En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Des brevets revendiquent la paternité de l'audiovisuel sur le Net

Une société américaine réclame des royalties sur toute technologie permettant de diffuser des données audio et vidéo. Et s'attaque aux éditeurs de sites X.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • Jean-Bernard CONDAT
    Jean-Bernard CONDAT     

    Bonjour,

    J'ai beaucoup aimé vos réactions à cet article sur les brevets revendiquant la paternité d'un invention passée par sa divulgation dans le domaine public (l'audiovisuel sur le réseau IP). Divulgation signifie fin du secret, ou début des procès en contrefaçon. C'est normal et cela fait partie de la règle du jeu.

    Rien ne sert de cacher un "business model" (style le 1-Clic") dans un produit rendant ainsi l'idée brevetable. C'est peut-être réalisable et brevetable pour 35 euros à l'INPI ou à l'OEB... mais indéfendable devant les juges de la 4e Chambre de la Cour d'Appel du TGI de Paris. Donc, à éviter. Etre précurseur dans le monde de l'innovation, c'est savoir faire comprendre son idée à tous dans le style de tous.

    Le plus grave problème en ce moment n'est pas le vote européens sur les brevets de logiciels comme le cite ZORG, mais la ratification du Protocole de Londres. Fini le français dans les brevets, vice l'anglais! Avant qu'un inventeur fou du concours Lépine mette son idée en anglais, elle sera pillée par une armée de japonais. Grrr!

    La parade à utiliser par tous déposants de brevets à ce jour est l'assurance de son brevet. çà existe et ne coûte quasi rien. Si un contrefacteur arrive, l'assurance paye les frais d'avocats, d'huissier, de CPI (conseil en PI). Rien de plus simple. Si vous voulez attaquer ou vous défendre, l'assurance joue. Alors, cessez de vous inquiéter et assurer vous.

    J'ai testé pour vous et j'ai approuvé!

  • nick_
    nick_     

    =>on brevette une "puce" qui contient le dit logiciel

    J'aimerais bien voir la puce qui contiendrait le compilateur GNU ou Gnome! :-)

  • Guillaume_
    Guillaume_     

    Moi ce qui m'amuse avec les brevets, ce sont les raccourcis qu'on a tendence à faire en Europe.

    Alors oui l'Europe étudie la possibilité des brevets "logiciels" mais c'est aussi pour protéger les investissements européens.

    MAIS la grosse différence entre les US et l'Europe c'est qu'aux US on peut breveter des "business models". Le "1-clic" d'amazon ? Ce n'est pas un brevet logiciel mais bien un business model donc ça n'est pas recevable en europe.

    Je rappelle aussi que ce n'est pas parce qu'on a obtenu un brevet qu'il est forcément valide et on peut toujours les attaquer. L'un des points important pour obtenir un brevet est notemment l'INNOVATION. En gros il faut être le premier a avoir eu l'idée. Et ça pour bon nombre de "pseudo-brevets" c'est assez simple à démontrer. Mais bien entendu il faut des avocats spécialisés dans le brevet et ça coûte cher !

    PS : il est assez simple de breveter à l'heure actuelle un logiciel en europe : on brevette une "puce" qui contient le dit logiciel et hop c'est plus un brevet logiciel mais une "machine technologique" et c'est brevetable !!!

  • takata
    takata     

    il a aussi fini par mourrir ce brave AL
    C'est la même chose avec les OGM : même si une écrasante majorité n'en veut pas, une toute petite minorité veut faire de l'argent au détriment du bien-être de tous.
    Et notre gouvernement fait passer en douce, préférant mettre en prison ceux qui volent pour leur survie.

  • Jean Pierre_
    Jean Pierre_     

    >En gros l'Europe risque d'adopter le modèle >américain, avec toutes les dérives que cela comporte

    Eh oui, à force de lobbies de la toute puissante organisation criminelle "BSA" qui n'a rien à envier à certains origanisations criminelles en terme de moyens de d'influence (l'un des rapporteurs du rapport sur les brevets est tout simplement employé par Microsoft) les brevets logiciels pourraient très bien passer prochainement.

    Pour les néophytes, c'est comme si un cuisinier mercantile (= Microsoft, Sun, Amazon, SCO..) pouvait breveter non seulement une recette de cuisine (= le code source) comme une recette de tarte aux fraises, mais également l'idée de la tarte aux fraises (= brevet logiciel), et pourrait alors poursuivre les cuisiniers professionnels ou particuliers (= développeurs) qui oseraient préparer une tarte lui ressemblant (= logiciels libres, mais aussi tous les logiciels commerciaux des petits éditeurs Européens qui n'ont plus qu'à crever!) sans payer des royalties.

    Le plus drôle: le cuisinier mercantile n'a même pas besoin d'avoir eu l'idée le premier ; il suffit qu'il ait les moyens pour déposer le brevet le premier. Vous croyez que les cuisiniers dans les foyers français peuvent déposer les recettes qu'ils inventent?

    Après on pourra dire: "Les logiciels libres ou les petits éditeurs se contentent de copier les grands. La preuve: les grands possèdent les brevets que les petits violent. Il faut donc les faire disparaitre!"

    Et que croyez vous qu'il se passe aux US en ce moment?

  • Zorg_
    Zorg_     

    Je rappelle pour tout ceux qui ne sont pas au courant qu'un vote important pour l'application des brevets logiciels va avoir lieu au niveau Européen. (en gros l'Europe risque d'adopter le modèle américain, avec toutes les dérives que cela comporte).

    (Pour ceux qui crieraient encore à l'extrémisme linuxien, je précise en passant que ce message est rédiger sous Windows ME)

Votre réponse
Postez un commentaire