage dans une SSII pour commencer pourquoi pas mais .....


    En ce qui concerne les formations à 2000euros par semaine :

    êtes-vous sur de pas payer n'importe quoi n'importe quel prix?(je suis sérieux)

    De plus, la même personne a l'air de considérer que tous les dev en entreprise
    se nome CARMAK :heink:

    La je suis surpris car je sais par expérience perso et celle de mes "collegues"
    que au bas mot 99% des dev n'ont pas ce niveau la....

    Ensuite, des boîtes marchent et d'autre pas et il y a des raisons à ca.

    Je vais vous donner un exemple excuser du peu assez fou :whistle:
    Je tiens à préciser que c'est réel.

    Je connais un type qui a fait un BEP commercial.
    Ce gas est très accro à la finance et au commerce depuis l'âge de 12ans!
    Ses compétences vont bien au delà de son BEP.
    Bref, il est entré dans une petite boîte au bord de la faillite.
    Ils étés 8 commerciaux à son arrivée et une poignée de "productifs"
    Ils ont viré tout le monde.
    Comme commerciaux il ne restait que lui et le pdg.
    à partir de là il a décroché des contrats la boite c'est redressé ils ont embaucher des "productifs"
    Maintenant, ils ont 26 employés et n'ont toujours pas pris de troisième commercial bien que l'activité de la societe ne cesse de croître.

    Cette histoire m'a quand même surprise car cela signifie que 6 commerciaux sur 8 étés inutiles!
    Non pas qu'il faille tous les virer mais le pdg lui même ayant fait une école
    de commerce,il avait visiblement un peu surestimer ses besoins en "commerciaux".

    Bref, les societes qui ont trop de gens "qui ne participent pas à la valeur ajoutée de la societe" ont forcément des diffcultés.
    Car ce sureffectif improductif augmente le prix de vos prestations=>plus diffcil d'avoir des contrats=>besoin de plus de commerciaux etc.....
    Du coup pour faire face on baisse le salaire des "productifs" on est plus exigeants avec eux etc....=>difficultés de recrutement "on cherche le mouton à 5 pattes"

    C'est ce phénomène qui s'est produit dans la societe dont je vous parle.
    Ca a fait fuir les "productifs compétents" et la boite s'est retrouvée dans la merde.
    En gros, il faut ce qu'il faut comme commerciaux mais faut aussi veiller à concerver des proportions dans ses effectifs raisonnables entre les diff catégories de personnes.
    Je me demande si il y a pas pas mal de boites qui souffrent de ce genre de pb.

    Second point :

    Il y a des boîtes prêtent à embaucher des gens d'ecole de commerce pour faire de l'info :??:
    Les même font la fine bouche pour des gens qui ont un DUT ou un dip d'inge en info!
    Excusez-moi mais je trouve particulièrement incohérent.
    Je peux même vous dire qu'il est plus facil pour un éléve d'une école de commerce de trouver un stage d'info que pour les éléves inge en info et IUT.
    Je trouve qu'on marche sur la tête.

  • juan75
    juan75     

    Si avec 15 ans d'experience le pauvre homme ne connaitrait qu'un seul language ca serait bien le diable. :sarcastic:
    Je ne comprend pas trop cet avis une personne polyvalent est bien plus utile qu'un simple developpeur web ou C++ .
    Ce qui est drole lors du recrutement c'est que le recruteur prefere tjr une personne specialisé a embaucher, mais une fois dans la boite on se retrouve tjr a devoir toucher a tout....

    ps : ne certif meme perimé demontre tout de meme une bonne capacité d'apprentissage .

  • totoleplubo
    totoleplubo     

    Be au final c'est pas compliqué:

    Les grosses boites (type FT, Schneider,...) demandent des informaticiens pour du dev mais ne veulent pas les embaucher, parce que c'est un besoin ponctuel:

    Elles soutraitent donc et passent par des SSII:

    Comme il existe un paquet de SSII, chacune propose le "meilleur" prix et cherche a etre la premiere sur le coup (normal, faut bien survivre, dans la jungle)

    Pour cela, soit elles ont la competence de disponible immediatement (c'est rare...), soit elles embauchent.

    Il faut donc le bon profil pile poil au bon moment au bon endroit, en accord avec le tarif proposé (= le mouton a 5 pattes est né)

    Mais dans les conditions proposées, personne ne peut correspondre au profil (sauf un jeune fou plein d'espoir...), mais, en fait, personne ne VEUT correspondre. C'est bien connu, la premiere chose que cherche a faire un prestataire, c'est de se barrer de sa boite prestation, pour aller faire bien sur le meme boulot (c'est pas le probleme, en fait), mais en direct, et donc dans de bien meilleurs conditions (salaire, ce, reconnaissance)

    La penurie n'existe pas, elle est entretenue par le systeme debile de la sous-traitance généralisée, qui ne satisfait personne: la grosse boite n'a pas un prestataire qui lui convient, la SSII peine a embaucher, l'informaticien ne se fait pas plaisir.
    Et, le pire du pire qui est en train de couler nos grands groupes: personne ne capitalise, la connaissance technique se perd dans les multiples prestaires, personne ne sait plus rien faire.

    Apres on recoit des mail du genre: "suite a une erreur technique, ...."

    Mais bon, la grosse boite et la SSII ont ramassé un bon paquet de pognon au passage, l'honneur est sauf.

    Ah, ces informaticiens....

  • MUNCI
    MUNCI     

    http://www.munci.org/20060421/UNEDIC-BMO-2006-L-ETERNEL-RETOUR-DU-MYTHE-DE-LA-PENURIE-D-INFORMATICIENS

  • Moonheart
    Moonheart     

    Ca m'intrigue de savoir de quelle école viennent et quel genre de diplôme d'ingénieur ont ces ingénieurs informatiques que tu dis payés comme des nounous... Car c'est vraiment très éloigné de ce que moi je constate autour de moi.

    Toute ma promotion de mon école (qui est pourtant tellement peu connue qu'à chaque fois les gens qui me font passer des entretiens me demandent de leur expliquer ce qu'elle fait) est salariée à plus de 28keuros/an et je ne connais pas de femme de ménage payée autant...

    Donc je reste perplexe, vraiment... surtout que les dernières études menées par des organismes indépendants s'accordent toutes à dire que le salaire moyen des développeurs de 3 à 5 ans d'expérience est actuellement de 34keuros/an et que cela compte aussi les non-ingénieurs.

    J'avoue ne pas arriver à voir dans quel milieu tu évolues pour que les salaires y soient si bas... mobile? industrie ludique?
    Il doit y avoir une raison pour laquelle vous en êtes là, mais une chose est sûre: ce n'est pas représentatif de l'informatique dans sa globalité, parce que je n'ai rien vu de similaire en 5ans pour ma part.

  • ChrisX666
    ChrisX666     

    Ce qui est affolant, c'est la chute des salaires des JD.
    On était embauché à l'équivalent 40-45 K? il y a 15 ans (on est tous au double voire triple maintenant pour les Freelances) alors qu'actuellement,
    les JD sont embauchés à <=30 : c'est de l'esclavage pur et simple !

  • Moonheart
    Moonheart     

    Ma foi, fidéliser un employé est toujours une bonne chose, mais ce n'est pas une pratique si aisée que vous semblez le croire dans la situation qui nous occupe, la formation de 3mois étant un GROS handicap à cela contrairement à ce que vous pourriez croire...

    Je m'explique:

    Déjà, la formation de longue durée, il y a pas pire pour "lier" un nouvel employé à sa société: L'embauché est complètement déconnecté du terrain pendant 3mois, il ne voit presque personne de la boite, ne suit ni ne participe aux contrats... Bref, c'est comme s'il ne faisait pas partie de l'effectif du tout, ce qui n'aide pas le tissage de liens "affectifs" avec la société.

    Ensuite, après avoir investi plus de 30.000euros sur votre employé, vous avez un fort besoin de rentabiliser (oui, parce que votre banque elle s'en fout que vous ayez des rentrées d'argent prévues pour les prochaines années quand vous solde baisse brutalement suite à des investissements de cet ordre)... Donc pas d'augmentation pour l'employé avant un bon moment, ce qui ne l'aidera certainement pas à se motiver pour rester.

    Enfin, même au niveau de l'intérêt du travail, cela ne sera pas facile: votre employé tout juste formé n'est que débutant dans sa technologie et donc vous ne pouvez le placer que pour les postes de grouillon les plus ingrats de ce domaine dans un premier temps, CV truqué ou non (et encore même avec, ça va pas être facile, comme dit précédement...)




    Mais le pire de tout, c'est que même si vous passez ces obstacles, vous n'avez aucune garantie qu'il reste durant les 3ans de contrats qui vous seront nécessaire à rentrer dans vos frais (au prix des contrats actuels, en tout cas... parce que pendant la bulle, fallait pas plus de 6 mois)

    En effet, durant cette durée, il peut se produire tout et n'importe quoi, comme, par exemple:
    - que votre employé se rende compte que finalement il ne peut pas blairer la technologie qu'on veut lui faire pratiquer et décide d'en partir dès que cela lui sera possible
    - qu'une société concurrente voit votre employé durant une mission et se dise: "Tiens, lui il commence à avoir de l'expérience et il a été longuement formé... Comme j'ai rien investi en formation pour ma part, je pourrais lui proposer plus en salaire que son employeur et le débaucher pour profiter de ses connaissances"
    - que votre employé subisse un boulversement dans sa vie exigeant qu'il rompe son contrat (déménagement, reconvertion, accident... etc)
    - que le marché que représente la technologie pour laquelle il a été formé se casse la gueule
    - que, tout simplement, avec son niveau de "débutant" (aux yeux des clients, tout du moins), votre informaticien formé ne décroche pas de missions


    Conclusion?

    Les risques sont justes trop importants et trop nombreux, surtout dans un contexte économique difficile...
    Certaines sociétés de grande taille pouvant faire et jouer sur les statistiques ("on va perdre 30% de l'effectif avant rentabilisation, mais en pérénisant les 40% qui vont rester plus de deux ans après celle-ci, on rentre dans nos frais avec des investissements en formation") peuvent se permettre ça.
    Les PME non, car elles n'ont ni la volumétrie ni la trésorerie nécessaire pour jouer sur les moyennes ("ok, je sais que j'ai que 30% de chances de perdre un employé avant rentabilisation, mais admettons que les 3 premiers embauchés tombent dans ces 30%, ma boite coule direct...")

    Or les PMEs, c'est 90% des emplois en informatique... et même si on regarde les 10% de grosses boites, ben comme presque tout le monde veut y entrer, elles ont largements assez de propositions de gens expérimentés pour avoir très peu à investir en formation!


    Alors je suis d'accord: SI les employés étaient moins enclins à changer de boite dès qu'on leur propose 1k de plus par an, SI ils arrêtaient de toujours courrir après les postes en grande entreprise, SI les clients remontaient un peu les prix des contrats et SI les gens arrêtaient de descendre dans la rue dès qu'un politique désire essayer une mesure pour donner d'avantage de raisons aux employeurs d'employer de jeunes diplômés sans expérience ALORS on serait dans un monde idéal où les entreprises pourraient facilement balancer des formations de 3 mois aux nouveaux embauchés...

    Mais avec des "si" on peut ré-écrire l'univers, de toutes façons...

  • Belzebuth_2
    Belzebuth_2     

    Plus sérieusement, il faut quand même de l'argent et un équilibre financier pour qu'une entreprise "marche". Le problème c'est que de plus en plus (pour les grosses boîtes) se font capitaliser en Bourse pour lever des fonds et se financer, parce que les banques ne font pas leur boulot de prise de risque et ne cherchent qu'à grossir. Résultat, les actionnaires veulent toujours plus de marges, et les patrons devront tirer les salaires vers le bas.

Lire la suite des opinions (58)

Votre réponse
Postez un commentaire