En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La fracture interne

La fracture interne
 

Depuis de nombreuses années, notre système de gestion repose sur le principe de la refacturation interne. Concrètement, chaque service facture ses prestations aux autres.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • Marc_
    Marc_     

    Et oui si les singes et autre étaient QUALIFIES il calculerait le couts sur 2 plans:
    pour votre nouvelle activité : les couts variables et les couts fixes (le personnel déja en CDI), seul si le cout variable du projet en interne sont supérieur à la sous traitance alors la sous traitance doit être choisie (et encore il faut regarder l'importance stratégique de l'activité dans la chaine de la valeur de l'entreprise) cette métode de gestion dite des 'couts complets' est aussi dépassé que les bases de données hiérarchiques (mais sont toujours aussi employés). On va vraiment vers la faillite de la France.

  • philipp
    philipp     

    il est vrai que ces systèmes de calcul ont leur limites, encore faut-il que les singes en question soient épaulés par des séniors !
    eh ! oui, y a-t-il un senior dans la société?
    votre problème souligne les choix dits "politiques" des projets : acheter une voiture sans le volant, car trop cher, le coût de revient global flambant, mettrait la marge dans le rouge...ou bien délocaliser une partie de sa prod car plus économique ailleurs...c'est du kif-kif bourrico !
    donc en micro-économie ou en macro, le singe en question reste un comptable à colonne simple pour ne pas dire un homo-mono ou uni neuronal...
    mettez une pancarte à l'entrée du bureau du singe D.G. "vive le développement durable", croyez-moi il finira par comprendre....le jour du pointage ANPE, car il n'y aura plus d'entreprise française depuis !
    l'oriental dit : tu touches, je touche ! je mange, tu manges ! ==> ceci étant la loi de la circulation des énergies : money money !!!

  • gestion Au Kilo
    gestion Au Kilo     

    nous, nous sommes une filiale d'une transnationale.
    Les gestionnaires du groupe ont calculés que notre taux optimum de rentabilité pouvait être atteint avec 150 personnes.
    donc, on nous a alloué 150 CDI et interdiction de dépasser cette barre fatidique au risque de faire baisser le taux de rentabilité.
    Dc, quand nous voulons monter un grand projet qui va durer deux ans au minimum (ex: ré-organisation du système informationnel et portage sur le réseau de nos applis métiers avec mise en conformité avec le groupe) on a comme choix :
    - pressuriser les équipes existantes jusqu'à épuisement (façon jus de raffarinIII )
    - embaucher des armées de stagiaires et de CDD et de contrats d'alternance qui partiront, emportant avec eux les connaissances du nouveau système.
    - embaucher des SS2I

    résultat, pour éviter l'imbroglio juridique des CDD, stages, alternances et autres contrats exotiques (qui finiraient par représenter 1/4 des employés), la RH a choisi la SS2I:
    Résultat depuis deux ans on sponsorise une SS2I (et pas à un prix d'ami) pour cinq ingénieurs qui gagneraient plus si on pouvait les embaucher.

    Quand la gestion des couts coutent trop cher...

  • altogachi
    altogachi     

    je vis cette situation quotidiennement...le pb n'est pas qu'on soit "trop cher" en interne ou que le "concurrent" baisse ses prix,
    les règles de refacturation en interne sont souvent ridicule et dangereuse pour l'entreprise : exemple
    lorsqu'on facture un prestataire à un client en gros l'objectif est entre 15 et 30% de marge (c'est l'objectif je le répète)...par contre en interne on prend le coût du personnel multiplié par 1,6 à 1,8 (je ne sais toujours pas pourquoi, on me dit que c'est comme ça!) auquel on rajoute son objectif de marge...du coup on va préférer payer une autre société voire embaucher quelqu'un d'autre plutôt que de faire travailler une personne en interne (qui peut même être en totale disponibilité)!!!! vive la SS2I! de quoi rêver !

  • Gestionnaires...
    Gestionnaires...     

    Ou alors, comme c'est souvent le cas dans les situations de "crise" économique, le "capital" humain est sous évalué pour expressément baisser les prix...

    C'est si facile de décider que finalement une journée passé par un admin coutera 2 fois moins cher que chez le concurrent, que ce genre de guerre des prix est tout bonnement suicidaire.

    Faire les choses en interne permet AUSSI de se rendre compte de la réalité des choses. Et essentiellement de la realité HUMAINE (temps passé, débuggage, suivi des utilisateurs, documentation, formation).

    Ne voir qu'un aspect (economique ici) des choses, vous conduira à l'erreur. C'est malheureusement systématique

  • ZeMeilleur
    ZeMeilleur     

    Passons sur le coté il est vrai un peu futile, et totalement risible de la situation.


    Mais cette situation montre que dans ce cas, il coute moins cher de sous traiter que de faire soi même, et avant de pestiférer, peut être faut il se poser la question du pourquoi, et éventuellement en tirer les conclusions :

    - Comment "Cout en externe + bénéfices" peut être supérieur à "Cout en interne sans bénéfices" ? Soit il y a une erreur d'organisation dans votre service, soit il sacrifieront sur l'autel des bas prix certains aspects du projet (comme la sécurité, pour reprendre ce qui est écrit plus haut).

    - Autre possibilité non évoquée au dessus : peut être sont-ils tout simplement moins chers que vous, auquel cas, ce système de facturation interne aura mis le problème en évidence, et vous aura fait économiser de précieux euros...


    Je crois que c'est une situation, il est vrai risible, qui montre un problème d'organisation, mais pas forcément du coté des singes gestionnaires.

Votre réponse
Postez un commentaire