En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Le siège de Kaspersky à Moscou
 
Le siège de Kaspersky à Moscou - Kirill Kudryavtsev / AFP

A l’instar des agences fédérales américaines, l’armée française veut se débarrasser de l’antivirus en raison des liens supposés qu’entretient l’éditeur avec l’Etat russe.

Inscrivez-vous à la Newsletter Actualités

Newsletter Actualités

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • LemCiva
    LemCiva     

    En revanche, aucun problème pour acheter du matériel chinois (Lenovo)...

    Marc33_
    Marc33_      (réponse à LemCiva)

    Non, il ne faut pas prendre les responsables pour des idiots non plus. Il y a un certain nombre de matériels interdits (dont des matériels Lenovo)

  • Charles Petit
    Charles Petit     

    Dans ce cas pourquoi pas un Antivirus Américain, Iranien, de Corée du Nord ou Sud, Allemand, Anglais plutôt que Russe...

    En fait Russe ou Américains ou autres tant que c'est pas Français, cela ne change rien du tout...pourrait on croire...!?!?

    Mais même si cela était Français, il faudrait aussi vérifier l'origine des codeurs, surtout pas Russe ou Américains, il faut du 100% Français sur plusieurs générations et encore faudra vérifier la religion supposée "bonne", vérifier que le codeur n'a pas été infecté par l'éducation de certains professeurs lors de ses études, on ne sait jamais...!?!?

    C'est assez intéressant de voir que l'origine, "pure", sans tâche, sans aucun soupçon, n'existe pas, alors Russe ou Made par Donald Trump, franchement, il vaut mieux garder ce qui marche, même si c'est du Russe.

Votre réponse
Postez un commentaire