En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Un pistolet en métal imprimé en 3D.
 
Un pistolet en métal imprimé en 3D. - Defense Distributed

N’importe qui peut désormais se confectionner un Colt 45 plus vrai que nature. Grâce à la mise à jour de l'imprimante 3D du crypto-anarchiste Cody Wilson.

Inscrivez-vous à la Newsletter Actualités

Newsletter Actualités

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • ChrisAimeLaVerité
    ChrisAimeLaVerité     

    Avis de tireur sportif: les température et pression dans une arme à feux excèdent largement les capacités des matériaux générés dans une imprimante 3D. Ne pas s'imaginer que les plastocs et alliages lègers COLLES dans ce genre de matériel y résistent: déja, dans une .22LR on dépasse largement les 1000 bar, sur un calibre de chasse on peut avoir 3800 bar, c'est à dire que les tenons de culasse prennent 3,8T...Avec une culasse fabriquée en particule d'alu collées je ne me risquerais pas à mettre ma figure juste derrière!
    Il y a quantités de vidéos où des rigolos montrent une "arme" fabriqué avec une imprimante 3D, ce qu'ils ne montrent pas, c'est le résultat du tir: le canon s'arrache et part avec la balle(au premier coup), ou/et la culasse explose...Quand on cherche(on trouve) des vidéos faites par des organismes étudiant les armes à feu, où on voit comment ça explose bien, les "armes" faites avec des résidus de bouteilles en plastoc(c'est ça le plastique des imprimantes 3D).
    NE PAS CONFONDRE armes "imprimées" par un particulier, et armes presque finies(usinées à 80%) finies(usinées!) par une machine à commande numérique. Aux USA on peut trouver(mais pas au Wall Mart entre le Coca et les pantalons!) des carcasses presques finies à finir soi même: là il faut pouvoir usiner, éventuellement rapporter des matériaux résistants, sur une carcasse en alliage léger, et trouver le reste de l'arme.
    Evidemment, si l'article concernait les plaquettes de crosse, ou autre partie d'une arme ne supportant pas des pression et/ou température trés importante, cet article décrirait une réalité, réalité trés ancienne toutefois: il y a longtemps que des armes ont leurs carcasses faites en synthétique(Glock comme exemple connus).
    Là tel qu'il est rédigé, l'article est racoleur, inexact, on appelle ça un article "putaclick".

  • RedGuff
    RedGuff     

    "d'armes de point" : Nom d'une virgule !

Votre réponse
Postez un commentaire