En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Des livres électroniques sans éditeur
 
DR

Auto-édition, auto-publication ou sites participatifs, les solutions sont multiples pour les auteurs qui ne souhaitent plus passer par les maisons d'édition traditionnelles.

Votre opinion

Postez un commentaire

  •  
  •  
4 opinions
  • tibibou
    tibibou     

    @Feyrehr,
    Des maisons d'éditions (nouvelles) proposent des ebooks à prix attractifs sous tous les formats et même à moitié prix pendant le lancement (j'en veux pour preuve cette annonce : http://fr.upblisher.com/ebook/boullery/catherine/aila-et-la-magie-des-fees
    Quant à la promotion, oui c'est difficile.
    Merci.

  • nbek
    nbek     

    C'est compliqué de fixer le prix en-dessous de 2,68? car en-deçà, Amazon ne reverse que 35% brut de redevance contre 70% brut au-dessus de ce seuil. En vendant une nouvelle à 1?, on touchera donc en net à peu près 30 centimes (imposables de surcroît!) contre environ 2? pour un roman vendu 3?. Autant dire que ce système favorise clairement les prix au-dessus de 2,68?. Ayant mis mon livre au début à 1?, plusieurs personnes m'ont fait remarquer que pour un roman d'environ 300 pages, le prix se situerait plutôt entre 3 et 5?. C'est en tout cas la voie qui semble s'imposer sur Amazon et que j'ai suivie (2,99? pour ma part). Après, je peux comprendre que des personnes hésitent à investir plus de 2? pour un auteur inconnu.

    Sinon, concernant le livre de poche, Capital a réalisé un reportage édifiant à ce propos. Il règne une omerta digne des meilleurs organisations siciliennes du côté des éditeurs. Et s'ils se vantent de 20% de baisse sur un nouveau roman, pas un mot sur la situation du livre de poche, qui se vend en moyenne à 6,50? en version papier contre 10? pour son équivalent numérique. Si effectivement, on veut développer le livre numérique, il devient urgent de mettre fin à ces pratiques scandaleuses. D'ailleurs, sur les forums, bien des personnes déchantent quand ils se rendent compte de cette situation ubuesque.

  • Feyrehr
    Feyrehr     

    J'ai un kindle. Autant dire que le choix est restreint. Et beaucoup de livres sont plus chers qu'en version papier (poches).
    Je veux bien lire des jeunes auteurs, mais pour un prix modique (max 2 euros je pense).

  • nbek
    nbek     

    Déjà, leur pays compte 5 fois plus d'habitants que le nôtre. Sans compter que nous sommes à 1% de livres numériques vendus contre 16% de l'autre côté de l'Atlantique. Le succès se révèle donc plus "facile" à connaître là-bas. Et si les solutions pour l'autoédition sont accessibles pour les néophytes, il reste ensuite l'étape qui est sans doute la plus compliquée: en assurer la promotion. Et cette dernière peut prendre plus de temps que l'acte d'écriture lui-même. C'est ce que j'ai découvert en tentant l'expérience avec mon premier roman, Point de chute.
    Donc, plus que la success-story, c'est bien un premier contact avec les lecteurs qu'on pourra rechercher pour savoir s'il convient de persévérer dans cette voie.
    En tout cas, j'encourage tous ceux qui seraient tentés par l'aventure.

    Bon courage à eux.

Votre réponse
Postez un commentaire

  •  
  •