En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L’EFF publie et critique l’accord de licence des développeurs iPhone

Mis à jour le
L’EFF publie et critique l’accord de licence des développeurs iPhone
 

« Un seigneur féodal, arbitraire et jaloux ». Fred von Lohmann, avocat de l'Electronic Frontier Foundation, critique violemment Apple concernant l'accord de licence réservé aux développeurs iPhone, un document jugé calamiteux.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • Lobotom
    Lobotom     

    Bref, ce qu'il manque c'est le Linux du smartphone. C'est le software collectif du monde de la téléphone. Hésiter en Android, IPhone ou Nokia, c'est tomber de Charybe en Scylla.

    Où est tu Linus Torvalds du smartphone ?

  • kosnik
    kosnik     

    À ma droit nous avons un firme qui nous donne pas le choix des logiciel utilisé, ils savent mieux ce qui correspond à nos besoin. À ma gauche, une firme qui scrute tout nos faits et gestes, pour mieux nous servir.

    Tu parle d'un choix, je préfère attendre voire ce que va donnée Meego de Nokia et INTEL.

  • Traroth2
    Traroth2     

    Il y a déjà un concurrent à la hauteur : Android.

  • cipey
    cipey     

    Personellement, j'adore mon iphone jailbreaké. SAns jailbreak, effeectivement, il n'a aucun interret, qui plus est pour les developpeurs qui souffrent de l'egemonie de la pomme. Ceci change notamment grace à l'egemonie de GOOGLE, mais aussi bientot grace a l'egemonie de MICROSOFT ET ADOBE.... Finalement on critique les uns et les autres en disant qu'untel ou un autre a le monopole, mais ce n'est que deplacer le problème, car que se soit APPLE, MICROSOFT, GOOGLE, AUTODESK... ce n'est qu'une bataille de grande firme contre grande firme.
    Ceci est peut etre un peu hors sujet, mais prenons l'exemple d'ADOBE dans le milieu de l'infographie: Si tu n'utilise pas Photoshop, Illustrator ou Indesign, ou Flash ou Dream, tu utilise quoi??? Scribus ou Gimp, ou Bluefish??? il ne faut pas se leurer, ces derniers ont malheureusement quelques siecles de retard par rapport au geants cités...
    Par contre il est effectivement innaceptable que le developpeur d'appli IPHONE se voit menacé par la pomme ; "manan, developpe une application qui ne fait que se que je veux, sinon tu ira nourir les fauves..." ;)

  • vflux
    vflux     

    en lisant ce document je me dis que la plupart des développeurs seraient les 1ers ravis de l'émergence d'un service concurrent à la hauteur.

    on verra avec WP7

  • LinoBE
    LinoBE     

    Toujours à propos de cette appareil privateur de liberté très apprécié des beaufs :

    Je rêve avec le ballot screen mais à quand le choix du navigateur sur iPhone, et même simplement le droit à un alternative à Safari ?

    On n'arrête pas de tirer sur Microsoft mais pendant ce temps Apple installe dans l'impunité un système tout aussi scandeleusement inacceptable.

  • HIPe
    HIPe     

    Je pense heureusement qu'en France de nombreuses clauses de ce contrat seraient jugées abusives...

    Il suffit de lire l'article L442-6 pour se rendre compte du caractère hautement illicite de nombreuses clauses:

    "I.-Engage la responsabilité de son auteur et l'oblige à réparer le préjudice causé le fait, par tout producteur, commerçant, industriel ou personne immatriculée au répertoire des métiers :

    [..]

    2° De soumettre ou de tenter de soumettre un partenaire commercial à des obligations créant un déséquilibre significatif dans les droits et obligations des parties ;

    4° D'obtenir ou de tenter d'obtenir, sous la menace d'une rupture brutale totale ou partielle des relations commerciales, des conditions manifestement abusives concernant les prix, les délais de paiement, les modalités de vente ou les services ne relevant pas des obligations d'achat et de vente ;

    5° De rompre brutalement, même partiellement, une relation commerciale établie, sans préavis écrit tenant compte de la durée de la relation commerciale et respectant la durée minimale de préavis déterminée, en référence aux usages du commerce, par des accords interprofessionnels

    [...]

    9° De ne pas communiquer ses conditions générales de vente, dans les conditions prévues à l'article L. 441-6, à tout acheteur de produits ou tout demandeur de prestations de services qui en fait la demande pour l'exercice d'une activité professionnelle ;

    [...]"

    Ca se passe de commentaires...

Votre réponse
Postez un commentaire