En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Blocage légal pour l'externalisation informatique de Carrefour

Le tribunal de grande instance de Caen rejette le projet de transfert du support informatique du groupe vers HP.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

20 opinions
  • Fred_
    Fred_     

    son propre service informatique ?

    "Faites ce que je dis; pas ce que je fais!"

    Pire, il sous-traite la maintenance de son système de gestion des coisations en Roumanie!

    CFDT est devenu le labo social de la Médéf!

    Avant de crier diffamation, contactez donc la confédéfration!

  • Anne Pazolski
    Anne Pazolski     

    Tout pour le profit qu'ils soient patrons de multi-nationale ou de Micro PME et dans tous les secteurs d'activités jusque dans le logiciel LIBRE soit disant GRATUIT avec des PME qui ouvrent des succursales en ROUMANIE pour payer des développeurs 500 euros par mois, des chefs de projet 1000 euros par mois. Et le plus drôle dans tout ça, c'est que la manipulation profite indirectement à l'ETAT car la PME bosse majoritairement pour des ministères. Le site du ministère de la Défense aux mains de développeurs roumains. Et après on devrait voter OUI !!!

    http://www.ejobs.ro/caut_de_munca/bestjobs-28197-Programator-Nuxeo

    Et pendant ce temps les chomeurs choment !

  • Jorel
    Jorel     

    Merci de faire attention sur l'usage des termes anglais car syndicate correspond plus à la mafia qu'aux syndicats qui en anglais sont les trade unions.
    En Angleterre suite à la casse syndicale des années Thatcher les syndicats sont complètement moribonds.
    Concernant le blocage, en réunion de Négociations Annuelles Obligatoires ma société donne le pourcentage d'augmentation et le pourcentage de ceux qui y ont droit et les syndicats n'ont rien à dire du fait de leur faible représentativité.
    C'est plus les directions de société que les syndicats qui bloquent et nous faisons toujours des contre-propositions et amendements qui sont repris de façon exceptionnelle.
    En tout cas je me demande comment la France peut-être le premier pays européen en terme d'investissements étrangers si les syndicats sont des casseurs d'entreprises. Cela dit si on ne veut plus de sécu, de retraite ou de droit du travail les Etats-Unis vous ouvrent les bras !

  • Jorel
    Jorel     

    Juste une petite remarque juridique, les PDGs ont un statut à part:
    Pour la partie de leur rémunération se rapportant au mandat social : ils sont "assimilés-salariés".

    - Ils bénéficient du régime social des salariés (protection sociale des salariés).
    - Par contre, ils ne sont pas couverts par l'Assedic. Ils peuvent toutefois contracter une assurance volontaire.
    - Ils ne bénéficient pas non plus de l'indemnité compensatrice de congés payés, préavis, indemnité pour rupture abusive, ni du privilège des salariés...
    - Ils ne peuvent bénéficier de la compétence du Conseil des Prud'hommes en cas de conflit avec la société.

    Pour la partie de leur rémunération se rapportant au contrat de travail : ils sont considérés comme de véritables salariés. Mais attention, la jurisprudence n'admet l'existence d'un contrat de travail que si les conditions suivantes sont remplies :

    - caractère réel et sérieux du contrat de travail,
    - distinction entre les fonctions d'administration générale et les fonctions techniques,
    - lien de subordination entre le président ou le directeur général et la société (le président ne doit pas contrôler par ses droits de vote l'assemblée générale).

    Les cas admis étant très rares en pratique, il est toutefois conseillé au dirigeant de se renseigner auprès de l'Assedic du lieu d'affiliation de son entreprise.

  • Belzebuth_
    Belzebuth_     

    "Le capitalisme, c'est l'exploitation de l'homme par l'homme, et le syndicalisme, c'est le contraire" A méditer :)))

  • Xavier_
    Xavier_     

    comment se débarrasser du personnel sans plan de licenciement, à la SSII de replacer les gens ou de les dégouter pour qu'ils démitionnent, c'est le lot quotidien du personnel en SSII, il y a très peu de plan de licenciement en SSII, on t'envoie à tombuktu plusieurs fois et si tu refuses t'es licencier, si tu en as marre, tu démissionnes.
    Concernant HP, je ne pense pas qu'ils se soient mis à poil pour ce contrat, et je pense qu'ils sont plutot bien implanter pour savoir ce qui vaut le coup ou non.
    Il est bien évident qu'aujourd'hui, il y a beaucoup de projet bloqué et donc les seules solutions pour faire progresser le chiffre et de récupérer les externalisation pour les SSII, sachant que même si le SI est indispensable, le métier de carrefour est de vendre des produits en magasin. (je suis prestataire info dans la grande distrib aussi)

  • Inet
    Inet     

    "...L'art de la négiciation c'est avant tout le compromis et pas le blocage...". Justement, c'est la "Direction" de CARREFOUR qui n'a pas daigné "négocier". Les requêtes des syndicats sont restées lettre morte ! La blocage est venu de la direction. Peut-on alors dire : DIRECTION=BLOCAGE ?
    Maintenant, si tu es patron (ce que je ne souhaite pas d'après ta sagacité intellectuelle), une délocalisation off-shore n'a aucun intérêt quand on connaît la problématique d'un SI dans la grande distribution. La compétence doit être on-shore pour gérer un système centralisé, dialoguant avec de nombreux sites (combien d'hypers en France ?). Payer des liaisons redondées de 155 mbit/s (pour le VPN IP du site central) entre la france et le maroc (ou ailleurs) est complètement farfelu et n'a acun intérêt économique ! Seul une hotline de 1er niveau peut être délocalisée de la sorte.
    Quoi qu'il en soit, ce type de déloc délivrera un service dégradé en qualité et en délai de rétablissement sur dysfonctionnement. C'est néanmoins un choix économique fait par les Directions des Achats de beaucoup d'entreprises...

  • jef_
    jef_     

    pas de pitié, c'est l'argent qui compte avant tout.
    En france il n'y a que des problèmes, pareil je ferai bosser des marocians moi ou des indiens ou lieu de francais. En France il ne se passe plus rien, ils ont loupé le coche depuis bien longtemps déjà.

  • Nicolas_
    Nicolas_     

    Le Syndicat doit protéger tous les employés. Et le patron de Carrefour étant un employé-patron, il a droit aux mêmes égards que tous. Licencier pour incompétences, ce employé-patron a quand même droit à ses 38 millions ? d'indemnités de licenciement. Sinon à quoi cela sert d'exploiter les autres pendant des années si on ne s'enrichit pas. Allez au boulot le Syndicat et que l'ex-patron de Carrefour retouve vite ses indemnités, sinon le nouveau PDG de Carrefour délocalisera la société en guise de représailles.

  • pla_
    pla_     

    Certes quand un patron se met de côté des sommes honteuses ça fait beaucoup de bruit et il y a la justice pour cela. Le problème c'est qu'on rève tous de faire comme lui et si on pouvait gagner gros autrement qu'au loto, on le ferait.

    Tu vois, le consommateur final (c'est à dire toi et moi) qui achète ces produits fabriqués par des enfants est tout aussi responsable que celui qui les fait fabriquer.

Lire la suite des opinions (20)

Votre réponse
Postez un commentaire