En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
C'est quoi l’audio haute résolution ?
 

Avec un échantillonnage plus précis du son analogique, cette technologie promet un son numérique de meilleure qualité que les traditionnels CD audio.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • Rivoirard
    Rivoirard     

    Il y a déjà quelques années, le marketing a réussi à persuader les gens que leurs photos seraient plus belles avec 15 millions de pixels alors que 2 millions suffisent pour afficher une image en haute définition (1080 lignes par 1900 points) et 3 à imprimer une photo en A4, et cela même sur des smartphones dans lesquels ni la mécanique ni l'optique ne sont capables de suivre. Maintenant, même jeu avec le son : des gens qui n'ont aucune notion de théorie du signal ni du théorème de Shannon se gargarisent avec des bits et des fréquences d'échantillonnage sans savoir qu'échantillonner à 44 kHz suffit pour reconstituer un signal de 22 kHz (alors que la plupart des oreilles n'entendent rien au dessus de 15) et qu'avec 24 bits de profondeur de discrétisation, les derniers bits sont en général noyés dans le bruit. Pour finir, je citerai l'avis de Thierry Soveaux, chroniqueur Hi-Fi de la revue Diapason, un homme qui n'a rien à vendre mais qui a des oreilles pour écouter : "Après des écoutes comparatives fort sérieuses ... rien ne permet d'affirmer que la prétendue haute définition apporte une quelconque plus-value par rapport au 16 / 44 kHz du CD"

  • dbu
    dbu     

    A quel moment faut-il se calmer?

    Coder les couleurs sur 8 bits? Avec 16 millions de nuances?
    Coder sur 10 bits et monter à 1 milliard de nuances?
    Coder sur 16 bits comme sur certaines stations graphiques et aller jusqu'à près de 300.000 milliards? Quel oeil peut aller jusque là?

    Pour le son, c'est pareil. La limite est celle qu'on veut se fixer pour avoir l'air ridicule.

    Combien feront la différence au delà du CD? Combien vont investir dans l'équipement?

    Il se vendra toujours du haut de gamme mais la vaste majorité des achats d'équipements aujourd'hui se fait sur des enceintes bibliothèques... voire pire.

  • jmemarre
    jmemarre     

    Bravo pour cet effort de pédagogie. J'utilise Qobuz Hifi. Sur une chaine avec de très bonne enceinte on fait la différence entre du banal MP3 et du FLAC. Je suis d'accord concernant le MP3 en 320Kb/s, la différence est moins flagrante. Tout dépend également comment les "ingénieurs" du son on réalisé l'enregistrement. Il m'arrive d?écouter Linn radio en streaming c'est du 320K mais la qualité est superbe. Il faut également avoir son oreille exercée pour faire la différence et malheureusement la FM nous envoie du son tellement bricolé avec des compressions de dynamique honteuses pour donner l'impression que sa "pulse" que beaucoup d'oreilles n?ont jamais entendu autre chose. Mais est-ce vraiment ce qu'elles recherchent. Peu importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse dit le dicton

  • Rivoirard
    Rivoirard     

    L'auteur de l'article a tout-à-fait raison quand il dit que la différence tient beaucoup plus à la qualité du matériel qu'à la fréquence d'échantillonnage, et d'ailleurs on sait depuis bien longtemps en Hi-Fi que les caractéristiques techniques ne sont absolument pas représentatives de la qualité d'écoute (à part le niveau de bruit). A titre d'exemple, mes SACD sont meilleurs sur un lecteur de CD haut de gamme que sur un lecteur SACD moyen.
    Et puisque, d'après certains, plus on échantillonne et meilleurs c'est, cela justifie le fait que, à l'oreille, un bon vieux vinyle, y-a pas mieux !

  • groundlooping
    groundlooping     

    Une autre analogie efficace pour expliquer la différence entre le son sur 16bits et le son encodé sur 24bits est la palette de couleurs.
    En 16bits on imagine distinguer du jaune et du rouge, mais rien au milieu
    En 24bits, on voit une jaune plus foncé, puis l'orange, le rose, rouge clair, et enfin le rouge.
    Le son est plus détaillé dans tout la palette des fréquences audible, le crénelage d'une fréquence à l'autre s'en trouvant lissé pour s'approcher de l'analogique.
    C'est perceptible de tout un chacun, mais au début l'oreille doit être exercée.

    cordialement.

Votre réponse
Postez un commentaire