En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Avec ou sans filtre...

Avec ou sans filtre...
 

Depuis que nous avons mis en ?"uvre un système d'analyse du trafic Internet, la direction s'est penchée sérieusement sur le surf des collaborateurs au cours des trois derniers mois.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • Jacques DECORET
    Jacques DECORET     

    Pour avoir été chef de projet informatique, je sais que le soi-disant temps dit "improductif" ne l'est pas, car non seulement il est un moment de détente intellectuelle pendant lequel l'esprit continue à travailler en arrière-plan des sens externes, mais aussi il est l'occasion de s'informer, voire de communiquer, base fondamentale de notre mécanisme de travail-production moderne. Qu'il soit virtuel ou réel (au distributeur de café de l'entreprise) ne change rien à cette nécessité humaine.
    Alors que l'on ne mette pas du "militarisme" partout où il n'est ni nécessaire, ni suffisant, et laissons une marge de liberté et responsabilité personnelle, gage de l'inventivité, autant que de "productivité.

  • CAPLAN
    CAPLAN     

    Suite

    Si les gens ne font pas correctement leur travail, si ils n'ont pas la productivité nécessaire, alors il faut leur faire remarquer et le dire. Aux managers de faire correctement leur travail, à eux de mettre en place les outils nécessaires à l'évaluation du travail, et non pas à l'évaluation du temps passé à ne pas travailler.

    Pour conclure: occupons nous de la qualité ou quantité (selon les besoins) du travail réalisé. Oui ou non correspond-il aux attentes? Comment pouvons nous faire pour faire plus ou mieux? Ca c'est un vrai problème. La solution proposée dans l'article c'est de la poudre au yeux, qui sera surement très mal percu par les collaborateurs (flicage), et qui aura l'effet inverse espéré sur la productivité de l'entreprise.

  • CAPLAN
    CAPLAN     

    L'autre jour, le roi des discussions de couloir est venu me dire ce qu'il pensait du surf sur le net. D'après lui, après avoir vérifier les logs des connexions d'une personne de son service, ils se sont rendus compte qu'il passait 3 heures par jours sur le net, et que par conséquent c'était inadmissible, qu'il ne travaillait pas, etc. Ma réponse fut claire, quelle est la différence entre passer 3 heures sur le net et passer 3 heures à discuter dans les couloirs et bureaux de foot et de pneumatique voiture en empéchant les autres de travailler????

    Ce qui est sur c'est que discuter dans les couloirs c plus difficile à controler, et que lui son travail c'est de la m... alors que la personne qui fait 3 heures de net par jour réalise peut être parfaitement son travail.... (ou peut etre pas, dans ce cas il faut revoir sa situation)

    C'est effectivement un problème de management, les habitudes de travail ont changé, en même temps que les outils utilisés. Je ne vois dans ces logiciels qu'une grave erreur, celle de vouloir appliquer des principes de travail qui ne correspondent plus à la situation actuelle. Comme on dit :"c'était mieux avant"

    C'est au manager de prendre leurs responsabilités sans se cacher derrière une solution technique, en résolvant un faux problème.

    A suivre

  • HereItIs
    HereItIs     

    Quand cessera-t-on de calculer la productivité avec une grasse équation : nb d'heure * salaire horaire / valeur produite (du moins dans le tertiaire).

    Qui aujourd'hui passe 100% de son temps de travail en travail effectif ? Personne.

    Il y a des raisons scientifiques à cela (le cerveau ne peut se concentrer en moyenne que pendant une demi-heure de facon intense pour un individu moyen), des raisons sociologiques (il faut manger, discuter des projets avec ses voisins, confronter les idées en parlant de problème généraux), et biensur des raisons personnelles (petite déprime passagère, problème d'argent, de santé, voiture cassé, etc...).

    Il me semble que l'essentiel de la productivité est le résultat. Que certains surf sur des sites de cul ou jouent en bourse...pourquoi pas ? S'il font leur boulot en temps et en heure, je ne vois pas qui cela dérangerait.

    Evidement, une telle vision est bien plus subtile et difficile à mettre en oeuvre.

    Il faudra pratiquement faire du management. Ce qui je crois ne semble pas être le métier de certains managers...

Votre réponse
Postez un commentaire