En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Au chevet des accros du jeu vidéo

Un colloque organisé à Paris a permis de se pencher sur le cas des joueurs pathologiques. Et de s'intéresser au contenu et à la place des jeux vidéo dans notre société.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

11 opinions
  • le nule
    le nule     

    jai perdu mon travail ma femme et bientot mon apart je jouer a un jeu en ligne je me suis pas rendu compte sur le moment jai tous perdu en l'espace de mois ces vraiment une drogue la j'essaye de recuperer ma femme mes je pense pas y ariver jai areter ce jeux qui a tous detruit dans ma vie faite attention que sa ne vous arive pas

  • oumala
    oumala     

    bonjour j'ai un jeu pc appeller prisoner of war . depuis que on a reprogrammer mon ordi j'arrive pas a installer le jeu. il a une page en noire et il a ecrie autorun. comment je doit faire intaller le jeu .

    mercie d'avance

  • www.becstorm.net
    www.becstorm.net     

    oui mais il n'empeche que tout cela est alternatif : on peut tres bien avoir envie ou besoin, à un moment donné de sa vie, de se trouver dans des relations différentes du socialement correct et de la pensée commune acceptable, comme certains jeux le permettent; ce qui est un acte exploratoire dans un premier temps et peut aboutir comme tout engagement humain à du nimport nawak au final : ainsi doit on s'interdire de voir de quoi il retourne dans les jeux par une auto-censure afin de s'opposer au potentiel addictif? non je crois au contraire qu'il faut savoir et vivre (dans l' alternance)!

  • Anonyma56537
    Anonyma56537     

    y'a quand même une relation entre le temps passée en ligne et le comportement des joueur en société.
    J'ai trouvé ce blog sur internet (bon c'est en anglais): http://a-virtual-life.blogspot.com/
    et puis le temps passé devent un écran a quand même une influence sur les relations social.

  • www.becstorm.net
    www.becstorm.net     

    tant qu'a parler d'addiction autant évoquer également que les jeux vidéo servent aussi à guerir des troubles de comportement ( Michael Stora : guérir par le virtuel ), notons également qu'une autocensure s'oppère déjà au niveau des productions de jeu et que si vous regardez bien l'offre est largement réduite en comparaison de ce qu'il est possible de faire et si on joue c'est bien pour combler notre soif de tester des trucs du genre voleur dans oblivion et sur l'échelle de la peur : il vaut mieux une addiction au jeu qu'une addiction au tabac .

  • Actif-Cube
    Actif-Cube     

    Moi je pense que c'est dans la nature humaine de vouloir transgresser les barrières imposées et c'est pour cela que meme dans un jeu non violent (enfin en principe) le joueur tente parfois de faire souffir son personnage... Il cède à la tentation... Néanmoins, je pense que cette volonté de faire le mal ne vient pas forcément du jeu. Qui n'as jamais attrapé une bestiole pour lui arracher les membres un pas uns quand il était enfant? Peut-être par simple curiosité... Et justement c'est peut-être cette curiosité qui pousse l'Homme à créer un monde violent autours de lui, même quand le jeu ne le prévois pas. Et de toute façon, cette violence est déjà prévue puisque lorsqu'on enferme son sim entre 4 murs, sa mort est déjà prévue... et le fait de piquer ses creatures entraine aussi la mort... C'est le reflet de la vie...

    Dans tous les cas la vie a été, est, et sera toujours violente, il y aura toujours des massacres, des meurtres, des cadavres et finalement notre propre mort (qui dans un jeu se traduit par la mort de notre personnage). Le monde qui nous entoure est violent et certains jeux reproduisent cette violence pour son réalisme... Cependant ce n'est pas l'unique façon de jouer. On peut jouer sans violence, tout dépend de la mentalité du joueur. Et dans tous les cas, celui qui place une fois son sim entre 4 murs, qui pique sa creature jusqu'à la mort, ou laisse son camp et ses troupes se faire exterminer sans réagir, eh bien cet Homme est normal. Car toute cette violence est banale finalement. C'est le fait de passer de l'acte virtuel à l'acte réel qui doit être étudié. Pourquoi celui qui tue des personnes dans son jeu est-il poussé à le faire dans la vie réelle? Et dans son cas, que trouve-il dans cet acte qu'il ne peut trouver dans le jeu?

    C'est là la véritable question que nous devons étudier, car tuer ses amis sur un jeu en ligne et faire une partie de cartes, c'est finalement la même chose: une élimination de l'adversaire, sauf que dans le jeu-video on y met le fond et la forme alors que le jeu de carte reste imaginaire. Ce matin j'ai fait 115 frags (meurtres dans un jeu) sur un jeu en ligne, mais rien ne me pousse à le faire de façon réelle...

  • warp
    warp     

    quasiment tous les français regardent la télé et le journal en particulier où on y voit souvent des images violentes sans aucun message de protection des plus jeunes, contrairement au jeu vidéo... et pourtant personne n'ose faire des réflexions dessus...

  • xmenlasuite
    xmenlasuite     

    http://forum.telecharger.01net.com/telecharger/les_actualites_de_01net/hospitalises_pour_addiction_aux_jeux_en_ligne-298974/messages-1.html

  • PoppuTheFrog
    PoppuTheFrog     

    Même dans les jeux non violents, le joueur peut être tenté de (et va) se comporter de façon violente, "pour voir ce que ça donne".

    Emmurer les Sims pour les laisser mourir de mal nutrition, faire toutes les piqures possibles à ses Creatures, déclencher toutes les catastrophes possibles et regarder sa ville disparaitre dans SimCity, laisser son personnage de FPS barboter dans la lave en fusion (ou passer sous une presse ^^), regarder sa base se faire laminer dans un STR, etc.

    Le simple fait de relooker sa barbie à coup de piercing est un acte violent.
    C'est donc bien le joueur, et non le jeu, qui génère l'acte violent. Le jeu offre des possibilités, que le joueur explore et contourne selon ses envies.

    Mais cela est-il aussi grave ?
    Tant qu'on ne laisse libre cours à ses pulsions sadiques dans le virtuel, non.
    Sinon, il faudrait mettre en prison tous les auteurs de polars, les chanteurs engagés, les dessinateurs de BD et les parents qui lisent des contes le soir à leur enfants ! ^^

  • Belzebuth_2
    Belzebuth_2     

    systématiquement lier la progression dans les jeux au temps passé effectif." C'est sûrement vrai pour un jeu de stratégie par exemple, ou d'aventure, ou quelqu'un de plus malin qu'un autre réussira plus vite, mais dans le cas des MMORPG, c'est bel et bien le temps passé devant le jeu qui fera le succès du joueur (les objets les + puissants demandant des dizaines d'heures de massacre de monstres en boucle jusqu'à trouver le dit objet, probabilités obligent). C'est aussi cette surenchère qui garde une bonne partie des clients des MMORPG, ce besoin du "machin +11 au lieu du machin +10" qui fait qu'autant de joueurs (avec souvent des obligations familiales) restent des soirées entières devant. Je me demande comment font les couples pour tenir, sauf si les 2 s'y mettent...

Lire la suite des opinions (11)

Votre réponse
Postez un commentaire