En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

De l'inconséquence managériale au cours des plans sociaux

De l'inconséquence managériale au cours des plans sociaux
 

Les plans de sauvegarde de l'emploi s'accompagnent parfois d'agissements incohérents. Dont certains sont la preuve d'un cynisme étonnant.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

30 opinions
  • Mr interco
    Mr interco     

    ça m'a bien fait rire de lire toutes ces conneries. Y' a des perles a ramasser grave là. Je me présente : interco depuis 3 mois et heureux, pour une fois que c'est moi qui entube ma ssii et pas l'inverse, je dois admettre que j'en retire une certaine jouissance (le long terme m'en fout je vais changer de boulot).

    La plus belle quand même : "Si y'avait pas de patrons il n'y aurait pas d'emploi"

    Celle-là il faut absolument la mettre dans les annales. Tu es sûr d'avoir bien réfléchi avant d'avoir parlé ? J'espère que non, dans le cas contraire c'est pas rassurant pour les entreprises françaises. Je ne ferais pas l'insulte de relever le non-sens de l'affirmation... Juste une petite proposition équivalent pour relever le niveau :

    Si Chirac se fait écraser par tracteur demain...la glorieuse France s'effondre ? Ou un autre prend sa place ? Je te laisse trouver la bonne réponse ;))

    Ou encore :

    Si les patrons n'existaient pas...on pourrait aussi dire "si la terre était plate"... Voilà

  • toto_
    toto_     

    Patron d'une petite SSII, en particulier celles créées de rien, c'est différent de PDG d'un grand groupe.

    Salaire du PDG d'un groupe tel LogicaCMG : entre 150 et 300 k? (à peu près). En cas de licenciement, multiplier la prime par 3.

    Patron de PME : pas de salaire (en cas de gérance majoritaire). Pas d'indemnité de licenciement (même si salarié). Rémunération au prorata des bénéfices de la société.

    Pour info, en 2003, LogicaCMG est déficitaire, le patron n'aurait donc pas dû être payé si les règles étaient les mêmes pour tous. Ce n'est pas le cas.

  • Le Réservé
    Le Réservé     

    Si le patron est le propriètaire de son affaire et que ses affaires tournent cela n'a aucun sens de poser la question de la compétence du patron que son affaire tourne ou ne tourne pas.
    Il partage le même bateau que ses employés.

    Si le patron est un investisseur qui fait fructifier des placements financiers d'actionnaires et que son conseil d'administration lui demande de faire du fric. Je dirais que le patron est une sorte de super manager.La décision de le virer ne relève absolument pas de la perception du travail qu'ont les employés ou leur bien être, mais de résultats financiers .Quand on sait que la logique financière peut-etre trés spéculative surtout dans les métiers des technologies de l'information, il ne fait aucun doute que une R.H est clairement percue comme un facteur d'improductivité.L'essentiel est d'occuper le terrain avant les concurrents sur un même secteur de marché(opérations marketting, sous-traitance avec des sociétés expertes en communication..), pas de savoir comment on va occuper le terrain.Les solutions suivent ensuite:

    cette problèmatique est alors renvoyée à l'entière responsabilité du salarié vis à vis de son client.

    C'est le fameux discours idéologique libéral:"Faites votre propre carrière".

    Dans ce cas de figure, la question de virer son patron ne nous concerne même pas. la vrai question serait plûtôt.

    Dans la mesure ou je réussis ce que j'entreprends ne serait-il pas mieux d'être mon propre patron.Qu'est-ce qu'il me faut comme compétences supplémentaires pour dirger une entreprise actuellement? etc...

    Si on ne réussit pas ce qu'on entreprend autant essayer de changer de carrière discretement et positivement.Il n'y a rien à attendre de plus.

    On a voulu et on vit dans un monde basé sur la réussite individuelle comme modèle d'épanouissement , il faut en assumer les conséquences ou alors carrément essayer de changer la société.

  • Le Réservé
    Le Réservé     

    Je rajouterai
    les techniques éprouvées de démotivation du personnel quand il sagit de virer du CDI pour du faire du CDD ou de l'interim à la place:

    -Fausse complicité du manager et propos équivoques:
    le truc c'est il pleure avec ses collègues, se déresponsabilise face à cette "méchante" direction . Tu te relache ,tu refais le monde avec tes collègues et puis un jour tu travaille moins bien.
    Quelques temps apres c'est ton manager (et qui est en fait le principal representant de cette direction) qui te vire avec des arguments sans appel. Au revoir...

    -la provocation indirecte : on veux virer le salarié mais c'est un ancien (sage comme une image) avec un diplôme comme tu dis. Il faut créer un conflit venant de sa part en jouant sur ses faiblesses psychologiques pour le faire sortir en terrain découvert et qu'on ait quelque chose à lui reprocher.

    -les charognares qui parlent de partir les premiers en vue de démotiver les collègues face à la difficulté et donc avoir moins de concurrence...

    Les petits chefs , aussi intelligents , rigides et créatifs que des manches à balais et qui servent de porte parole et d'oreille à une direction qui par définition suspecte tous ses employés compétents de quelque chose puisqu'elle n'a pas la conscience tranquille.Attention quand il y a un petit chef, il y a un fayot pas loin...

    les petits chefs sont de trés loin, les moins à craindre dans ce système.

  • Absky
    Absky     

    On peut t aider on donne des conseils
    Nous sommes dans le meme cas
    www.savmicro.com

  • Absky
    Absky     

    si une societe debauche et rembauche dans le monde informatique en general ca se fait a l etranger par exemple en chine ou malaise la ou la main d'oeuvre est moindre je suis ingenieur informaticien pour mon salaire une compagnie pour avoir le service de 3 personnes a temps complet environs 12h par jours C est tout benefice pour la compagnie.
    Le probleme en Europe est que nous avons une mentalite de fonctionnaire et ca ca tue parce que dans notre monde il ne faut pas compter les heures

    Apres comment la compagnie va vire le personenl ca ce n est qu une brindille dans son budget parce que tout est calculee a l'avance

    Pour l'ambiance le but et de demoralise comme ca les gens partent par eux meme pour les irreversibles comme moi, on invente une histoire que tu as fais uen betise et le tour est joue apres c'est procedure tribunal quitte ou double

    Le resultat ca les interresses pas pour eux ils ont gagne T VIRE

    Je le sais parce que j'etais dans ce cas apres 8 ans de loyaux services

    Actuellement c le travail des RH et hauts Manager de chez NEC COMPUTERS tout est en Malaisie l'histoire continuera avec d autres employes malheureusement.

    Leur facon de faire n est pas Honnete mais que faire.

    Cette histoire et resultat chez www.savmicro.com

  • lio_
    lio_     

    Pourquoi toujours ses trancher les opinions à la hache ??
    La vérité est dans la nuance.
    Oui, les entreprises sont (souvent) mal gérées.
    Oui, les entreprises n'assument plus leur rôle de formation.
    Oui, travail et argent ne se soucient plus trop de moralité.

    Je voulait simplement signifier que les situations sont toujours complexes et que la vérité est dans la nuance.

    Mais bon, ca ne semble être l'objet de cette "discussion".
    Bonne année quand même, mais n'oubliez-pas, ça n'est que du travail.

  • Un salarié qui rendra la monnaie
    Un salarié qui rendra la monnaie     

    Tu commence à nous gonfler.

    On voit bien que tu ne sais pas de quoi tu parles.

    Plutot que de prendre des "risques énormes", comme tu dis, logica aurait aurait été mieux avisée d'avoir une planification stratégique des ressources et de la formation.

    Sais tu, (probablement non), que cette boite laisse ses gens en intercontrat pendant des mois sans se soucier de ce qu'ils font. Ces collaborateurs, conscients du gaspillage que cela représentent, se disent "mais pourquoi on ne nous forme pas pour nous préparer à de mieux répondre à la demande des clients, plutot que de nous payer à ne rien faire", "si la formation coûte trop cher, on est même prêt à s'autoformer, mais au moins qu'on nous dise sur quoi".
    Certains de ces collaborateurs prennent même l'initiative de s'organiser pour s'autoformer en groupe aux nouvelles technologies. Penses tu que dans la boite, les personnes averties sur le sujet viendraient donner un coup de pouce en donnant des cours, des supports de cours ou simplement des conseils ? Non. Ils se gaussent.
    Penses tu que le directeur d'agence saluerait l'initiative ? Non. Comme il n'aime pas les initiatives, il disloque le groupe en l'installant dans un open space enfummé où il n'y a pas moyen de travailler. On fait faire aux gens des stages internes AS/400 ! Mieux : on oblige les intercontrats à réaliser des supports de cours AS/400.

  • lio_
    lio_     

    Ce sont les formes qui rendent le licenciement difficile.
    La procédure, hors préavis, prend actuellement 2 mois. On vous impose de faire des propositions d'aménagement du temps de travail, des propositions de reclassement; comme si on n'y avait pas pensé avant de mettre un collaborateur dans la m.rde !!!
    Quant aux risques, ils sont énormes. A tel point (vous le sitez vous-même) que les entreprises sont obligées d'acheter leur sécurité !! C'est le licenciement transactionnel.
    Un exemple : un employeur qui avait oublié dans un courrier, de préciser l'adresse de la mairie de son village (auprès de la quelle le salarié peut trouver une liste de conseillers), a été condamné à verser une indemnité de 6 mois de salaires pour "vice de procédure". C'est absurde.

    Que ce soit dit : les risques au licenciement freinent l'embauche !
    Ils poussent aussi à des comportements absurdes (harcèlement, mises au placard, propositions de reclasement inacceptables...)

  • Joseph Oos
    Joseph Oos     

    C'st faux. C'est très facile de licencier si on respecte les formes. Et encore plus de minimiser les risques (prudhommes...) si on se donne les moyens (transaction). Mais les RH compétents, c'est introuvable.

Lire la suite des opinions (30)

Votre réponse
Postez un commentaire