En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La distribution d'ordinateurs portables aux collégiens à l'heure du bilan

La distribution d'ordinateurs portables aux collégiens à l'heure du bilan
 

Les Bouches-du-Rhône, l'Ille-et-Vilaine et Les Landes vont pérenniser leurs initiatives, et espèrent un soutien de l'Etat.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • Jean-Emile
    Jean-Emile     

    L'utilisation de l'informatique est évidemment l'avenir, depuis au moins vingt ans, celui qui n'a pas le permis de conduire une voiture est handicapé dans la vie courante et professionnellement, aujourd'hui c'est la même chose pour l'informatique. Mais l'outil est une chose, l'utilisation qu'on en fait en est une autre.... Outre les 50% d'enseignants "usagés" qui sans doute ne sont pas en mesure de guider convenablement leurs élèves dans l'utilisation de leur outil, a-t-on bien pensé avnat de prendre a décision et d'engager la dépense, au programme d'utilisation de la machine par les collégiens ? Tout d'abord, il y aurait sans doute moyen d'alléger le cartable en transférant les manuels scolaires sur DVD ou clé USB, ce qui aurait l'avantage d'entraîner les collégiens au quotidien à naviguer et à rechercher sur un support informatique. Les sujets de devoirs, et le rendu (dissertations par exemple) pourraient aussi s'effectuer sur ce type de support, ce qui aurait pour avantage d'obliger les collégiens à utiliser un traitement de texte, ce qui est indispensable pour tout un chacun aujourd'hui.
    L'idée est bonne, mais on a sans doute "mis la charrue avant les boeufs" en commençant par l'outil au lieu de réfléchir à la manière de l'utiliser...
    Un ordinateur portable est également un objet cher et fragile, et je pense qu'on devrait aussi sensibiliser et responsabiliser (financièrement) les élèves en cas de détérioration ou "perte" du matériel qui leur est confié.

  • charlie321321
    charlie321321     

    Je ne sais pas si la faute d'orthographe est faite exprès, mais elle prête à rire...

  • Invites
    Invites     

    sur Marseille certains élèves peuvent accéder à TOUS les sites internet. C'est pas sorcier.

    Former à Word c'est idiot, dans qq années il y aura autre chose dans les entreprises mais pour améliorer l'orthographe que font les enseignants ? Certains jeunes ne savent pas utiliser le correcteur orthographique.

  • buzhug35
    buzhug35     

    Bonjour,
    De mon coté, enseignante en mathématiques dans un établissement d'Ille et Vilaine, j'ai voulu essayé de voir comment utiliser "pédagogiquement" ces ordi35.
    Pour une utilisation du tableur (pgcd ou statistiques), cela se fait ? mal ? mais se fait. Pourvu qu'on ait en plus un ordinateur dans la salle couplé à un vidéoprojecteur ? et beaucoup de patience.
    Pour le reste, j'ai essayé pas mal de choses :
    * l'utilisation de logiciels interactifs en ligne (MEP) : pas de bol, il y a une borne Wifi pour tout l'établissement et bien sûr très éloignée des salles de classe ; quand à l'utiliser sur leur temps de permanence (qui coup de bol est à côté de la borne), cela s'est avéré illusoire : a priori ils n'ont pas le plug-in nécessaire et pas de droit au téléchargement ?
    * j'avais moi-même conçu des pages interactives sur des sujets précis (racines, calcul littéral, ?) que j'utilisais en classe avec un support papier (2 questions de chaque page à retranscrire sur le papier) : il faut 20 minutes pour transférer les données à l'aide d'une clé USB sur 10 ordinateurs ? donc on attend encrore 10 minutes pour qu'entre voisins le reste des ordi récupère les fichiers, il ne reste plus grand temps pour l'activité ; ajoutant à cela que n'étant pas une pro de l'informatique, il m'arrive de laisser un bug ou deux dans certaines pages, la mise à jour est une nouvelle partie de casse tête ?
    Bien sûr, on a tout ce qu'il faut pour que cela fonctionne : un réseau sur lequel les données sont déposées et où les élèves pourraient les récupérer à l'aide d'une clé USB ; on a même une plate forme collaborative accessible sur le net où les fichiers sont aussi en téléchargement ? mais les élèves n'ont aucune envie de s'en servir, et comment les obliger alors que l'opération a été présentée comme le prêt d'un ordinateur à un adolescent de 3ème et non un élève et sachant que tous n'ont pas accès à internet.
    De plus, lors de la réunion parents-profs de rentrée, je me suis fait presque agressée lorsque j'ai osé dire qu'ils pouvaient télécharger MEP4ème pour réviser les notions qu'ils n'auraient pas bien acquises l'année passée : "croyez-vous que les élèves auront envie de travailler avec leur ordinateur ?".
    L'année dernière, c'était échange de musiques, jeux et films ? pourquoi cela devrait-il changer ? Les seuls élèves qui jouent le jeu sont de bons élèves, stressés par la réussite ? était-ce vraiment ce public qui était ciblé ?
    En attendant, la part de mes impôts qui va au Conseil Général a augmenté de façon allucinante depuis 2 ans ? :S

  • laurentiss
    laurentiss     

    :??: C'est tout simplement grotesque. Mon fils de 12 ans remplit des QCCM pour décrire la barre d'outils d'Excel. A quoi ca sert ?
    Il est louable :) de donner une machine à ceux qui n'en ont pas, mais l'informatique doit rester un outil, un support, un moyen. Réduire les enseignants à des formateurs Word c'est un grand pas vers l'enseignement sans enseignants. Voila comment l'administration récupèrera les sous investis dans l'électronique asiatique! :fume: .

  • StephaneCr
    StephaneCr     

    Personnellement je suis très critique face à cette débauche informatique.
    En tant qu'enseignant, je ne peux que regretter les difficultés que
    rencontrent déjà les élèves à manier un simple stylo aussi bien pour
    écrire que pour résoudre une équation, et ce n'est certainement pas
    l'ordinateur qui va améliorer cet état de fait. Maintenant au niveau des
    usages l'informatique peut apporter beaucoup dans l'apprentissage, mais
    l'ordinateur ne doit pas être considéré pour autant comme autre chose
    qu'un simple outil, au même titre qu'un livre (objet bien plus maniable,
    lisible et portable), et son usage ne devrait pas dépasser les 25% du
    temps en classe. Pourcentage déjà énorme si l'on considère tous les
    désagréments qu'il faut subir comme le bruit des ventilateurs, et disques
    durs, la chaleur dégagée dans des salles de classes souvent trop petites,
    et la quantité d'électricité rarement écologique consommée en plus.
    Mais peut être que certains y voient avant tout, un marché de futurs
    consommateurs informatiques, ou un moyen de canaliser des élèves dissipés
    dans des salles ouvertes aux heures de repas (au lieu de les voir s'activer
    sportivement dans les cours de récrée). Je trouve, comme beaucoup, que
    cet outil serait bien plus utile à d'autres, et qu'il y a plus important
    à faire comme dépenses dans les établissements scolaires: les manques
    d'infirmières et de surveillants se font cruellement ressentir trop
    souvent.

    Questions ouvertes:

    * En tant qu'enseignant comment l'éducation nationale peut-elle nous
    demander de valider auprès des élèves des compétences pour le Brevet
    Informatique et Internet (B2I) alors qu'elle ne nous reconnaît pas
    officiellement (par l'octroi d'une attestation) ces mêmes compétences ?

    * Toujours en tant qu'enseignant, que doit-on comprendre à
    "L'élève doit être capable de :"
    " ... - utiliser les logiciels et les services à disposition."
    (source: http://www.education.gouv.fr/bo/2006/29/MENE0601490A.htm )
    car les logiciels mis à la dispositions des élèves sont différents
    d'un établissement à l'autre, et cela peut aller du simple éditeur
    de texte à la suite bureautique complète, ou du logiciel de dessin
    simpliste au programme de traitement d'image comme The Gimp.
    A partir de là, qui peut en toute honnêteté intellectuelle dire que
    tel élève est capable d'utiliser les logiciels mis à disposition ?
    (De quoi créer, en tout cas, des inégalités dans l'obtention du B2I)

  • invité2
    invité2     

    Je trouve que c'est une honte!! Un PC (disons 600€ pièce) pour chaque 3° dans tous les collèges d'un département, je n'ose même pas imaginer le prix de revient total! Par collège ça doit faire dans les 50 000€ en moyenne, donc multiplié par le nombre de collèges.............

    Surtout que ce PC est donné à des 3°. Si encore c'était pour des terminales, je pourrais presque comprendre. Quand on est en terminale on travaille, tandis qu'en 3°... Si des PC devaient être distribués, les personnes qui en feraient le meilleur usage seraient les étudiants. De plus cela leur permettrai d'éviter de s'endetter avec le soit diant PC à 1€ par jour!

    Si quelqu'un (à part un pédago) pouvait me dire ce que des 3° peuvent faire avec un PC en cours!!! En maths c'est parfaitement inutile à leur niveau: ils ne vont pas faire des équations avec!! En français, ils ne pourront pas directement taper le cours: si il y en a déjà 2 qui savent taper dans toute une classe, les pédagos pourront faire la fête!! Idem en histoire/géographie, en langues... Pour ce qui est de la technologie (si le nom n'a pas changé) un PC pour chaque élève c'est totalement idiot étant donné que les salles de techno sont déjà informatisées. etc...

    Et leur soit disant progression au B2I!! La j'éclate de rire! Il n'est sans doute pas lié au prêt/don de PC. C'est tout simplement qu'il y a plus de familles qui sont équipées qu'avant. On le voit bien dans les sondages que le pourcentage de familles possédant un ou plusieurs PC augmente d'années en années!!

    Je préfère arrêter la, ça me dégoute de voir que [s][g]l'argent des impots est jeté par les fenetres![/g][/s]

Votre réponse
Postez un commentaire