En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La Justice transforme les entreprises en FAI

Début février, une cour d'appel a imposé à la BNP de conserver les données d'identification de ses salariés, comme un FAI avec ses abonnés. Toutes les entreprises donnant accès à Internet sont concernées.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • bernarmor1
    bernarmor1     

    enfin une décision utile!
    Cette décision va mettre un terme à l'impunité qui domine en France dans ce domaine.
    Elle va permettre de remonter efficacement jusqu'au salarié qui aura estimé devoir porter atteinte à un tiers à partir d'un poste informatique de son employeur.
    On comprend aisément l'intérêt que présente cette décision : comme n'importe quel individu,World Press Online doit pouvoir identifier celui qui lui a causé un dommage, et ce grace aux FAI (LA BNP est son propre prestataire dans cette affaire, elle gère ses IP...).
    Bravo et merci aux magistrats!

  • bernarmor1
    bernarmor1     

    Cette décision va mettre un terme à l'impunité qui domine en France dans ce domaine.
    Elle va permettre de remonter efficacement jusqu'au salarié qui aura estimé devoir porter atteinte à un tiers à partir d'un poste informatique de son employeur.
    On comprend aisément l'intérêt que présente cette décision : comme n'importe quel individu,World Press Online doit pouvoir identifier celui qui lui a causé un dommage, et ce grace aux FAI (LA BNP est son propre prestataire dans cette affaire, elle gère ses IP...).
    Bravo et merci aux magistrats!

  • Emmanuel DESVIGNE
    Emmanuel DESVIGNE     

    En effet... Je vais essayer d'expliquer la situation pour les non techniciens. Il existe une technologie, qui s'appelle(sans faire de pub) "serveur TSE" ou "Serveur Citrix". Avec ce genre d'architecture, un seul serveur (en général puissant) donne accès à plusieurs (4 à 40 en général) "clients fins" (sorte de terminal graphique) à un environnement graphique qui ressemble à deux gouttes d'eau à un vrai bureaeu de PC. L'utilisateur pourrait croire qu'il se trouve devant un PC classique, avec son clavier et sa souris. Mais en fait, toutes les actions sont traitées par un serveur unique, comme le sont les actions des autres utilisateurs reliés au même serveur.
    Et voici la problématique : avec ce genre de techno, les historiques (fichiers logs) ne contiennent que et uniquement l'adresse du serveur. Après, presque impossible de savoir quel client, parmis les N déservis pas le serveur, a été à tel ou tel endroit sur le net à une heure donnée.
    Dans ce cas, que faire ? Utiliser des techniques hyper coûteuses pour tenter de tracer les clients (même pas sûres qu'elles soient fiables à 100%) ? Ou empêcher les utilisateurs de surfer (ça n'est pas toujours le but) ? Ou abandonner cette technologie ?
    Vraiment, je pense de plus en plus que les législateurs (et autres juges) sont vraiment de plus en plus éloignés de la vie réelle...

  • le Zap's
    le Zap's     

    Si un Pc est en libre service, l'entreprise doit elle garder une trace de l'utilisateur connecté ce jour là ?

    L'entreprise doit elle se transformer en police de vichy et denoncer l'employé qui était dans le hall d'essai le 14 juin 1998 entre 7h et 7h21 ?

    Quid des Pc dans les hyall d'hotel et les cyber-café ?

    La justice ne tenterait elle pas de sous traiter son travail au secteur privé ?

    colère le Zap's

  • kiwem
    kiwem     

    Certains juges, ont du dormire sur les bancs de l ecole... Il est
    strictement interdit par la loi de controler l'activité de ses salariés,
    de les espionner et d'effectuer le moindre ficage. Sauf dans certains
    cas, et seulement si le salarié a été prevenue de la mise en place de
    tel procédé (pour un but de formation ou de surveillance de données
    sansibles), mais dans ce cas, le salarié doit été informé avec
    exactitude des procedure mis en oeuvre. Le comité d'entreprise doit
    avoir donné son accord ainsi que le salarié.
    Dans le cas de la BNP, elle est tenue de collaborer avec la justise,
    mais n'est pas tenue a un role de policier. Messieur les juges
    apprené le droit Français, et arreter de vous torturer le cerveau ...

  • bernard_
    bernard_     

    Les juges perdraient-ils pied dans cette société organisée par des imbéciles d'un côté et écumée par des voyous de l'autre ?
    Se rendent-ils compte des conséquences de leurs décisions ?
    Les citoyens ont de quoi devenir soucieux, inquiets et angoissés quant à leur sort devant cette justice.

  • Annie O'nime
    Annie O'nime     

    Si les DI et les Patrons risquent de se faire taper dessus par manque de journaux de connexion. Ils vont purement et simplement verrouiller les accès sortants, on va réussir à conquérir le monde (numérique) avec nos aneries.
    Tout le monde n'a pas une cohorte de Greffiers payés par le contribuable pour lire et écrire dans des petits journaux toute la journée.
    Vive le boulier et la tablette en argile.

  • Anne Honyme :)))
    Anne Honyme :)))     

    Moi je pense que, dans le même esprit et grâce à l'informatisation de plus en plus performante, l'ETAT devrait exiger des PTT qu'ils effectuent un suivi (petit scanner/caméra vidéo + marqueur code barre) des courriers déposés dans leurs boîtes aux lettres, des fois qu'il y ait des opinions subversives ou des anonymes ...
    Au passage, je pense aussi que les loueurs de voitures devraient s'y coller, rapport aux bracages & Cie, voire les pharmaciens sur les ventes de capotes, rapport aux violeurs et autres pédophiles qui se protègent, des fois que ...
    Bref, y-avait un film avec "Rambo" Stalone et des puces implantées dans chaque "citoyen" à la naissance, vivement qu'on y soit, non ????
    Allez, bonjour chez vous ! :))
    AH

  • patoh23
    patoh23     

    On voit tout de suite les limites de la justice face à la technique, elle manque d'élément d'appréciation réalistes et bien qu'elle tente d'apporter une réponse au plaignants
    Je pense qu'elle ne mesure pas la portée de certaines lois.
    Le pave est lancé !!!!! Pourra ton trouver un jour un juste équilibre entre flicage et surveillance préventive.

Votre réponse
Postez un commentaire