En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La Bibliothèque nationale prête à immortaliser le Web français

Après cinq ans d'expérimentations, la Bibliothèque nationale de France est fin prête pour relever l'immense défi d'archiver le Web français. Elle n'attend plus que le feu vert législatif qui rendra obligatoire le dépôt légal des sites.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

21 opinions
  • bernard dicque
    bernard dicque     

    La BN ferait mieux de dépenser l'argent du contribuable pour mettre tous ses documents manuscrits sur le net et donc les rendre accessibles à tous. Qu'en pensez-vous ? Quel est actuellement le pourcentage des documents accessibles directement sur le net (pas les imprimés mais au moins les manuscrits) ? 1/10² ou 1/1000000 ? Au travail !!!
    bernard

  • berog
    berog     

    J'ai été au bout de ton texte mais à quel prix, parfois en relisant trois fois pour comprendre ...
    Merci de faire un effort sur l'orthographe et la ponctuation (c'est primordial pour la compréhenson d'un texte).

  • linguophile
    linguophile     

    Très heureuse que quelqu'un pense à cette institution si utile ! La commémoration récente du débarquement montre une fois de plus combien il est important de préserver les reliques, n'en déplaise aux contestataires en culottes courtes.

  • linguophile
    linguophile     

    Cela existe déjà ailleurs (en Suède, je crois), sans parler de webarchive. C'est à la fois inutile et indispensable. Il s'agit tout simplement de préserver une partie du patrimoine de l'humanité. Peut-être cela contribuera-t-il à ce que les générations futures soient plus sages (que nous) !

  • Fred_
    Fred_     

    Merci à l'Institut National de l'audiovisuel, d'archiver, conserver, restaurer, tout se patrimoine de l'audiovisuel et radio et maintenant Internet pour mémoire pour nos enfants et aussi pour les chercheurs.

    http://www.ina.fr/

    Cordialement.

  • Marine_
    Marine_     

    POur répondre à au moins une des questions : oui, l'Institut National de l'Audiovisuel (INA) archive une partie des émissions radio et télédiffusées. Dans le même but qu'une partie de l'archivage du web, l'opération consiste à laisser trace aux générations futures du patrimoine culturel et intellectuel de la société actuelle. On ne peut plus en effet viser l'exhaustivité, mais le dépôt légal pour les productions audiovisuelles répondant à certains critères bien définis permet de s'en approcher.
    C'est pareil pour le web : prendre des "photos" du web, à intervalles réguliers permet de laisser quelques traces... notamment parce qu'une société ne peut construire son avenir sans connaître son passé - au moins en partie.

  • bib bib
    bib bib     

    les premiers messages de ce forum m'ont quelque peu attristé. Nous avons besoin de témoignages pour écrire et comprendre notre Histoire. La mémoire est un devoir.
    Qui pourrait nier l'importance d'Internet alors qu'il devient le premier des médias ?
    Tous mes encouragements, et vive l'action des services publics.

  • Philippe GRANGIER
    Philippe GRANGIER     

    J'ai écrit pas plus intéressant que l'histoire et la sociologie parce que j'adore ces deux disciplines.
    Il est d'aileurs marrant de constater dans ce débat qu'en nous présentant un projet sous son seul aspect technique, le débat porte donc principalement sur la technique et les coûts afférents. Or un projet n'est viable que si il a un sens. Il est dommage que l'auteur de l'article n'évoque pas ce que les gens de la BN ont défini comme objectifs. Car tout ceci n'est qu'un moyen. Soit l'on connaît alors peu ou prou la place de la BN, sa fonction, son intérêt, soit on en ignore tout comme certaines participations sur ce forum le révèle. Ceci dit l'idée de sous traitance pour la partie technique me semble une bonne idée à cette réserve près qu'une grande incertitude de glissement de coûts et de pérennité de choix techniques voire du prestataire pèserait alors.
    Quant au rôle de l'état, toutes les infrastuctures, ferroviaires, routières, de (télé)communication en général sur lesquels se ruent les gestionnaires privés avec parfois des aspects novateurs et positifs n'ont d'existence que parce qu'il a draîné les deniers publiques au fil de notre histoire vers ce qui constitue maintenant le socle de notre vie sociale actuelle.
    Positivement pour connaître l'histoire et la fonction de la BN (créée au 15° siècle) rendez vous sur cette page: http://www.bnf.fr/pages/connaitr/siecle.htm

  • laurent__
    laurent__     

    J'ai l'impression que la proposition ne crée guere l'enthousiasme, ce qui me parait incroyable (ou alors, dans ce que j'ai lu, c'est d'un bon parti pris anti-Etat et anti-chercheurs).
    Pour le stockage, un site web ce sont juste des fichiers. Ca se stocke sur disque dur (et il faut les copier quand on change de matériel), ou sur bandes accessibles pour les gros volumes (comme dans les centres de calcul). Ca doit certes prendre de la place - mais la bibliotheque nationale prend plusieurs immeubles et personne ne s'en offusque.
    Plus généralement, il y a sur le web (pas seulement les newsgroups -pas si connus de l'internaute lambda- mais les sites persos ou associatifs) des contenus qu'on ne trouve nulle part ailleurs ou du moins pas dans un cadre soumis au dépot (tracts, journaux associatifs, ...).
    Quant a l'aspect national, cet échelon vient de celui de la bibliotheque, mais nier qu'il existe un internet francais est un peu gros, ne serait-ce que tout ce qui fait référence aux lois, vie politique, syndicale,... francais (exemple: la LEN, c'est francais et pas canadien). Et tant qu'on y est, il y a l'aspect linguistique: on sait reconnaitre un texte en francais quand meme...
    Le seul hic serait si on fait fermer des sites pour non respect du dépot légal. Mais comme un site est accessible sans demander, on peut techniquement l'enregistrer sans rien demander (ou sans réponse, p.ex. dans le cas ou le webmaster ne lit jamais sa boite, ca arrive)

  • Namie
    Namie     

    Je me pose juste la question de savoir si dans 20 ou 30 ans il y aura encore des machines compatibles pour lire tout ça...
    C'est comme les bandes magnétiques en bobine...où trouve t'on encore de quoi les lires à par dans une brocante. Un site web, c'est beaucoup plus dure à mettre sur un autre suport que le son.

Lire la suite des opinions (21)

Votre réponse
Postez un commentaire