En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La justice australienne met Kazaa hors-la-loi

Le propriétaire du logiciel de peer-to-peer, Sharman Networks, a deux mois pour mettre en place des filtres antipiratage à destination des internautes australiens.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • Belzebuth_2
    Belzebuth_2     

    c'est bien parce que des producteurs les tournent !!! On devrait rendre les producteurs responsables du détournement de leurs oeuvres (Ils n'ont qu'à pas montrer les films qu'ils tournent). Bref, tout ça pour dire qu'on va sombrer de plus en plus dans l'absurde !!

  • Charfon
    Charfon     

    Oui, celà me fait aussi penser que lorsque j'ai acheté, à l'époque, les disques des Beatles, puis que j'ai acquis les CD correspondant, l'éditeur n'aurait dû me faire payer que les frais d'impression de la jacquette, celui d'un CD vierge et quelques frais de distribution.
    Pourquoi devrais-je payer 2 fois des droits d'auteurs pour les mêmes chansons ?

  • PLefa
    PLefa     

    C'est sûr que si les maisons de disques créaient des sites de téléchargement légaux (comme aux US), j'y inscrirait mes enfant immédiatement.

  • Raspoutinn
    Raspoutinn     

    Je serais curieux de savoir comment la Justice va évaluer un préjudice virtuel pour des plaignants dont le business était déjà en déclin et dans un contexte où plus de 3/4 des morceaux téléchargés ne l'auraient jamais été s'ils avaient dû être payés.

    Toujours dans les préjudices virtuels, je commence à me dire que je pourrais bien me faire rembourser auprès de ces éditeurs "victimes" tous les disques microsillons et CD dont l'usure m'empêche de jouir des droits que j'ai pourtant payés. Pourquoi pas une action collective ? Je réfléchis...

  • Dimitri de NANCY
    Dimitri de NANCY     

    Bah dis-conc, il en aura fallu du temps pour réagir, surtout depuis le temps qu'on critique Kazaa.
    Fin bon, comme partout, la justice est longue longue voir très très longue (bon stop mdr).

    Enfin, il faut avouer que c'est un peu tard pour demander des filtres pour les logiciels Kazaa, surtout quand on sait que la majorité des internautes se sont redirigés vers d'autres réseaux P2P. Un bon train de retard quoi ...

Votre réponse
Postez un commentaire