En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La messagerie d'entreprise ouverte aux tracts syndicaux

Le vote définitif de la loi sur la formation professionnelle et le dialogue social autorise la communication syndicale par e-mails et sur l'Intranet de l'entreprise.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

12 opinions
  • RUFF
    RUFF     

    Je pense que, salarié dans une entreprise, je serais plus à l'aise pour m'exprimer sur "mon" site que sur celui servant à tout le monde ... y compris au patron. La fréquentation du site "salariés" permettrait de mesurer leur intérêt pour celui-ci. Les syndicats craignent-ils cela ?
    Refondation sociale pourrait aussi mettre en cause es métiers déficitaires, dont le service public ne se distingue en rien de celui d'une entreprise privée et puis, tant qu'on y est, la remise en cause des privilèges acquis ... au détriment des autres.
    Pour revenir aux choses sérieuses, je ne crois pas à la lutte des classes bien que j'aie rencontré Paul Laurent et me soit inspiré de Raymond Guyot pour prendre certaines décisions. Ayant traversé ou fréquenté plusieurs classes sociales, du prolétariat familial au plus haut niveau de l'Etat, je demeure convaincu que les hommes doivent commencer par résoudre leurs problèmes eux-mêmes, que les mauvais, patrons ou salariés, doivent être sanctionnés.
    Pour ce qui est de la dernière phrase de Snoopit31 : je veux le rassurer sur les retraites. Mon grand père n'a pas grevé le budget de la "Sécu" naissante puisque mort l'année de ses 65 ans MAIS : on ne peut souhaiter vivre plus vieux et vouloir s'arrêter de travailler plus tôt. Il ya dans le pays nombre de gus assis derrière leur bureau qui peinent moins que le mineur au fond de la mine : pour lui je suis prêt à payer la retraite à 50 ans. Enfin, si vous voulez acheter des T-shirts à 1.50 ? ne vous étonnez pas que l'industrie textile délocalise !

  • Snoopit31
    Snoopit31     

    Il faut garder la symétrie des droits entre entreprise et syndicats. Justement la Direction utilise l'intranet pour diffuser ses infos, c'est logique que les syndicats puissent utiliser le même canal.
    Militant syndical depuis plus de 25 ans, combien de salariés viennent voir le syndicat seulement quand leur emploi est menacé alors que le délégué les a informé des risques depuis des mois mais, égoïstement, ils ne répondaient pas à la mobilisation.
    Autre motif, quand ils ont fait une bétise et que le syndicat doivent les sortir du bourbier et bien souvent sans merci après !
    Malgré tout certain y croit encore.
    Politisé les syndicat et les patrons ? Raffarin met ven place strivctement la politique écrite dans "la refondation sociale" du medef. Le baron fait bien de la politique pour s'octroyer encore une plus grosse part du gâteau au détriment de cotisations sociales et retraites des salariés.

  • jean marie_
    jean marie_     

    pour 2 résons:
    1)Un syndicat minoritaire peut faire passer des idée par une méthode top facile:
    - Car qui dit syndicat minoritaire dit faiblesses en militant, donc gros probléme dans la diffusion de tracts ou comptes-rendu des réunions: de CE,DP,CHSCT,et autres...
    - Et avec cette communication facile elle peut aisément posé des problémes sensibles lors des élections professionnels.

    2) La diffution de tracs et comptes-rendu par les élus et mandatés d'un syndicat mojoritaire est:
    - Une oblication pour ceux-ci de discuter, de débattre des problémes de l'entreprise et des problémes de chacun, donc une communication d'homme à homme.
    - Elle oblige les élus et mandatés d'être sur le terrain , et pas seulement devant le micro du syndicat.
    - Il faut y être pour toute l'information que cela apporte, mais pas en permanences.

  • LEBEBEL
    LEBEBEL     

    Je constate simplement que vous participez à un débat dans lequel vous critiquez les avancées sociales obtenues par les syndicats " "les syndicats ... pourrir la vie etc ..."
    J'espere que vous ne profitez pas des congés payés, ni de la protection sociale et qu'en cas de chomage vous serez assumer tout seul, quant A LA RETRAITE VOUS AVEZ CONSTRUITE LA VOTRE !!
    eXPLIQUEZ NOUS COMMENT VOUS ENVISAGERIEZ L'ARRET DE MESSAGES NON DESIRE ???
    PUB - INTERNET - PROPAGANDES ELECTORALES, ETC .........EN IMPOSANT LA DICTATURE ???

    COMMENT ET COMBIEN DE FOIS PAR AN VOTRE EMPLOYEUR VOUS INFORME DE LA MARCHE DE VOTRE ENTREPRISE ??

  • RUFF
    RUFF     

    Il faut garder la symétrie des droits entre entreprise et syndicats. Je ne pense pas que les syndicats admettraient l'intrusion du patronat dans leurs réseaux, pourquoi les entreprises devraient-elles accepter de se voir dénigrer en en fournissant les moyens. Il existe déjà le privilège des communications téléphoniques et des E-mails ! A vouloir être fair-play avec des gens qui ne le sont pas, on perd toute bataille y compris celle de l'information. Solution : que les syndicats ou le C.E. possèdent leur intranet et qu'ils y fassent leur soupe !

  • y.
    y.     

    au moins pour l'entreprise publique que je cotoie.
    Il existe déjà des règles de bonne conduite établies depuis quelques années avec l'expérience et quelques abus vite réprimés: on dépasse rarement 1 communiqué syndical de 3 lignes par quinzaine. Si l'on veut plus de détail on est invité à visiter les sites "intranet" des syndicats. Selon les sujets 30% à 40% des gens font cette démarche.
    En général ces communiqués signalent la mise à disposition de compte-rendus de CA, CAP, CTP, CHS... pour lesquels la direction ne diffuse en général aucun compte-rendus.
    La littérature syndicale ne pèse pas bien lourd face à la vingtaine de mails quotidiens vantant les mérites du viagra générique sans ordonnance!

  • bertrand B
    bertrand B     

    Les représentants du personnel sont la pour ça et sont élus par les salariés.
    Sauf que lorsqu'il existe des permanences, il n'y a jamais personne pour dire quoi que ce soit.
    Et comme la plupart ne veulent pas s'engager.
    Le proplème est le même que pour les élections. Je me plein mais je ne vais pas voter !!!!

  • bruno__
    bruno__     

    Sûr que dans le publique cà risque devenir la foire d'empoigne avec du spam a gogo
    J'y pensais pas mais e,n lisant l'article c'est vrai que ca me donne des idées pour demander a la direction de faire une rubrique pour le CE dans l'intranet et d'utiliser des comptes e-mails pour les represnetants
    On est une pette structure, peu voire pas syndicalisée mais ca n'empeche pas d'être informé et c'est ce que je trouve désolant... c'est ce manque d'information

  • A. Doré
    A. Doré     

    La représentativité des syndicats ne se mesure pas en France au nombre d'adhérents, mais aux voix recueillies aux élections professionnelles (comme les partis politiques d'ailleurs).
    Et si les adhérents des syndicats qui signent des accords d'entreprise ou de branche étaient les seuls à pouvoir en bénéficier, alors les adhérents seraient très nombreux et les syndicats plus constructifs.
    L'expertise de LANGMAND LD, est probablement dans l'obstacle à l'information des salariés: personnellement, comme ancien délégué syndical CFE-CGC, j'ai toujours constaté en distribuant des tracts la satisfaction de tous les salariés à recevoir de l'information. Chacun est alors libre de son opinion, et d'apprécier l'information comme il veut: il n'y a pas de démocratie sans moyens d'expression.
    Ceci dit, la proposition d'article reste excessivement prudente, et la messagerie interne restera toujours sous contrôle patronal, ce qui n'est pas surprenant.

  • LANGMAN LD  - Expert
    LANGMAN LD - Expert     

    Déja non représentatives des salariés de part le très faible pourcentage de leurs adhérents les centrales syndicales vont pourrir la vie des citoyens par l'envoi de courriels non sollicités.
    Par ailleurs virus, vers et dangers divers se verront multipliés.

    Et si l'on demandait leur avis aux interréssés (notre avis) la démocratie pourrait peut-être triompher.

Lire la suite des opinions (12)

Votre réponse
Postez un commentaire