En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Etats-Unis : le vote électronique passe comme une lettre à la Poste

Les quelques milliers d'incidents répertoriés pendant le scrutin ne semblent pas de nature à entacher la victoire du Président Bush.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

12 opinions
  • DARANC
    DARANC     

    On ne peut pas tout mettre sur le dos a Bush
    La Busherie irakienne c'est lui qui l'a ouverte
    d'ailleur je suis surpris que dans cette guerre l'uniforme des GI soit reste vert (je voyais plutot un truc en rouge avec TEXACO PETROLEUM ecrit dessus en attendant si la presse faisait un veritable travail d'information au lieu de gueler a tutete la première ânerie entendu afin de ne pas riquye de laisser foirer unb scoop on n'aurais pas eu Timishoara (pas sur de l'orthographe)ni les armes de destruction massive (a moins que l'administration americaine ait encore les factures) dans l'ensemble la confiance que l'on puet accorder aux gens est inversement proportionnelle a leur position sociale (en general dans le bas vous avez des exeption et dans le haut je ne frequente pas)donne du bvote electronique à la corse par exemple eux qui detienne déjà des reccords à 200% de votants ...
    HA les lendemains qui scintilles

  • membre de la BYT
    membre de la BYT     

    oui c'est vrai que il pourrait y avoir des risques de tricheries comme l'effacement de certains bulletins de vote mais pourquoi pas un peu de technologie ne fait pas de mal à personne

  • Patrick Sinz
    Patrick Sinz     

    Cet article est l'un des nombreux articles similaires qui exprime le fait que "finalement regarder y'a pas de problème".
    A supposer que cette fois ci il n'y a pas eu de trucage (ce qui dans le cas d'un vote aussi concurentiel que celui la ne serais pas tres difficile, (il suffis de changer de 1 ou 2% le resultat final, tout en indiquant à chacun "son vote", sans trace papier le total est purement fictif)
    Mais en tout cas meme si ce vote ci etait "vrai", cela ne prejuge en rien du futur.
    Si vous en douter, je vous suggere de m'envoyer chaque mois 1000? en echange de l'immortalité, tant que vous payer ça marche, si par hazard cela ne marchais pas vous pourrez venir me reclamer les sommes deja payé ;-)

  • Traroth
    Traroth     

    Si les sources des applications utilisées était public, on pourrait en discuter. Mais dans le cas présent, le code n'est pas public, au point que les clients (l'Etat fédéral et les différents Etats) se sont engagés contracutellement à ne pas le chercher à le consulter, meme en cas de contestation du vote. Personnellement, je n'ai rien contre le vote éléctronique. On a aujourd'hui les moyens de le rendre fiable, notamment grâce aux logiciels libres.. Mais ils n'ont pas été utilisé dans ce cas. Au contraire, les accointances entre certaines sociétés fabricants ces machines et le parti républicain ont été révélées, etc. Tout ça sent le trucage éléctoral à plein nez, et Lichael Moore n'est pas prêt de manquer de grain à moudre...

  • GWBush
    GWBush     

    lire l'excellent article :
    http://www.consortiumnews.com/2004/110604.ht
    ml
    et voir :
    http://www.bluelemur.com/index.php?p=388

    Anonymat et auditabilité sont incompatibles

  • kinidi
    kinidi     

    JF Kennedy aurait été élu grace au bourrage des urnes par la mafia de Chicago. On pense ce qu'on veut de GWBouche, mais on ne peut pas tout lui mettre sur le dos non plus.

  • bidoc
    bidoc     

    On connait les escroqueries célèbres qui ont été commises par des employés de banques (virement des arrondis lors d'opérations vers un compte personnel). Ce genre de chose a pu se faire sans être détecté pendant longtemps.

    Sur un scrutin électronique, avec des logiciels à code fermé, rien ne permet de savoir ce que fait exactement la machine au niveau du compte.

    Bush a été élu après falsification des résultats (Floride) la fois dernière. Il est évident que l'administration, cette fois, n'aura pas hésité à s'engouffrer dans cette opportunité.

    Le triomphalisme hâtif de Bush, qui paradait déjà alors même que les résultats connus ne permettaient pas de le donner vainqueur, est très suspect.

    Par ailleurs, maintenant le jour J est passé. les machines ont fait leur office, et il est trop tard pour les auditer. Un code assez subtil peuit tout à fait effacer les traces de la falsification (par exemple en se reprogrammant).

    L'administration Bush a avec constance falsifié des documents (guerre en Irak), fait obstruction à la justice, dissimulé des informations. La falsification du résultat du vote est une option évidente

  • Tori_
    Tori_     

    Il y a des moyens de vérifier, oui, mais ils n'ont pas été mis en place lors de ces élections, les éditeurs voulant garder le code secret. Donc doutes sur ce point. Notamment, une machine peut incrémenter les votes pour un candidat, et imprimer l'autre candidat. Si c'est assez subtil, aucun recompte ne sera demandé.
    Et nous parlons de 40M de votes par machines (>3M de votes confortant les résultats pour bush), je ne vois pas le rapport avec le nb faible d'incidents.

  • Al1_
    Al1_     

    Je vous rappelle qu'en France, certaines personnes bien instruites avaient réussi à faire voter des personnes depuis longtemps décédées... Alors comparer un nombre de bulletins électroniques avec un nombre de signatures... Je suis tout aussi sceptique quant à l'intégrité de ce moyen de voter futuriste et trop facilement "piratable".

  • Aymeric_
    Aymeric_     

    Je ne suis pas d'accord avec vous. Il y a des moyens de vérifier (voire même certifier) le code des machines à voter. Et pour le "pré-remplissage", on peut toujours vérifier si le nombre de "bulletins" correspond au nombre de signatures.

    De plus, le marché du vote électronique est tellement important (s'il n'y a pas eu de problèmes aux états-unis, il va sans doute s'étendre au reste du monde) pour que les entreprises commercialisant ces machines ne prennent pas de risque.

Lire la suite des opinions (12)

Votre réponse
Postez un commentaire