En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

CharlÉlie Couture : ' L'idéal serait de limiter le nombre de copies '

CharlÉlie Couture :
			' L'idéal serait de limiter le nombre de copies '
 

L'artiste penche pour une limitation du principe de la copie privée et ne se dit pas opposé aux dispositifs anticopie, quoique aucun de ses albums récents ne soit protégé.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • tom_
    tom_     

    SALUT,ils faut que l etat arret de nous emmerder avec le peer to peer;il l ont bien chercher!!!!ils vendent des graveurs et apres ils se plaignent,a cela est triste.il faut que l ont est le droit de telecharger sur kazaa ou autre pour son usage privee.avis aux chatteursSALUT

  • vitocervo_
    vitocervo_     

    Quand j'étais petit (!!!) ... tout le monde faisait ses petites compils en repiquant des morceaux de la radio sur son lecteur de k7. On était (on est encore) fauchés, et on n'attendait qu'une chose : pouvoir se payer le disque "en vrai".
    Rien n'a changé - excepté le marché pirate asiatique, qui ne nous touche pas vraiment, à moins d'aller une fois par mois dans ces coins-là...
    Ou on empruntait aux copains le disque en question, et on en faisait une copie + ou - bancale, qu'on écoutait avec délice ...
    La majorité des gens s'inscrit toujours dans le même processus; bien sûr, la techno a changé, & alors ??????????

    Les gens curieux de tout iront toujours piocher à la recherche de groupes peu connus, dont ils capteront la musique à la volée. Ceux qui ne rêvent que de compils gratuites de groupes archi-connus se débrouilleront toujours pour demander au beauf de leur tante qui connait un mec dans un bar qui est cousin de l'oncle d'une copine un original qu'ils copieront.
    C'est tout pour aujourd'hui, et que les Tartuffe se comptent (ils sont nombreux).

  • Fabien Barthez
    Fabien Barthez     

    Je suis un copieur ! Combien je te dois en royalties pour la boulazéro ?

  • Mélomane d'un nouveau millénaire
    Mélomane d'un nouveau millénaire     

    L'aspect unique et génial de KaZaA (je ne connais pas les autres logiciels de P2P) c'est que lorsqu'on trouve le titre d'un groupe qu'on aime, on peut avoir accès à la "discothèque" de l'utilisateur qui le partage et donc qui évidemment l'apprécie aussi. Ca ouvre autant de portes que le nombre de morceaux qu'il met en ligne; des portes parfois refermées aussitôt, mais aussi des portes qui ouvrent sur univers complètement nouveaux.
    Sans compter l'accès à un nombre faramineux de versions par titres.
    Voilà pour mon éloge de la technologie internet, je m'abstiendrai sur les graveurs "killers" qui ne sont qu'une prolongation des copieurs K7 et qui sont là pour longtemps, du moins jusqu'à la prochaine techno permettant à tout un chacun de se faire ses propres compils sans devoir se contenter de ce qui nous est vendu comme le permet actuellement le graveur.

  • Mélomane d'un nouveau millénaire
    Mélomane d'un nouveau millénaire     

    on dirait que le "chanteur-illustrateur-photographe-romancier" n'est pas trop branché technologie : pour lui tout le monde achète ses disques chez Carrefour ou la Fnac alors que les ventes sur internet,permettant l'accès à une variété immense de musique, ont décuplées en quelques années.
    De plus il semble croire à l'argument des majors :
    un album copié = un album non acheté, sans précisé que cet album, dans (estimation personnelle) 75% des cas n'aurait pas été acheté aux tarifs de vente actuels.
    Charlélie si tu me lis, tu devrais au plus vite télécharger KaZaA, et tu découvrivra le plus gros réservoir de musiques actuel. C'est par ce biais (et celui d'internet en général) que j'ai fait plus de découvertes musicales, souvent suivies par l'achat en ligne d'un album. Quant aux singles "jetables" vendus à grands renforts promotionnels, tu devrais être content c'est sûrement les fichiers les plus télécharger et donc ceux qu'on achète le moins.

Votre réponse
Postez un commentaire