En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Arlette Chabot (France 2) : ' Internet, pas plus que la télévision, ne fera l'élection présidentielle '

Arlette Chabot (France 2) : ' Internet, pas plus que la télévision, ne fera l'élection présidentielle '
 

La directrice de l'information revient sur la stratégie Internet de la chaîne publique pour la présidentielle.

Inscrivez-vous à la Newsletter Actualités

Newsletter Actualités

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • Mademoiselle Liberté
    Mademoiselle Liberté     

    Je ne sais pas si certains/certaines d'entre vous regardent l'émission "A vous de juger" sur France 2 mais je dois dire que je suis choquée devant le manque de pertinence des questions d'Arlette Chabot, face à Ségolène Royal. Son attitude de journaliste pseudo-provocatrice, avec une analyse toute personnelle, donnée en temps réel, aux français/françaises, sur le discours de la candidate, me répugne. Je trouve, tout à fait naturel, qu'elle cherche à la déstabiliser mais de là à ralentir ses réponses, en l'interrompant, sans cesse, avec des "heuuu" "ouais" "mm" "alors" à la Ardisson et de percevoir ce manque de neutralité dans le débat, le dialogue me paraît encore appauvri. Encore trop médiatiquement orienté, marre.

    Même le reportage, je cite "Ségolène écoute du hip hop, félicitations" est racoleur... hé ho, les médias, mais pour qui vous nous prenez ? pour une masse ignarde, dénuée de tout jugement critique, qui respire face aux défilements de vos images et de vos avis ? rangez enfin ces discours de "démagos" et que vive enfin cette notion rêvée de démocratie et de respect !

    J'aurais été surprise et à la fois, très déçue, de suivre la campagne politique et de voir des journalistes s'attacher à des sondages, à des préjugés. Chacun/chacune se sera approprié/e les faits et gestes des candidats afin de convaincre le peuple de s'allier à sa propre famille politique. Les médias ne seront que trop responsables des résultats de cette élection qui se présente à nous.

    Liberté ou fatalité ? c'est à nous d'agir ...

  • Mademoiselle Liberté
    Mademoiselle Liberté     

    Pour 63% des Français, les journalistes ne sont pas assez indépendants

    NOUVELOBS.COM | 16.02.2007 | 16:35

    Pour 63% des sondés, les journalistes ne sont pas indépendants face aux pressions des partis politiques et du pouvoir. Pour 60%, ils ne résistent pas aux pressions de l'argent. Le quotidien La Croix publie, mercredi 14 février, le 20ème baromètre TNS-Sofres de la confiance des Français dans les médias.

    Indépendance des médias

    Selon ce baromètre, 63% des sondés (contre 30%) pensent que les journalistes ne sont pas indépendants face aux pressions des partis politiques et du pouvoir et 60% (contre 29%) qu'ils ne résistent pas aux pressions de l'argent. Le quotidien relève que ce sentiment d'absence d'indépendance des médias n'a pas évolué depuis 1990.

    Confiance

    Si tous les médias voient leur cote de confiance augmenter en 2007 par rapport à 2006, c'est toujours à la radio à laquelle les Français se fient le plus pour restituer fidèlement l'information: 57% (+3 points par rapport à janvier 2006) pensent qu'elle rapporte les choses comme elles se sont passées ou à peu près. La radio devance ainsi la presse écrite (51%, +3 points).
    Ils sont moins nombreux 48% (+4) à penser que la télévision rapporte les choses comme elles se sont passées, la majorité (51%, -4) pensant le contraire. Internet obtient le plus faible niveau de confiance 30% (+6) contre 20% mais 50% ne se prononcent pas.

    Intérêt pour l'actualité

    Malgré un petit recul de 1%, l'intérêt porté à l'actualité ne se dément pas. 75% des Français interrogés s'avouent intéressés fortement ou assez fortement, 77% parmi les hommes, 73% parmi les femmes. L'intérêt varie peu en fonction des classes d'âge. Ils sont 79% parmi les 18-24 ans et les 35-49 ans, et 70% chez les plus de 65 ans à porter un intérêt pour les informations diffusées par les médias.

    Sujets d'actualité

    Les Français interrogés estiment par ailleurs que les médias ont trop parlé du coup de tête de Zidane (81%), de la guerre en Irak (51%) du CPE (48%) ou des caricatures de Mahomet (48%), mais pas assez du réchauffement climatique (52%), de l'entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l'UE (49%) ou de la baisse du chômage (34%).

    Surmédiatisation

    En cette période électorale, les sondés ont également été interrogés sur la médiatisation des candidats. Parmi les candidats à la présidentielle, c'est Nicolas Sarkozy qui est jugé le plus surmédiatisé aux yeux des sondés: 58% jugent que les médias lui accordent une place trop importante, contre 35% qui la trouvent conforme à ce qu'il représente dans la société française, et seulement 5% qui la considèrent pas assez importante. La marge d'erreur est de plus ou moins trois points de pourcentage.

    Le candidat UMP est suivi par la candidate PS Ségolène Royal (50% trop importante, 40% conforme et 8% pas assez importante), José Bové (30% trop importante, 43% conforme, 21% pas assez importante) et Jean-Marie Le Pen (28% trop importante, 49% conforme, 20% pas assez importante).
    A l'inverse, c'est le candidat de l'UDF François Bayrou qui est perçu comme le plus sous-médiatisé: 35% des sondés trouvent insuffisante la place qui lui est accordée (51% conforme, 8% trop importante).

    - sondage réalisé en face à face au domicile les 7 et 8 février auprès d'un échantillon national de 1.000 personnes représentatif de la population âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.

  • Mademoiselle Liberté
    Mademoiselle Liberté     

    Je suis en état de choc. Il existe bel et bien une France qui ne veut pas voir la réalité en face. Je n'en suis pas. Je suis triste de me dire que le bonheur de vivre dans une nation respectueuse et sereine est à la portée de nos mains, ce 6 mai 2007, mais qu'il nous sera peut-être refusé par des ignorants, des machistes, ou de riches égoïstes, racistes.

    Oui, le vote Sarkozy est pour moi celui de l'inconscience ou de la cruauté légalisée. Penchez-vous un peu sur les détails de son programme, si la lobotomie ne vous a pas aussi gagné, et voyez dans quelle genre de dictature, il voudrait nous enfermer.

    Ségolène Royal, dans A vous de juger sur France 2, a été très pertinente ce soir. Je m'insurge vraiment contre tous les propos dénigrants qui sont tenus à son égard parce que c'est une femme brillante et d'une extrême retenue. Elle a exposé son pacte présidentiel, avec beaucoup d'humanité et d'humilité, aux téléspectateurs, et cela, malgré la partialité manifeste d'Arlette Chabot et de son congénère.

    Les termes de respect et de solidarité revenaient sans cesse dans les propos de la candidate, qui s'intéressait à tous les sujets abordés. Elle est pour une france juste et respectueuse de ses semblables.

    La droite a tellement prôné l'individualisme que certains d'entre nous ne voient même plus toute la noblesse qui réside dans ses valeurs socialistes.

    Le 6 mai 2007, je serais fière de voter pour Ségolène Royal.

    Mademoiselle Liberté

  • Pleinpopossum
    Pleinpopossum     

    Plus généralement j'ai l'impression d'une opposition vieille France, France moderne. Sans nier les vertues des "traditions", j'ai l'impression que la vieille France continue à considérer que les gens ont besoin d'être accompagné, guidés, maternés. On filtre pour eux, on décide pour eux, on sait pour eux ce qui est bon ou mauvais. L'état mère, le dirigeant père... Ceci s'oppose à la France plus moderne qui considère qu'elle a la volonté, le recul et la maturité nécessaire pour faire ses propres choix.

    Il faut probablement des deux pour satisfaire tout le monde et surtout que chacun puisse faire son choix en fonction de son profil, sans contrainte.

  • Librinfonaute
    Librinfonaute     

    Tout à fait d'accord avec Pleinpopossum??

    Beaucoup moins avec Arlette Chabot quand elle dit que le Web est un formidable instrument de liberté en ajoutant : " Au niveau de France 2, un filtrage sera effectué au niveau de la diffusion sur le Net. Il s'agit naturellement d'écarter ce qui relève de la bêtise et de la manipulation".

    et pourquoi cette règle ne s'appliquerait-elle pas aux "vieux médias" ?

    et l'internaute le constate sur toutes les infos : un décalage important existe entre les "vieux médias" formatés ? et le web de libre expression?non filtrée?

    et donc à mon sens; ce sont les "vieux médias" qui ne feront plus les élections? c'est l'internaute qui filtre et qui votera !

  • Pleinpopossum
    Pleinpopossum     

    ... j'aime écouter différents médias, différentes sources. Un leitmotiv actuellement est la minimisation de la part des vieilles sources (tv, radio) de l'impact/pertinence d'internet sur l'information/communication au quotidien. Il suffit d'écouter J.P. Elkabach pour en avoir un exemple.
    Je suis persuadé qu'une offensive, sous couvert de sensibilisation, va prochainement être lancée "contre" internet. Le journalistes vont protéger leur modèle traditionnel...

    P.S. Ne rien lire de péjoratif dans "vieille source" ni dans modèle traditionnel. J'exprime juste l'idée de systèmes existant depuis plus longtemps qu'internet.

Votre réponse
Postez un commentaire