En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Fleur Pellerin s’interroge sur la légalité du service Kindle Unlimited

Fleur Pellerin s’interroge sur la légalité du service Kindle Unlimited
 

L’offre d’abonnement illimité d’Amazon est-elle compatible avec la loi ? Le monde de l’édition en doute, Fleur Pellerin aussi. La ministre a décidé de saisir la médiatrice du livre sur ce point sensible.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • LeCousinDeMaCousine
    LeCousinDeMaCousine     

    Faites une liste de tout ce qui ne va pas,
    de tous les problèmes en attente, et voyez ce qui préoccupe cette très jolie Fleur.

    Comme ils disent sur Amazone 95412 dans
    la liste des meilleures ventes.

  • FThirion
    FThirion     

    Tout ce qui touche l'innovation est suspect en France. La question est plutôt : doit-on penser d'abord aux lecteurs ou aux éditeurs? Je pense que c'est une chance pour la francophonie et un bon moyen de repenser le modèle économique du livre actuel.
    -
    https://francoisthirion.wordpress.com/
    -

  • Ratibois
    Ratibois     

    J'ai naturellement tendance à être de l'avis d'Ozis et wykaa ; mais il me semble important de ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Ceci pour dire que s'il existe de bons romans nord américains, force est de reconnaitre que la grande majorité de leur production a un air de famille. On décrit le protagoniste principal au début, on alterne les scénes selon un scénario dupliqué... Bref, il y a aussi peut-être un peu à perdre à oublier que cla fait longtemps que les nord-américains n'ont pas produit un "sur la route" ou "last exit to Brooklyn".

  • ozis
    ozis     

    Les éditeurs effectivement sont une race morte, mais ils ne le savent pas encore. Se goinfrer en prétendant défendre les auteurs, accessoirement la Kulture et bientôt l'emploi, est pour eux le seul modèle économique imaginable. Tuer un livre en ne l'imprimant plus, mais en en gardant jalousement les droits, c'est indéniablement défendre la culture et son auteur... (ironie)

    Le livre électronique, sans tomber dans la caricature sociétale d?Amazon et de son terminal de paiement Kindle est une solution d?avenir permettant de partager le savoir ou la culture à un très faible coût. C?est la même évolution que l?imprimerie qui nous permit jadis d?apprendre à lire et d?échapper à l?obscurantisme.
    Le livre numérique, à la condition d?être libre (epub) sera le même progrès pour les millions, voir les milliards de personnes pour qui le papier est inaccessible, par son prix, son poids sa conservation ou son encombrement.
    Contrôler l?édition, c?est aussi contrôler la pensée.Cela sera, un beau jour, un crime.

  • Passares
    Passares     

    partir en bataille contre la diffusion de la littérature française pour un prix minime c'est vraiment le boulot d'un ministre de la culture à moins qu'elle ne soit que le ministre des éditeurs et des sociétés d'ayants droit. Ceci est d'autant plus absurde qu'une grande majorité des titres disponibles sont libres de droit ou en auto édition.

    Derniere question quid des bibliothèques classiques qui vous proposent des livres pour un abonnement annuel ? Le système est exactement le même en dehors du support de lecture et du fait du racisme anti-américain de nos bons franchouillards de ministres.

  • wykaaa
    wykaaa     

    Je cite :
    "Pour l?instant, seulement 20 000 titres français sont proposés surtout composés d??uvres issues du domaine public. C?est bien peu pour un catalogue qui contient plus de 700 000 ouvrages."
    Après on s'étonne que le français décline de par le monde !
    Au lieu de sans arrêt gémir contre les initiatives sur le Web, nos responsables feraient mieux de réfléchir à de nouveau modèles économiques car l'ère numérique est en marche et ce ne sont pas des lois comme celle contre Amazon (rapidement contournée d'ailleurs) qui vont arrêter la marche vers le tout numérique. Nos politicards ne comprennent rien, une fois de plus, et Fleur Pellerin est l'une d'entre eux.

Votre réponse
Postez un commentaire