En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Echec des négociations sur le cinéma à la demande

Echec des négociations sur le cinéma à la demande
 

Les fournisseurs d'accès à Internet et l'industrie du cinéma n'ont pas réussi à accorder leurs violons sur la VOD en ligne. La charte signée il y a un an se terminait ce jour.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • tout gratuit
    tout gratuit     

    les gens comme toi qui pronnent pour le tout gratuit ou le tout moin cher sa me gonfle toi et ta soit disante pseudo revolution internet sort dehors va t aerer la tete tu fait partie de cette minorite qui parce qu ils passe la moitie de leurs journees devant l ordinateur ce sentent les maitres du monde a qui ont doit tout laisser passer sous pretexte que le modele economique que tu pronnent va nous rendre la vie plus facile si j ai un conseil debranche toit d internet et rebranche toit a la vraie vie :fume:

  • namie_kun
    namie_kun     

    Les critiques, j'ai appris depuis longtemps à m'en méfier, et je ne passe pas ma vie non plus à lire des magasines dédiés au cinéma, c'est un loisir, pas une passion ni une profession.

    Quant au coût du téléphone portable (150 euros par an 45 minutes par mois) et par extrapolation à l'ordinateur + l'abonnement ADS, en ce qui me concerne ce sont des outils professionnels, par conséquent ils me rapportent de l'argent au lieu de simplement m'en coûter.

    Mais on pourrait aussi parler du coût d'une voiture, de la bouffe du chauffage....Tout est question de ce que l'on est prêt à payer par rapport au service rendu :

    nounou : minimum 20 euros,
    deux places de ciné : minimum 14 euros
    Essence minimum : 2 euros (train 6 euros à deux)
    total : mimimum 36 euros pour voir un fim (plutôt autour de 45, mais bon ne chipotons pas)

    Et encore je ne mesure pas le coût en temps : déplacement, fille d'attente, bande annonce, recherche d'une place de parking (ou attente du train, bus, taxi)

    Tout ça pour voir un film de 1h30...

    Personnelement, je ne vais pas porter de jugement de valeur sur la pertinance ou non de mettre autant d'argent pour ce service, chacun met sont fric où ça lui fait le plus plaisir (Swatch ou Rolex c'est deux façon de connaître l'heure) Je constate juste qu'une frange non négligeable de consommateurs n'a pas forcément envie de s'encombrer de problèmes logistiques pour simplement voir un film.

    Si les majors sont assez aveugles pour les ignorer et qu'elles s'imaginent que le consommateur doit faire l'effort de se renseigner, trier, s'organiser et payer un max de toutes part pour juste "voir un film", alors, qu'elles ne s'étonnent pas que des borgnes avec l'oeil qui leur reste arrivent à voir autre chose que le contraignant modèle de consommation standard imposé.

  • axav
    axav     

    c'est vrai que la vod ou le p2p (illégal et de qualité moyenne au niveau du son) remplace partielement le distributeur automatique de dvd , uniquement le distributeur.
    rien ne vaut un film en salle. Grand spectacle ou pas , prêt formaté pour la diffusion sur la tv ou en dvd.y a encore des critique de ciné pour nous conseillé, mais faut faire la démarche de lire un peu et de s'intéresser au réalisateur, au genre et parfois aux acteurs.
    Car comme toute industrie, il y a du bon et du moins bon, suivant les goûts de chacun.
    le p2p nuit aux artistes et à toute la chaine de production et distribution des supports numérique.mais pas encore assez puisque les prix ne baisse pas vraiment pour le ciné.pour la musique par contre le marché changela vie commercial d'un cd n'est plus de quelques semaines sauf si il a un réel succès.llel le ciné est cher,mais pas le forait de ton portable ? 300 euros par an au minimum pour téléphoner ça en fait des soirées ciné, nounou incluse. :hello:
    au royaume des aveugles , les borgnes sont roi...

  • bipdan
    bipdan     

    Salut namie_kun,

    Je suis assez d'accord avec toi. Sur le prix de la place de ciné, l'agrément que peut apporter la diffusion en P2P direct dans le salon et l'évolution qu'il n'est jamais bon de freiner a défaut d'appréhander.

    Mais car il faut un mais, quand tu as un bon videoclub pas trop loin et que le monsieur est sympa, et surtout de bon conseil car il connait ses films, parceque bon ou pas, il a prit le temps de regarder.

    Et ben ça pour moi ca un prix, cela dit en passant, un prix souvent moins cher que le prix d'un film en VOD sur service de VOD d'un opérateur alternatif bien connu (le mien d'ailleurs). Donc si le video club est pas trop loin le choix est vite fait.

    Pour la borne, je peux pas saquer ce genre de distributeur a media impersonnel et plus sur un bord de parking qu'un transformateur EDF.

    Et si l'on doit supprimer les video club alors il faut retravAiller les bibliotheques pour que les quelques-unes qui s'élevent au rang de médiatheque en intégrant un rayon cd et dvd fournissent un contenu aussi riche pour les supports papiers, ce qui est rarement le cas.

  • namie_kun
    namie_kun     

    Des milliers d'emplois à la clé ??? J'ai des doutes lorsque je vois depuis quelques années l'explosion des bornes de distributions automatiques...

    De plus on est passé de la bougie à l'ampoule éléctrique, et je ne suis pas sûr qu'aujourd'hui il y ait beaucoup de monde pour regretter la disparition de l'industrie de la bougie.
    Ce qui ne correspond plus à un besoin doit disparaître.
    Le monde évolue, nager à contre courant, c'est perdre son temps...

    Lorsqu'on se plonge un peu dans l'économie, on se rend vite compte que maintenir artificiellement une industrie (Bull, Giat, SNCF Fret, Traban...) ça n'a jamais apporté rien de bon au consommateur.

    Si l'industrie du film veut s'accrocher à tout prix à un modèle économique dépassé et qu'elle est trop conne pour ne pas comprendre qu'avec l'arrivé du P2P les attentes des consomateurs ont évoluées, je pense qu'elle va se tirer une balle dans le pied à moyen terme.

    Le problème, c'est que les managers de ces sociétés se sont trop habitués à une clientèle captive dépendante de leur bon vouloir et qu'ils se sont déconnectés de la recherche d'une chose que n'importe quelle industrie "normale" connnait : chercher à comprendre les attentes des consommateurs.

    La gratuité n'est pas l'unique intérêt du P2P, il y a la disponibilité qui joue beaucoup, les gens n'ont pas forcément envie d'attendre que leur cinéma de quartier puisse diffuser le film qui les intéresse, ils n'ont pas forcément envie (ou la possibilité) non plus de se déplacer, ou de faire la queue à heure fixe pour se retrouver dans une salle crade avec un bouffeur de popcorn comme voisin...

    Autre point : le prix de la place de ciné... pour voir un film qui n'est pas à grand spectacle, ça passe mal...

    Est-ce que les majors s'imaginent que les jeunes parents ont perdu le goût des nouveautés parce qu'ils ont des enfants ? Est ce qu'ils croient qu'on apprécie de ne plus pouvoir discuter du dernier film avec les potes qui n'ont pas encore de mômes ?
    Non, c'est compliqué de sortir au ciné quand on a des gamins ! Une nounou, c'est cher et pas toujours dispo.
    Le P2P permet de voir des films encore en salle, cela correspond à un besoin, c'est un fait, pas un jugement de valeur, si les majors veulent ignorer ces clients potentiels... tant pis pour elles, c'est leur pognon qui part en fummé...

    Il n'y a de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

  • videoclubeur
    videoclubeur     

    bonjour tous

    je suis "un peu" offusqué de ces palabres entre oiseaux de mauvaise augure..:
    car aujourd'hui 100% des vidéo-club sont en passe de disparaitre avec quelques milliers d'emplois dans la foulée et cela pour diverses raisons dont le téléchargement P2P, les politiques tarifaires des éditeurs vidéo tirant toujours les prix de vente vers le bas dépreciant ainsi le produit tout en maintenant des droits locatifs hallucinant qui engendrent des tarifs de location de film beaucoup trop cher pour le public.. etc

    donc voilà des négociations entre Fournisseurs d'Accès Internet dont la réputation n'est plus a faire, des éditeurs qui font du grand n'importe quoi et les vidéoclubs totalement ignorés, qui sont pourtant au coeur du sujet mais qui ne peuvent que compter les aberrations qui amène la france et sa fameuse loi DAVSI devenir bientot le pays leader du téléchargement illégal, avec le concours de ces opérateurs télécom "un brin" hypocrites... bref tout ça m'ecoeure :hurle: :hurle:

Votre réponse
Postez un commentaire