En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Deux kiosques à journaux numériques à tester

Deux kiosques à journaux numériques à tester
 

Les fidèles lecteurs des revues publiées par Hachette Filipacchi et Cyber Press peuvent acheter et lire directement en ligne leurs journaux. Plusieurs centaines de titres sont déjà téléchargeables.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • Thomas S.
    Thomas S.     

    Selon moi il faut rétribuer les journalistes pour leur travail sans quoi il n'y a plus de journalisme, je pense que ca peut être admis par tout le monde.
    Maintenat il faut savoir qui doit rétribuer ces journalistes.

    Pour la presse papier il existe plusieurs modéles : ceux qui se pasent sur un travail de recopiage et pas de journalisme (j'entend par la reflexion, liberté de ton etc..) et qui peuvent être financé :
    - par la pub en totalité ( ex : Metro), ils n'apportent pas un travail de journalisme mais constituent une source d'information (peu objective mais qu'il faut prendre comme tel).
    - par la pub en partie (ex: Vogue) ou le "lecteur" (plutôt "visualisateur") paye le papier (les imprimeurs et la distribution) ce lecteur ne cherchant pas des informations mais des images. ou le lecteur achêt
    - seulement par les lecteurs (ex: le canard enchainé)ou le lecteur achete une liberté de ton.

    Je pense que ces modéles peuvent être transposé sur internet le plus dur étant de faire payer les internautes pour le travail journalistiques. Je pense que les gens sensés existent et par moment certains lecteurs peuvent trouver normal pour soutenir un journaliste de lui donner quelques euros (le canard reste moins cher que vogue). (un autre probleme surgit à terme: les journalistes français qui écriront en anglais toucheront plus ...) ça permetra aussi de faire un classement en fonction des dons qui peut être interressant pour évaluer la pertinence ...

    J'attend une réponse ...

  • Michel A.
    Michel A.     

    Si vous me demandez mon avis, je pense tout d'abord que faire de la piraterie une donne incontournable de l'avenir des kiosques à journaux numériques est d'une affligeante tristesse. C'est peut-être une vision lucide, mais la lucidité ne présuppose pas le fatalisme.

    Car enfin, l'argent doit bien venir de quelquepart. Tous autant que nous sommes, les billets qui garnissent nos porte-feuilles ont une histoire, et ne sont pas là par l'opération du saint-esprit. Certes, l'on peut imaginer l'avenir du multimédia en ligne réparti en trois catégories: celle des nantis qui paieront pour éviter la pub, celle des pauvres qui endosseront cette pub faute de la rémunérer, et celle des malins (riches ou pauvres) qui vivront comme des riches en payant comme des pauvres: filtrage des réclames par l'emploi d'outils ad-hoc. On peut l'imaginer ainsi. Ces malins-là ne seront ni pirates ni consommateurs, et pourtant leur mode de vie s'esprimera aux dépens des uns et des autres: ce n'est que l'un des paradoxes inhérents aux univers virtuels qui nous attendent.

    Tout ceci concerne évidemment l'avenir des médias dits gratuits. J'insiste la-dessus car il est bien évident que l'avenir le plus souriant en terme de cash-flow est bien celui de la publicité comme source essentielle voire unique des revenus; c'est la cas à l'heure actuelle, et bientôt le médias payants auront disparus (cf. le cas du revirement de la politique d'AOL). Ou alors verra-t-on peut-être perdurer ou émerger de manière plus significative quelques revues par-ci par-là totalement dénuées de publicité mais elles, par contre, accessibles moyennant pièce sonnante et trébuchante. Qui sait?

    Pour l'instant, période charnière composée de sauts dans l'avenir agrémentés de quelques retours aux recettes d'antan, le kiosque à journaux numériques tente de concilier deux modes d'accés à l'information, tout en permettant la revalorisation du papier journal, brut comme glacé, à moins que ce ne soit l'inverse. Peu m'importe en définitive la psychée économique présidant à l'objet rendu, dès lors que l'objet me plaît. Et l'objet me plaît, celui consistant à disposer, sous forme numérisée, de l'équivalence d'un journal ou d'un magazine vrai de vrai. Allez, je vais être franc jusqu'au bout: je préfèrerais que mon magazine soit exempt de pub, mais en même temps, si le vrai papelard en dispose alors je regretterais que son alter s'en débarasse. [i]Very sentimental[/i], vous ne trouvez pas?

    Alors, en définitive, que fait-on? Je dispose d'un produit, numérisé ou pas. Ce produit a une valeur et un prix. Je fais abstraction du vol (je ne pique pas le journal, ni au coin de la rue ni chez Virgin ni chez MonKiosque). Alors? Alors je ne vois qu'une alternative: soit je paye le produit, soit j'honore la publicité qu'il affiche. Mais payer pour honorer, que voulez-vous, voila bien ce qui me chagrine...

  • Thomas S.
    Thomas S.     

    Super on va enfin pouvoir avoir des journaux gratuits, en effet malgré la relative protection imposé par ces sites web je parie que qqn va réussir à la pirater et après a partager.
    Mais c'est pas pour autant que je vais arrêter d'acheter les journaux papier (pour l'instant beaucoup plus simple à lire).

    Internet bouleverse les médias je pense que c'est une bonne chose pour la démocratie (vive la multiplication des sources)

    Le problème reste la rémunération des journalistes (comme des artistes pour la musique) pourquoi pas des journalistes indépendants qui recevraient une part de la publicité généré par la pertinence de leur article ou un système de don facile ( 50 cent par exemple si l article nous a intéressé si l article est beaucoup lu je pense que les journalistes peuvent y trouver leur compte)
    En gros il reste un problème : les imprimeurs et Lagardére (qui représentent les principaux bénéficiaires...

    Vous en pensez quoi ?

  • Touyou9857411
    Touyou9857411     

    Lire le canard sur PC/MAC c'est quand meme pas très pratique :

    - déjà il faut démarrer l'ordi pour lire
    - ensuite tout le monde n'a pas un écran orientable en mode portrait
    - et puis bon c'est pas tres pratique pour ceux qui aiment lire aux WC :D

    En fait ca prendra tout son sens quand le papier électronique (avec un ptit module Wifi incorporé) sera disponible. On en entends parler à chaque salon mais on voit jamais rien venir... :/

  • Michel A.
    Michel A.     

    Pour qui affectionne et la presse et l'outil informatique, le [i]kiosque à journaux numériques[/i] est une formule innovante et séduisante, encore que l'odeur du papier fera toujours défaut (quoique...).
    Je suis tellement emballé à la lecture de cet excellent article que je vais m'empresser de découvrir ces deux nouveaux kiosques, [i]Virginmega[/i] et [i]Monkiosque[/i]. Ils ne sont pas loins, juste là au coin de mes favoris, j'y vais de ce doigt...

Votre réponse
Postez un commentaire