En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Interview de F. Loos, ministre délégué à l'Industrie : la France et l'innovation

Interview de F. Loos, ministre délégué à l'Industrie : la France et l'innovation
 

Près de 8 millions de Français branchés haut-débit, des ventes de PC parmi les plus dynamiques d'Europe... La France rattrape son retard dans les TIC. Mais les PME françaises, elles, sont à la traîne. François Loos revient sur les récentes mesures gouvernementales pour favoriser l'innovation en France.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • SoldMySoul
    SoldMySoul     

    Il faut surtout une réponse économique. En France, il y a trop de charges qui pèsent sur les petites structures personnelles ou les start ups.
    Aux US, il est possible de vendre et de vivre de ses sharewares, ici non :(

    Surtout que la plupart des grosses compagnies du net d'aujourd'hui sont à l'origine des sociétés garage comme Google, Yahoo ou Skype.

  • Belzebuth_2
    Belzebuth_2     

    innovation et diffusion de technologies existantes. On n'invente pas, on répand juste ce qui se fait déjà...

  • Renee 35
    Renee 35     

    Nouveaute: les clients achetents bravo (pour Carrefour, Dell& co au moins)
    Triste realite les entreprises francaises sous-investissaient et sous-investissent toujours

    Quant aux engagements pris ils sont peu convaincants

    + pour le Small Business Act: observons. Est ce a prendre au serieux

    + pour les poles de competitivites: Se satisfaire de la proportion dediee aux TIC est pour le moins innaproprie comme le relayait deja 01net ce mois ci.
    6 (a condition de ne pas etre trop regardant) seulement sur 67 soit 10%. signalons que 30% des aides de l'ANVAR vont a l'informatique. sans parler de la situation internationale bien sur, ni des innombrables rapports parlementaires ne serait ce que dans l'annee en cours

    alors souhaitons que l'avenir ne nous reserve point trop de gargarisme mais beaucoup de perseverance de la part des decideurs publics pour cerner les veritables enjeux de la profession

Votre réponse
Postez un commentaire