En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

ISO et réalité

ISO et réalité
 

La certification ISO 9000, que possèdent de plus en plus de fournisseurs, n'est pas toujours le gage de la qualité que nous sommes en droit d'attendre dans les produits et les services.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • Leclerc
    Leclerc     

    C'est vrai qu'il doit y avoir une démarche qualité, initialisée par la Direction sinon la certification ne sert à rien sauf à pouvoir répondre à des appels d'offre.C'est quand même dommage de ne faire des efforts que pour obtenir le certificat.Par rapport à la version 1994 de l'ISO,la version 2000 a justement était créée pour mieux correspondre aux besoins de l'entreprise : il y a moins de procédures, il y a des tableaux de bord qui servent aux managers. Pourquoi ne pas adopter ces principes de bon sens pour mieux fonctionner? Même les PME sont concernées par l'existence de tableaux de bord,aussi simples soient-ils.

  • Didier_
    Didier_     

    ... mais pour les PME, la certification n'est qu'une question de marketing pour pouvoir répondre à des appels d'offres de leurs clients, et non pour s'améliorer. Or, les PME représentent 95% des entreprises en France. Une certification doit s'intégrer dans une démarche Qualité; si ce n'est pas le cas, cela reste une vision marginale sans impact réel sur le fonctionnement de l'entreprise et la vision du manager.

  • Leclerc
    Leclerc     

    C'est vrai que la norme ISO dans sa version 2000 s'interesse aux processus et non à la qualité du produit. Il faut noter quand même que la satisfaction client est primordiale pour l'ISO 2000. Si le produit n'est pas bon, cela se verra en principe par la mesure de la satisfaction client. Ce qui est interessant dans l'ISO, c'est l'amélioration continue. Il faut prouver que l'on s'améliore d'année en année dans le fonctionnement des processus. L'ISO 9001 version 2000 est intéressant aussi parce qu'il devient maintenant un outil de management: les managers intégrent la qualité dans leur fonctionnement quotidien. La qualité n'est plus comme avec la version 94 le domaine des qualiticiens mais devient l'affaire des managers et de la Direction. C'est cela qui est révolutionnaire dans la version 2000 et rend la qualité utile au jour le jour.

  • Didier_
    Didier_     

    Il faut ajouter que ce n'est pas une entreprise qui est certifiée Qualité, mais une ou plusieurs activités de l'entreprise; qui plus est, ces activités peuvent n'avoir aucun rapport avec les produits ou services vendus. Il faut toujours préciser pour quelles activités telle entreprise est certiée, sinon on abuse le client (c'est souvent voulu!)

  • Jean rené RUAULT
    Jean rené RUAULT     

    Nous ne sommes ni les premiers, ni les seuls, ni les derniers à dire que les logiciels peuvent être fiables.
    Les bonnes pratiques de génie logiciel sont connues de tous depuis longtemps. Il y a des projets qui réussissent depuis longtemps, mais encore beaucoup trop de projets qui échouent engageant les interlocuteurs dans un conflit.

    Nous revendiquons le droit de faire des logiciels fiables, ce n'est pas une position puérile.
    Envisageriez-vous de subir une importante opération chirurgicale avec un système d'imagerie qui présente des anomalies?

    Nous n'avons pas LA solution miracle, mais une des solutions possibles.

    Nous invitons ceux qui sont persuadés que les logiciels peuvent être tout aussi fiables qu'un autre système industriel à en parler et à mettre en commun les moyens que les uns et les autres ont déployés pour atteindre un haut niveau de fiabilité des logiciels.

    Conscients que tous ne sont pas persuadés de la pertinence de cette position, nous n'envisageons convaincre tout le monde. Nous ne sommes pas dans une logique d'inquisition.

    Sincères salutations.

  • Traroth
    Traroth     

    La norme ISO 9000 n'est pas un engagement à fournir un produit/service de qualité. C'est un engagement à suivre des procédures établies, dont on espère un resultat de qualité.
    En d'autres termes, la norme ne porte pas sur le resultat, mais sur le processus visant à produire ce resultat. Maintenant, si vous pensez que votre fournissuer ne suit pas réellement sa procedure, c'est different (ça se serait vu...)

  • Traroth
    Traroth     

    Un forum n'est pas le lieu pour faire de la publicité, et repondre à un article qui se veut général (la certification ISO n'est pas une panacée) en disant "nous, on sait tout mieux faire que tout le monde", c'est quand meme assez pueril, non ?

  • fmaillard
    fmaillard     

    L'ISO 9000 est une suite de normes s'adressant au management de la qualite.
    L'INGENIERIE et la QUALITE DU LOGICIEL et des SYSTEMES sont des domaines regis par une suite de normes et de referentiels (15288, 12207...)repondant aux problematiques suivantes :
    - Caractéristiques de qualité du logiciel et métriques
    - Evaluation du produit logiciel
    - Application de l'ISO 9001 au développement, à la mise à disposition, à l'installation et à la maintenance de logiciel
    - Processus du cycle de vie du logiciel
    - Evaluation de processus
    - Processus du cycle de vie du système
    - Corpus de connaissances du génie système
    - Infogérance
    - Système ouvert distribué

    Je vous invite a consulter pour de plus amples informations l'url suivante : http://comelec.afnor.fr/afnor/iqls

  • Jean rené RUAULT
    Jean rené RUAULT     

    Je suis intéressé et sensible à votre témoignage.
    Consultant indépendant, j'ai eu, avant, de longues activités de recette, test & validation.
    Le produit sur lequel nous avons travaillé est réputé chez le client pour sa fiabilité, sa robustesse.

    Dans le logiciel, la certification est un élément clé, mais insuffisant. La dimension juridique et contractuelle est incontournable.

    Asseoir la relation sur des bases contractuelles saines et les meilleures pratiques du génie logiciel est un préalable nécessaire.

    Avec un juriste d'affaires, expert dans le domaine des NTIC, nous avons élaboré la méthode Astragale© qui articule cette base contractuelle avec la gestion technique du projet.
    La dimension juridique met en évidence les obligations contractuelles des parties et encadre le projet du début à la fin.
    La dimension technique traduit ces obligations contractuelles à l'aune de l'état de l'art, en termes d'activités, de livrables, et les met en oeuvre dans le projet.

    L'ISO devient alors un puissant levier pour spécifier, concevoir, développer, valider, déployer, maintenir et retirer du service des systèmes logiciels qui répondent aux besoins des utilisateurs, qui soient fiables, maintenables, évolutifs, robustes.

    Les anomalies des logiciels ne sont pas une fatalité. Comme les autres métiers, le développement logiciel peut être une discipline mâture, professionnelle.

    Si vous en êtes aussi persuadés, rencontrons-nous pour en parler.

    Jean René RUAULT

    ruault@clefdevoute.com

Votre réponse
Postez un commentaire