En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Aurélie Filippetti, député PS : « Je veux supprimer Hadopi »

Mis à jour le
Aurélie Filippetti, député PS : « Je veux supprimer Hadopi »
 

Dans une interview accordée au quotidien Le Monde, la chargée de culture de l'équipe de François Hollande qualifie la Hadopi de « vision malthusienne » et souhaite sa suppression.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

15 opinions
  • Tatoon30
    Tatoon30     

    Ils devraient regarder ce qui se passe du côté des télécoms, le temps où on saigne le client pour garder un train de vie qui frise le ridicule dans un luxe absurde (une stars de la télé américaine qui prend l'avion pour aller chercher ses croissants), il faut revenir vers une juste rémunération de chacun. C'est la crise, on nous le rabâche, donc tout le monde doit faire un effort, et les très riches, un gros effort !

  • Tatoon30
    Tatoon30     

    Un Bray, quand il sort vaut 25 € environ. Au bout de quelques temps, on le trouve à 9,90 €. Quelle marge peut-on rogner pour baisser le prix, je ne crois pas que les droits d'auteur se soldent ? Donc, la marge de 15 €, elle allait où ?

  • bipdan
    bipdan     

    D'abord, ce n'est pas "quelques" personnes qui téléchagent, peut etre pas non plus la majorité, mais en tout cas, on ne peux pas parle de quelques. Il faut donc faire quelque chose... (ou pas).


    Hadopi est mort née, on le savait, on l'a dit, etc...

    Mais le plus gros problème, vous l'avez touhcé du doigt en parlant des intermédiaire.

    Il faut simplement en finir avec la déconnexion entre ayant droit et auteur compositeur.

    Le droit d'auteur ne profite plus aux auteurs qu'a hauteur de quelques % (entre 2 et 7). la sacem absorbe 70% de ce qu'elle touche en frais de fonctionnement. La ou un quelconque organisme d'affacturage prendrait 20% en vivant grassement.

    S'il y a quelque chose à revoir, il faut donc remonter bien avant hadopi. Commencer par réflèchir, non pas à ce qu'on peux prendre aux internautes pour redonner aux ayants droit (qui ne sont que de simples gestionnaire) mais à combien le système actuelle s'éleve en valeur et la part de ces valeurs redistribués aux véritables créateurs.

    La on comprendra tout de suite qu'il y a probablement assez pour faire vivre les artistes.

  • coconuts23
    coconuts23     

    ca a rapporté combien d'argent hadopi?
    entre les dépenses le pdg qui faut payé les employés et les sociétés independante qui travail avec eux

    mon avis est que c'est plus dans le rouge que dans le vert

    pourquoi le p2p marcher , car il n'y avait pas d'offre payante et légale voila

    c'est un gouffre a pognon car plus personne est sur p2p

  • yt391
    yt391     

    Vision Malthusienne ?

    Mais de quoi elle parle ?

    Déjà, il ne faudrait pas oublier que la raison fondamentale de la crise actuelle est le fait que nous sommes au pic (maximum) de production de pétrole, et balayer d'un revers de la main ce pauvre Malthus (ou les physiocrates Français du XVIIIeme) est pour le moins quelque peu anachronique ... Cette dame considère sans doute que la terre est infinie ?

    Enfin bref.

    La vérité est qu'hadopi est partie dés le départ dans le mauvais sens et en gros fait à peu près tout à l'envers de ce qui devrait être fait.


    Pour la lutte anti piratage, la seule approche valide est :
    a) concentrée sur les centres et non utilisateurs finaux (il y a
    toujours des centres du fait du besoin de catalogues, « peer to peer »
    aussi vaste hypocrisie dans les termes et tout le monde le sait)
    b) Aucun besoin de monitorer/superviser les flux utilisateurs finaux.
    c) besoin de procédures légales et publiques pour le filtrage/blocage des sites, au lieu des simples opérations de police de l'approche
    hadopi:
    http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/piratage-hadopi-etc

    On en arrive à penser que le fait que ce soit l'approche inverse qui ait été prise, est justement pour mettre en place ces délires de flicage intégral collecte IPs utilisateurs et compagnie.

    Ça ne marcherait pas ? Bien sur que si, ne pas oublier que même les "darknets" et compagnie ça reste des overlays n'ayant pas vocation à poser des cables transatlantiques (donc avec serveurs ou sites à adresse IPs). Pas parfait ? Oui bien sûr mais ça n'a aucune importance, la perfection on s'en fout tout comme du piratage zéro d'ailleurs, surtout que ça ne veut rien dire.

    Par contre, ne pas oublier que le piratage rapporte à certains et pas qu'un peu :
    http://owni.fr/2011/12/14/secret-megaupload-streaming-kim-schmitz-david-robb/
    http://www.nzherald.co.nz/nz/news/article.cfm?c_id=1&objectid=10626044

    Quand à la licence globale et le tout taxe dans tous les sens, quand va-t-on enfin comprendre que tout cela est beaucoup top TOP DOWN !! C'est à dire nouvelle dîme perçue par le ministère omnipotent de la culture ou cartel majors, et redistribution au clergé qui va bien avec quelques subventions par çi par là ?
    http://iiscn.wordpress.com/2011/07/03/licence-globale/

    Tout ce que cela montre c'est cet espèce de défaitisme ou fatalisme sur le fait qu'un environnement de publication et achat à l'acte n'est pas possible dans le numérique ou sera le fait de 2 ou 3 monstres alors qu'il n'en est rien ! :

    http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/concepts-economie-numerique-draft/

    Il serait quand même important de rappeler que les histoires d'achats de publications ou oeuvres liés à certains appareils ou magasins en ligne ne sont en rien une fatalité, qu'autre chose serait possible, et qu'il ne s'agit même pas d'histoire de formats(--cf web--), mais
    avant tout de structure entre acteurs et du besoin d'une nouvelle fonction, un peu plus développé ci dessous :
    http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/concepts-economie-numerique-draft/
    Laisser deux ou trois monstres à approche « verticale » phagocyter le marché du contenu légal et payant quand quasiment TOUT est là pour qu'il en soit autrement et tout simplement ridicule.
    Approche «verticale» (contenu lié à machine, fabriquant de machines, magasins en ligne, les deux ou autres), c'est à dire approche consistant à lier contenu et tuyaux (ou infrastructure technique en général terminaux y compris) qui était déjà celle d'un J2M par exemple. Avec tout ce que cela veut dire en termes de positions dominantes (propres règles de censure(apple), pourcentages obligés vis à vis des créateurs/éditeurs(apple, amazon), gg se positionnant sur le contenu payant et commencant à retirer les liens MU et autres des résultats de recherche, compte facebook obligatoire pour service spotify, etc, etc).

    Pourquoi voir cette terrible régression comme une fatalité alors que quasi tout est là pour qu'il en soit autrement ? Le contenu on s'en fout tout pour les machines ? Résultat du viol imbécile du terme virtuel ? De toute manière plus que des trépanés ? Autre ?

    Et ne pas oublier que derrière tout cela il y aussi la bataille rangée autour de l'identité sur le net (utilisation compte facebook twitter g+ etc pour se loguer sur quasi tous les sites), et peut-être pourrait-t-on rappeler à ce sujet que le fait que cela se limite à deux ou trois monstres (prônant en plus le non anonymat et vente données personnelles) n'est en rien une fatalité :

    http://iiscn.wordpress.com/2011/06/29/idenum-une-mauvaise-idee/

    Il est vraiment urgent de sortir de ce délire consistant à laisser cette question à 2 ou 3 multinationales faisant ce qu'elle veulent.
    Et surtout être conscient que toute approche "loi défensive" sur l'existant ne marchera pas, un aspect constructif est nécessaire, et ça n'est p

  • un_con_préhensible
    un_con_préhensible     

    @uckuf123

    T'emm**** pas à faire des remarques. Les posts de Fabien888 sont notoirement connus pour être incompréhensibles. Cela déjà été signalé à plusieurs reprises à la rédaction.

    Tout ce qui va se passer c'est que la modération va censurer les posts demandant à ce qu'il fasse une effort de rédaction.

    Sans doute qu'ils veulent élargir l'audience et transformer leur forum en skyblog...

  • shooby
    shooby     

    peut être parce que cette loi coûte trop chère (et de plus en plus chère avec le temps) pour une inefficacité totale ? Les 12 millions d'euros que cela nous coûtera en 2011 ne seraient-ils pas plus utile ailleurs : la formation des jeunes pour leur permettre de trouver (ou retrouver) un travail, dans la justice (faire 100 km pour témoigner devant le juge alors qu'avant t'en faisais que 20, c'est sympa non ?), la santé ...

  • aero9
    aero9     

    Euh et sinon jamais on va se dire que les majors devraient revoir leur copie ? Non parce que chaque fois qu'on nous parle de supprimer Hadopi (j'attends de voir, et même si la gauche arrive aux affaires en 2012, hadopi ne sera pas démantelé, vous verrez), et on envisage de taxer machin, de taxer les FAI, maintenant Amazon... mais à aucun moment, on ne demande le moindre centime aux Univers Sale et consorts ? A aucun moment on ne s'étonne que l'industrie de la musique n'est en plus une mais une industrie ultra-subventionné par les nombreuses taxes qui lui sont destinées. Entre les taxes honteuses sur la copie privée (mais qu'on ne peut pas faire car les CD/DVD sont protégés), les taxes sur le FAI, le racket insolent de la SACEM, les subventions d'Etat de la carte musique jeunes, bref... la musique ne vit que par perfusion fiscales. J'attends avec impatience qu'un politicien dise : Stop, là. Univers Sale, vous faites comme les autres, vous vivez avec ce que rapporte vos produits. Et si ça ne vous suffit pas, idem vous faites comme les autres, vous réduisez votre train de vie, vous réduisez les salaires de vos "stars". Mais qui va oser dire STOP a ces vampires ? Quand on voit comme Sarkozy et Albanel ont été aux ordres des majors pour Hadopi, ça fait peur de voir des sociétés prêtes à créer des milices privées pour fliquer les internautes et le gouvernement accepte ça ???

  • Cassoulet&é"
    Cassoulet&é"     

    Quelques branleurs ?

    Je ne conteste pas le terme Branleur, qui a à mes oreilles une consonance sympathique.

    Je conteste le quelques. Il me semble que vous ne prenez pas la mesure du nombre de branleurs qui téléchargent.

    Et c'est grave. Parce que quand on ne parle plus de "quelques" mais plutôt de "l'immense masse", il me semble qu'il y a là un marché à exploiter, qui est malheureusement laissé de côté par nos pauvres "ayant droits" bien bas du plafond.

    Le vrai problème est dans le prix. Les acteurs du marché proposent actuellement des téléchargements légaux à un prix totalement indécent, qui pousse donc les branleurs à branler. Et comme les branleurs sont aussi leurs acheteurs, tout ca s'effondre.

    Une question simple: par quel miracle les sociétés de téléchargement direct s'en mettent plein les poches, alors que nos chers ayant droits, qui disposent pourtant d'énormes fonds audio et video, sont incapables d'en faire autant ?

    Des branleurs, peut être... ?

  • uckuf124
    uckuf124     

    Ne dites pas n'importe quoi, vous savez bien que toute taxe sur les intermédiaires se répercutera au final sur les particuliers. Je ne suis pas franchement fan d'Hadopi, mais me donnant la peine d'acheter mes biens culturels, comme la majorité des Français, je refuse de payer pour les quelques branleurs qui téléchargent illégalement (comme avec une licence globale, qui est la pire connerie que j'aie jamais entendue). La solution reste à trouver.

Lire la suite des opinions (15)

Votre réponse
Postez un commentaire