En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Asie : les victimes du SARS sous surveillance numérique

Face à la menace de la pneumopathie atypique, l'Asie se pare d'une batterie d'armes électroniques. Quitte à faire de l'épidémie un marché prometteur.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • rousselet
    rousselet     

    A chaque fois qu'on innove dans le but de bien faire il y a toujours de faux intellos pour contester au nom des droits de l'homme.Par contre quand les droits de l'homme sont réellement bafoués,la contestation est quasi absente.Je vais très souvent en Chine et il n'y pas besoin d'opresser les Chinois pour leur faire comprendre que cette maladie est dangereuse,ils s'autodisciplinent d'eux mêmes,ce qui n'est pas encore le cas chez nous.

  • Franck_
    Franck_     

    Oui comme cela on pourra atteindre une race parfaite, après tout il suffit d'éliminer de notre entourage ceux qui peuvent nous nuir !! Vraiment, c'est une très bonne idée... et critiquer les droits de l'homme... GRRRR

  • hauxxan
    hauxxan     

    De belles âmes vont s'émouvoir de ces dispositifs intentatoires aux droits de l'homme. Mais si on pense qu'un simple tatouage aurait sauvé la vie de millions de victimes du sida, on peut laisser les belles âmes à leurs criminelles utopies.

Votre réponse
Postez un commentaire