En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Coach'Invest se méfie des entreprises innovantes

Le secret de la longévité de l'incubateur privé tient peut-être à sa défiance envers les entreprises hautement technologiques fortement gourmandes en cash.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • rs_
    rs_     

    Nous avons lancé une société innovante il y a 6 mois (le développement de la techno depuis 12), avons vu des sociétés de capital risque et le retour est toujours le meme : "très interressant mais signez des clients et on en reparle". C'est à se demander ce que fait le terme "risque" dans le nom de ces investisseurs. Nous avons des leads avec de très grosses boites, une techno géniale, une super équipe, un marché d'avenir (VOIP, voWIFI) alors que certaines sociétés aux US, faisant la même chose que nous, ayant 3 clampins comme équipe et une techno sur papier seulement se font financées à hauteur de 10 ou 20 millions de dollars !!! Pas la peine de chercher très loin pourquoi les boites US réussissent mieux que leurs homologues françaises. Là-bas on se donne les moyens d'y arriver et ils prennent des risques !! Coach Invest est le parfait exemple du "ca ne marchera pas" français. On peut aussi se demander à quoi servent les millions de financement public consacrés à l'aide de création/développement de sociétés innovantes. Cela ne sert à rien d'encourager (comme le fait le gouvernement) si les mentalités ne changent pas. Pour finir, si en France, on aime beaucoup copier les US avec une attitude "j'me la joue", (Ventures Capitalists, incubateurs...) les français sont très loin d' égaler leurs homologues US (professionalisme, prise de risque, perspicacité, vision, connaissance du marché... tel guy kawasaki par exmple de garage.com)
    Nous serons toujours à la traine si les mentalités en France n'evoluent pas vers ce qui réussit si bien aux US : l'ame pionnière.

  • vincent_
    vincent_     

    C vrai que c'est n'importe quoi ce site, vraiment pas crédible... à quand la voyance par numéro surtaxé ?

  • fc_
    fc_     

    Comme on a démarré sans soutien financier, on a du se serrer la ceinture un max. On s'est concentré sur les clients qui nous généraient de la marge, on a refusé les autres. Résultat : dette 0, du cash au bout de 3 ans suffisant pour financer nos nouveaux projets, des contrats pluri-annuels avec une révision automatique des tarifs de 4%, un minimun de pub, et une équipe hypermotivée.
    Et bien sûr aucun regret de ne pas avoir accepté des guignols dans notre capital !

  • Twixt
    Twixt     

    J'ai lu tous les threads sur ce sujet, et il est vrai que les incubateurs/pepinieres en France sont nécessaires mais loin d'avoir atteint le niveau minimum de professionalisme et d'encadrement pour voir émerger de vraies success stories.
    Start Up avenue n'est pas une exception, son portefeuille a la belle epoque etant deja une vaste blague en terme de positionnement la ou d'autres, publics, comme Agoranov par exemple incube des projets avec une veritable dimension innovante et bien souvent technologique.
    Soutenir que quelque chose de breakthrough est infinancable en France est une heresie et demontre plus une incapacite a comprendre les enjeux et l'evolution technologique doublee d'une constatation sous jacente "y a pu d'IPO !"...
    fc je serais curieux de voir le business de votre entreprise car une marge de 60% en IT c'est ... propre ! Si vous cherchez du financement serieux, certains sont encore presents...

  • MdK10.0
    MdK10.0     

    « il est aberrant d'encourager le développement d'entreprises innovantes en France. Mixer création d'entreprise et innovation, c'est cumuler les difficultés. L'entreprise est déjà morte avant d'avoir existé. Il faut déjà créer une société, trouver des clients. Puis, amener l'innovation. »

    On crée pas une entrepreprise pour le plaisir de céer, mais pour y apporter quelque chose de nouveaux. Et puis ce qui permet aux PME/PMI de rester sur le terrain face aux grands groupes, c'est leur capacité de différenciation souvent basé sur l'innovation.
    Les grands groupes à l'heure actuelle ne se contente que de racheter les PME/PMI pour concentrer un max de savoir faire et limiter l'avenue de nouveaux concurrents.
    Nan franchement, quand j'entend des discours pareil, ca ne peut que m'énerver. Se priver de l'innovation, au seul bénéfice de vouloir faire du Cash, c'est envisager l'avenir uniquement sur du court terme.

  • Xavier_
    Xavier_     

    J'ai rencontré Thomas Legrain il y a 3 ans pour lui présenter mon projet de création d'entreprise. Ce personnage est très fier de lui et met bien en avant qu'il a fait l'ESSEC : il m'avait reçu seul dans un immense bureau du 15ème et m'avait clairement fait comprendre que mon projet ne valait rien tout en prenant comme exemple ses nombreuses réussites (je tiens à préciser qu'il n'avait pas pris connaissance de mon dossier au préalable) !
    Quoi qu'il en soit je trouve que son activité n'est plus très flatteuse : il suffit d'aller sur le site de coachinvest pour s'en rendre compte (création de site, vente de logiciel, météo... il y en a pour tous les gouts !).

  • becker_
    becker_     

    Il est vrai que créer son entreprise est difficile en France.Si elle est technologique c'est encore plus complexe car il faut réaliser l'offre/le produit sans CA. Etre accompagné d'un spécialiste de ces problématiques assurent une plus grande perenité, voir par exemple:www.businessbuilders.fr

  • fc_
    fc_     

    J'ai rencontré ce hableur durant l'été 2001 en vue de la création de notre société.
    Le rdv avait été pris 15 jours avant et confirmé 2 fois. Quand je me suis pointé à Paris après 900 km (et 5 heures de train), il m'a avoué qu'il avait complètement oublié, qu'il avait un autre rdv et qu'il ne pouvait me consacrer que quelques minutes. J'ai politment refusé le café pendant qu'il téléphonait à droite et à gauche pour régler les détails (il était seul dans d'immenses bureaux) concernant la liquidation de participations qui avaient mal tourné (bulle éclatée ?!). Sans voir une démo de notre solution, il m'a indiqué qu'il souhaitait prendre quelques % dans notre affaire en ne payant que le nominal parce que c'était la contrepartie de sa "renommée". Sa compétence technique m'a paru très limitée.
    Notre société attaque en 2004 son 3ème exercice bénéficiaire et on marge à 60%.
    Il prétend que la création est incompatible avec l'innovation. Il est très facile de dire que ça ne marche pas quand on ne sait pas faire.
    Heureusement que les Sun, Oracle, Apple, Adobe et autres ne l'ont pas attendu. Ce sont pourtant des réussites qui n'auraient jamais pu voir le jour dans de grands groupes où l'innovation et l'esprit d'entreprise sont sclérorés. Et ceux qui ont investi au départ dans ces entreprises innovantes s'en félicitent tous les jours !

  • Nicolas_
    Nicolas_     

    Startup Avenue est encore présent et a su repensé son modèle de manière intelligente... Un exemple de reconversion réussie !

Votre réponse
Postez un commentaire