En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Denis Olivennes (Fnac) : ' Un titre se vend deux fois plus sans DRM '

Denis Olivennes (Fnac) : ' Un titre se vend deux fois plus sans DRM '
 

Le PDG de la Fnac participait ce 29 mai à un colloque sur les problèmes posés par le Net et le P2P en matière de distribution de musique.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • ginevra
    ginevra     

    vous avez plein la bouche de la"culture", savez-vous au moins ce que c'est ? la fnac
    rosny est incapable de four-
    nir de la musique classique que je dois commander directe
    ment chez le distributeur,
    alors taisez-vous donc ! et
    essayer de vous "cultiver". ce n'est pas parce que vous avez un flutiste du XVIIIe
    siècle derrière vous que vous
    savez de quoi vous parlez !

  • siger95
    siger95     

    c'était sur dès le début que ca se vendrait mieux. il n'aurait jamais fallu mettre les drm en place. Maintenant pour ce que ca se vende mieux il faudrait baisser les prix, car ca reste le meme prix que les cd .

    mais comme d'habitude ca n'est qu'après qu'ils se rendent compte de l'intéret du truc.

  • Sylvain228
    Sylvain228     

    ... M.Olivennes n'avez-vous donc pas d'emblée proposé le catalogue des indépendants, qui n'a jamais demandé à être DRMisé, sans DRM ?

    Peut-être parce qu'en fait aujourd'hui d'enlever les DRM vous permet de communiquer dessus, en vous mettant du côté des consommateurs ... tel un agitateur culturel comme votre enseigne se plaît à le revendiquer... ou alors peut-être tout simplement parce que c'est la seule voie qui vous reste (face à l'iPod et au Zune - de votre partenaire de DRM qui lui-même vous renie aujourd'hui) de ne pas perdre vos parts de marché dans le secteur de la vente de musique ?

    Je ne manque pas de sourire en tout cas à chaque fois que vous vous mettez en tant que pionnier ET défenseur des intérêts du consommateur sur le dossier des DRM... Manquerait plus que demain vous nous annonciez que vous soyiez également le défenseur des nouveaux talents et des artistes avec une grande richesse de catalogue (quoi que c'est peut-être déjà fait, non ?)

Votre réponse
Postez un commentaire