En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Antennes-relais : les Verts parisiens voient rouge

Les élus écologistes municipaux remettent en cause la Charte signée l'an dernier par la Mairie de Paris et les opérateurs. Ils exigent une baisse drastique des seuils d'émission des antennes-relais.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

29 opinions
  • Riverains
    Riverains     

    Situation transposable à nombre de communes!


    Le 23 février 2008


    En une décennie, le paysage électromagnétique français a été foncièrement modifié par l'apparition de la téléphonie mobile : aujourd'hui, plusieurs dizaines de milliers d'antennes relais sont disséminées dans le paysage et assurent les communications de plus de 40 millions de téléphones portables.

    Ces antennes situées sur des pylônes, des bâtiments, des faux arbres,? et les téléphones portables émettent des champs électromagnétiques à hautes fréquences, aussi appelés « micro ondes » ou « ondes pulsées ».

    La loi en vigueur aujourd'hui, en matière d'exposition du public à ces ondes, s'est appuyée sur les recommandations de 1998 de la Commission Internationale de Protection contre les Rayonnements Non Ionisants (CIPRNI) qui sont assises sur les seuls effets établis par certaines données scientifiques de l'époque, les effets thermiques (réchauffement des tissus humains) pour une exposition de 6 minutes seulement.

    En 10 ans, les études visant à évaluer l'incidence éventuelle d'une exposition chronique (antennes relais) ou chronique et aigue (téléphones portables) aux micro-ondes issues de la téléphonie mobile se sont multipliées.

    Les résultats qui nous parviennent au fil des ans ne sont pas de nature à nous rassurer :

    Les résultats d'un rapport gouvernemental hollandais TNO (2003) met en relief, pour des sujets soumis à des émissions de radiofréquences de type antennes relais (GSM 900 MHz ? DCS 1800 MHz ? UMTS 2100 MHz), des troubles biologiques : modifications globale du bien être, de l'attention visuelle, du temps de réaction, du sentiment d'hostilité, de la mémorisation?

    Les résultats du programme de recherche européen REFLEX (2005), 12 équipes de recherche dans 7 pays d'Europe, confirment des effets des ondes de téléphones mobiles sur la structure de l'ADN.

    L'AFSSET ( agence française de sécurité sanitaire environnementale et du travail) mentionne dans un de ses rapports (2005) la porosité de la barrière hématoencéphalique (sang/cerveau) qui filtre , pour protéger le cerveau, l'entrée des molécules circulant dans le sang chez des sujet exposés aux micro ondes.

    Le ministère de la santé a publié une plaquette (2007) à l'attention des utilisateurs de téléphones portables prodigant quelques conseils pratiques : éviter de téléphoner en se déplaçant, être vigilant dans les zones de mauvaise réception, conseiller à un enfant un usage modéré, etc.

    Le rapport Bioinitiative (septembre 2007) passe en revue 1500 travaux publiés et signale les effets génétiques, les effets génotoxiques, les effets sur les protéines du stress, les effets sur la fonction immunitaire, les effets sur la neurologie et le comportement, les effets sur la production de la mélatonine, le développement de tumeurs sous l'influence des Champs électromagnétiques.

    Dernièrement (janvier 2008) selon une étude israélienne menée dans 16 pays, l'utilisation régulière d'un téléphone cellulaire augmente le risque d'une personne de développer une tumeur de la glande parotide (la plus volumineuse des glandes salivaires) d'environ 50% La recherche était financée par l'Association internationale contre le cancer dans le cadre d'un projet de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et est publiée dans la revue American Journal of Epidemiology.

    Au-delà de la recherche, il y a le terrain :

    L'étude en situation du professeur Santini (2002), établit une corrélation entre troubles biologiques ressentis par les riverains d'antennes et la distance qui les sépare des émetteurs.

    St cyr l'école (Yvelines- 2003), Ruitz (Pas de calais- 2005), Lyon (2008) sont trois sites où des cas de cancers ont été observés chez des enfants fréquentant des écoles à proximité desquelles étaient implantés des émetteurs de téléphonie mobile. Ces derniers avaient été désactivés par la suite.

    Une étude, rendu publique récemment (2008) , a été conduite sous la direction du Docteur Guerd OBERFELD en Autriche et confirme une augmentation significative du risque de cancers pour les riverains d'antennes-relais de téléphonie mobile.

    Des témoignages de riverains d'antennes se multiplient : insomnies, irritabilité, etc. sont au premier plan des effets immédiats ressentis par ces personnes là dès lors qu'une antenne est mise en service à proximité de leur habitation.


    Après la lecture de la littérature scientifique abondante aujourd'hui et des témoignages de riverains d'antennes et des utilisateurs de téléphone portables il ne fait nul doute à nos yeux que la nocivité des micro-ondes relatés à de multiples reprises doit faire l'objet d'une attention particulière !

    Aussi plusieurs députés de tous bords ont déposé une proposition de loi, au mois de décembre 2007, visant à réduire le seuil d'exposition du

  • Didier CARDON
    Didier CARDON     

    http://www.ez.nl/beleid/home_ond/gsm/docs/TNO-FEL_REPORT_03148_Definitief.pdf

  • Didier CARDON
    Didier CARDON     

    Mobiles, antennes-relais: quels dangers ?

    Officiellement, les antennes-relais ne présentent pas de danger pour les
    riverains. C'est du moins l'avis de l'Agence française de sécurité sanitaire
    environnementale, après études de données scientifiques sur le sujet.
    L'AFSSE ne nie cependant pas les troubles ressentis par les personnes vivant
    près des antennes -migraines, insomnies...-, mais les qualifient de
    psychosomatiques, provoquées par la peur de l'inconnu. "Faux !", rétorquent
    d'autres scientifiques souvent proches des associations opposées aux
    stations-relais. Ces antennes pourraient entraîner des lésions beaucoup plus
    graves: épilepsie, maladie d'Alzeihmer, voire cancer. Des scientifiques qui
    dénoncent l'apport financier des opérateurs à ces études mettant en cause
    par la même leur indépendance.

    Concernant les mobiles, les vues se rapprochent. L'utilisation prolongée
    d'un mobile a des effets physiologiques sur le cerveau. Notamment, le
    réchauffement, ce qui pourrait entraîner des céphalées. En revanche, il n'y
    a pas de réponse formelle sur les risques de cancer. Une enquête est en
    cours actuellement dans treize pays. Elle est menée par le Centre
    international de recherche sur le cancer et l'OMS. Seuls sont connus pour
    l'instant des résultats partiels publiés par l'équipe danoise portant sur
    les cancers du nerf auditif. Ils ne montrent pas de risques accrus sur des
    personnes ayant utilisé régulièrement un mobile pendant plus de dix ans. Les
    résultats complets de l'enquête seront connus à la fin de cette année.

  • LeJedi
    LeJedi     

    Manifestement il vous manque un chapitre, celui que j'ai cité précédemment (Bangkok - 26.01.2004) car vous n'en faites pas état...
    Bon ce n'est pas grave mais comme vous prétendiez être en charge de ce dossier dans votre Région (Touraine je crois), vous vous devez pour être objectif de le considérer même si vous souhaitez l'occulter car il ne sert pas vos objectifs.
    Bon, ce n'est pas grave et en tout état de cause pas une affaire d'état. Les propos étaient plutôt de réagir à l'esprit "Vert"...
    Une chose reste néanmoins sure, à force de crier "Au Loup", plus personne ne répond...
    Il faut toujours rester "mesuré" dans ses propos...
    A bon Entendeur....

  • Didier CARDON
    Didier CARDON     

    Mes connaissances sur cette actualité est plus qu'à jour,et quand l'OMS,précaunise une baisse raisonnable des valeurs limites d'expositions,cela s'adresse forcément aux pays dont ces valeurs sont les plus fortes ( comme en Espagne ).

    Concernant ce " Livre Blanc "...il faut bien financer les études.

  • LeJedi
    LeJedi     

    Il serait bon de mettre à jour vos connaissance sur le sujet lorsque vous parlez de l'OMS...
    Le 26 janvier dernier lors d'une conférence à Bangkok, l'OMS à réaffirmé qu'il était inutile de réduire les limites d'expositions compte tenu de toutes les études récentes conduitent sur le sujet...
    Les limites en viguer garantissaient l'absence de risque sanitaire. Du plus, j'en profite pour revenir sur le fameux "livre blanc" que vous avez cité, écrit par quelques alarmistes et faisant état d'anciennes études déja intégrées dans la base de donnée de l'OMS. De plus, lorsque l'on prétent dénoncer un scandale de Santé publique, pourquoi fait on payer cet ouvrage...? Je me le demande ...
    On devrait plutôt le distribuer gracieusement.. non..?

  • LeJedi
    LeJedi     

    Arrfff..
    Ce forum aura au moins atteint un but, celui de me faire rire.. Sincèrement mois qui suit rural, des écologistes convaincus, j'en vois tout les week end arriver en provenance de la Capital dans leur beau 4x4 des villes.. Ils arrivent et respirent l'air à pleine bouffées en criant... Ahhh.. que c'est bon l'air pur... Mais alors..? pourquoi se bouchent ils le nez en passant devant un ferme ou il fleur bon le purrain, pourquoi demandent ils au Maire de prendre un arrêté interdisant aux moissonneuses batteuse de travailler après 22h...?
    Sincèrement, l'écologie et le respect de l'environnement et des vrais valeur n'à rien de politique.. il suffit d'être respectueux des autres et d'être cohérent avec soi même... Messieurs les écologistes parisiens, venez découvrir les joies des campagnes profondes mais pas que le temps d'un week end et vous comprendrez que nous aussi, "ruraux" nous avons besoin d'un accès simplifié aux technologies et nous avons besoin d'antennes relais pour que nos mobiles fonctionnent...
    Enfin, arrêtez de vouloir transformer ce que vous envahissez en sanctuaire au simple prétexte de suavegarder le monde...
    Merci à vous de réfléchir sur ces propos car je ne suis pas "vert politique" mais vert de coeur et attaché à ma ruralité...

  • Didier CARDON
    Didier CARDON     

    Un livre blanc sur le GSM et la santé

    Avec l'appui de quatre scientifiques, les associations Agir pour l'environnement et Priartem (Pour une réglementation des implantations d'antennes relais de téléphonie mobile) viennent de publier un document sur les « incidences de la téléphonie mobile sur la santé ». Le texte milite pour une réglementation plus sévère à l'égard des installations de communication mobile : un abaissement des niveaux d'émission des antennes relais de 41 et 58 V/mètre à 0,6 V/mètre, et le respect d'une distance minimale de 300 mètres autour des sites sensibles (crèches, écoles, hôpitaux...).

  • Didier CARDON
    Didier CARDON     

    Les conséquences éventuelles sur la santé de l'exposition aux champs électriques et magnétiques statiques ou variables dans le temps doivent être étudiées scientifiquement. Ces champs, dans toute la gamme des fréquences, qui sont de plus en plus présents dans notre cadre de vie, suscitent de fait toujours plus d'inquiétude et alimentent les spéculations. A présent, tous les habitants de notre planète y sont exposés peu ou prou, les niveaux d'exposition continuant toutefois d'augmenter globalement à cause de la diffusion des techniques concernées. C'est pourquoi même des effets sanitaires minimes pourraient avoir de graves répercussions sur la santé publique. Il est hautement souhaitable de ne pas réitérer les erreurs commises autrefois s'agissant de cancérogènes courants tels que la cigarette, les rayonnements ionisants et l'amiante.

  • Didier CARDON
    Didier CARDON     

    Les opérateurs de téléphonie mobile lancent une campagne de communication pour convaincre les Français qu'il n'y a pas de risques avérés à utiliser un combiné ou à vivre près d'une antenne. Une étude hollandaise montre pourtant l'inverse, surtout avec l'UMTS
    une récente étude menée aux Pays-Bas par l'Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique appliquée (TNO - l'équivalent de notre CNRS) sous l'égide des ministères néerlandais de l'Économie, de l'Environnement et de la Santé des Pays-Bas. Rendue publique en septembre dernier, elle porte sur «les effets des champs de radiofréquences du système de téléphonie mobile sur le bien-être et sur des fonctions cognitives de sujets humains électrosensibles ou non» (disponible en anglais - format PDF, 1,83 Mo).

Lire la suite des opinions (29)

Votre réponse
Postez un commentaire