En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Google Print dans la langue de Molière

L'américain invite les éditeurs européens, dont les français, à déposer leurs livres dans sa base de données numérique.

Inscrivez-vous à la Newsletter Actualités

Newsletter Actualités

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • Ethan Popov de Valencia
    Ethan Popov de Valencia     

    Je crois que l'économie de marché est une réalité qui ne doit pas pour autant devenir un idéal. Elle doit petit à petit rentrer dans les mauvaises archives de notre chère histoire....basé sur les livres (c'est là que commence la perte de notre mémoire humaine).

    Je crois que le projet de Google est pris comme une bonne idée (Ce qui est une bonne idée, philosophiquement!).

    Mais je ne crois pas que Google est quoi que ce soit avoir avec une oeuvre de charité et l'idée devient alors une terrible machine qui par son agrandissement (ici Google Print!) fraîne pour un temps ses concurrents.

    je pense que l'on peut donné l'exemple d'une bagarre entre deux personnes: Celui qui frappe le premier a toujours une longueurs d'avance, n'est ce pas?

    Il s'agit ici bien d'une bagarre...mais alors...si je comprend bien on est DANS et par HORS du ring cette fois ci, alors.

    Plusieurs solutions:

    -On va se battre donné de bon coup rapide et les premiers...ce qui est un peu tard et dangereux

    -Ou construit un modèle parallèle qui se conçoit avec les états et les gouvernements.

    AU CHOIX!

    Ethan

  • Dblaxel
    Dblaxel     

    J'aprécie le fait que Google puisse proposer un nouveau mode de distribution aux éditeurs.

    Google, d'abord seul sur ce marché de cyber-librairie avec extraits disponibles, pourrait etre rejoint par d'autres acteurs par la suite.

    (du côté de Remond par exemple?)

    Dernière chose : il restera également toujours des gens qui, comme moi, auront besoin de sentir, toucher un livre avant de l'acheter, comme de profiter des conseils d'un bon libraire (merci Christophe !)

    Dernière dernière chose : il me semble normal qu'une entreprise cherche à proposer de nouveaux services, payants, et je trouve plutôt marrantes les réactions outragées des ignorants des règles basiques d'une économie de marché...

  • gong
    gong     

    :hurle: ils ont raison "les boutonneux" leur seule relation au livre & à l écrit se faisant via les mangas & autres BD
    pourquoi se prendre la téééte avec des questions d étique ??

  • Zorglob
    Zorglob     

    ... et il a bien raison, le Monsieur, de le souligner, car ce risque est réel... Cela n'enlève évidemment rien à la pertinence du concept même, sans aucun doute, et cela n'a rien d'étonnant non plus de voir que ce projet a donc de farouches partisans au sein de la communauté naïve des boutonneux qui ne décèlent pas la main basse latente qui se dessine dans l'ombre...

  • Dimitri de NANCY
    Dimitri de NANCY     

    Allez Monsieur le directeur de la BNF, je vous sens bien arriver.
    Cà repart mais on imagine déjà Monsieur se rebeller et mettre des bâtons dans les roues de ce super projet qui est, selon lui, un risque de l'hégémonie américaine.

Votre réponse
Postez un commentaire